PARTAGER

SHAFAQNA – IQNA : Sa’id Khalek, père de Sejji, a enseigné le Coran à sa fille, mais les souvenirs de cette époque sont encore vivants.

Le père raconte : « Dans une des dernières nuits de 2008, Israël a bombardé notre domicile avec des bombes au phosphore blanc qui sont interdites conformément au droit international. »

« L’armée israélienne nous a attaqués et j’ai quitté ma maison de Beit Lahia au nord de Gaza, craignant de nouveaux bombardements, avec mes enfants et ma femme qui était enceinte d’un mois de Sejji. J’ai emmené ma famille dans une région éloignée jusqu’à la fin de la guerre qui a duré 33 jours. Quand Sejji est née, l’enfant était aveugle », a-t-il expliqué.

À lire aussi : Récitation du Saint Coran par un garçon japonais

Son père a commencé à lui enseigner la mémorisation du Coran quand elle avait quatre ans. À cette époque, Sejji mémorisait une ligne du Coran tous les jours et le lendemain, elle répétait ce qu’elle avait mémorisé pour son père, et mémorisait la ligne suivante. Après six mois, elle était capable de mémoriser une page par jour et avait mémorisé les sourates Baghara et Kahf. Son père lui a aussi enseigné l’Al-Faya d’Ibn Malik qui est un enseignement de la grammaire arabe en 1000 vers.

Son père a déclaré qu’ils étaient très fiers de Sejji dans la famille, qu’ils ne la considéraient pas comme une infirme et que Sejji aimait jouer avec les autres enfants de son âge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here