PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Ce document montre l’évolution de la diplomatie américaine au Proche-Orient. Dans un rapport publié par l’administration Trump, qui recense notamment les violations des droits humains dans deux-cents pays, dont Israël, le ton est amical envers l’Etat hébreu. Ce rapport parle en effet de « la situation des droits de l’Homme en Israël, dans le plateau du Golan, dans la rive occidentale et dans la bande de Gaza » en n’utilisant quasiment plus le terme de « territoires occupés ». Ce rapport, dénonce Human Rights Watch, « supprime presque entièrement toute référence à l’occupation. »

À lire aussi: Vidéo : Les Etats-Unis bloquent une résolution de l’ONU sur al-Qods

Le rapport, continue HRW, cède « au récit du gouvernement israélien sur des questions clés. » En effet, alors que le rapport de 2017 pointait du doigt la « discrimination institutionnelle et sociétale contre les citoyens arabes d’Israël » qui étaient « parmi les problèmes les plus importants des droits de l’Homme », cette discrimination n’apparaît plus dans le nouveau rapport de l’administration américaine.

« Pendant des décennies, les Etats-Unis n’ont pas suffisamment utilisé leur influence pour faire pression sur le gouvernement israélien »

En septembre dernier, l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël, David Friedman, dans une interview au Jerusalem Post, parlait d’« occupation supposée » des territoires palestiniens. Avec ces déclarations et le rapport du département d’Etat américain, certaines personnalités politiques israéliennes y voient une occasion d’enfoncer le clou. Le président du conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, estime qu’il s’agit là « d’une occasion historique qu’il ne faut pas rater » de mettre en place une stratégie de colonisation encore plus offensive.

À lire aussi: Le véritable axe du mal : La stratégie du chaos au Proche-Orient

Pour Human Rights Watch, en revanche, ce revirement américain est anormal. « Pendant des décennies, les Etats-Unis n’ont pas suffisamment utilisé leur influence pour faire pression sur le gouvernement israélien afin de mettre fin à des décennies de répression, de discrimination institutionnalisée et d’abus systématiques des droits des Palestiniens », indique l’ONG qui dénonce la disparition des abus israéliens dans le document de l’administration Trump. « Loin de renforcer la position des Etats-Unis, fermer les yeux sur la réalité ne fait qu’isoler les Etats-Unis du consensus international autour des abus d’Israël et rend leur voix moins crédible et pertinente », conclut HRW.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here