PARTAGER

SHAFAQNA- Ce qui suit fait partie du livre  Les Croyances du Chiisme, Édité et traduit en français par Abbas Ahmad al-Bostani, sélectionné par SHAFAQNA.

Nous, Chiites Imâmites Duodécimains, croyons qu’Allah est Un et Unique, et sans pareil. Il est Eternel, le Premier et le Dernier, ce qui veut dire qu’IL existait avant la création et qu’IL demeurera après la fin de la création. Il est Toujours Vivant, Sage, Puissant, Indépendant de toutes choses, Tout-Entendant, Tout-Voyant, Omniscient et Juste. On ne peut pas Le comparer avec Ses créatures. IL n’a ni corps, ni forme, ni substance, ni figure. IL n’est ni lourd, ni léger, ni mobile, ni immobile. IL est au-dessus du temps et du lieu puisqu’IL est le Créateur. Personne ne peut Le localiser, puisqu’IL n’est pas confiné dans un lieu(1). Personne ne Lui est similaire et personne ne peut être Son égal. IL n’a ni épouse, ni progéniture, ni partenaire, et personne n’est comparable à Lui. La vision ne peut Le percevoir alors qu’IL perçoit toutes les choses.

Quiconque Le compare avec Ses créatures et suppose qu’IL ait un visage, des mains, des yeux, ou croit qu’IL descendra du Ciel sur la Terre ou qu’IL apparaîtra devant les gens au Paradis, comme une lune etc.(2), est semblable à celui qui ne croit pas en Allah, ou qui multiplie Allah et devient ainsi coupable de polythéisme, ignorant qu’Allah est au-dessus de tous ces défauts.

À lire aussi : Hadith du jour : Qu’est-ce Allah?

Similairement, ceux qui croient que le Jour du Jugement, Allah se montrera devant Ses créatures, et que celles-ci LE verront ce jour-là(3), sont des incroyants, même s’ils continuent à affirmer verbalement qu’Allah n’a pas de corps. Les tenants de cette vision d’Allah se sont arrêtés seulement au sens apparent du Saint Coran et des Traditions sans se donner la peine d’utiliser leur intelligence pour comprendre la lettre et l’esprit des versets du Saint Coran. Ils ont renié leur intellect et l’ont figé. C’est pourquoi ils n’ont pas pu analyser le sens apparent des mots selon les exigences de l’analyse, de l’argumentation et des règles des métaphores et du sens figuré, pour comprendre le sens réel du Coran, comme cela devrait être logiquement.

Tout ce que nous pouvons imaginer et concevoir dans notre esprit à propos de n’importe quelle chose, c’est que cette chose est une créature comme nous et que son existence est semblable à la nôtre. Notre esprit ne saurait dépasser ces limites dans lesquelles il est consigné. Cette vérité a été explicitement évoquée par l’Imam al-Bâqer.(4)

Notes:

1. On rapporte que l’Imam Ali, répliqua à Tha`alab al-Yamânî qui lui avait demandé s’il avait vu Dieu: “Je ne saurais adorer un Seigneur que je ne vois pas”. Et lorsque son interlocuteur lui demanda comment il le voit?, il répondit: “Les yeux ne le voient physiologiquement, mais les coeurs le pressentent à travers les vérités de la foi. Mon Seigneur ne saurait être décrit par la distance, le mouvement, l’immobilité, la station, l’aller et le venir (…). IL est Prestigieux sans être brutale, IL est miséricordieux mais sans faiblesse (…). IL est au-dessus de toute chose, et rien n’est au-dessus de Lui, IL est devant toute chose et rien n’est devant Lui, IL entre dans les choses, mais pas comme une chose entre dans une autre chose, et IL en sort, mais pas comme une chose sort d’une autre chose”. Voir: “Al-Tawhîd”, d’al-Çadouq, p. 304, Hadith Tha`lab; “Amâlî al-Çadouq”, p. 280, Majles 55; “Behâr al-Anwâr”, 4/27.

2. Comme les Karamiyyah qui affirment que Dieu se trouve “vers le haut”. Voir pour plus de détails à ce sujet: “Al-Farq Bayn al-Feraq”, p. 131; “Al-Milal wal Nihal”, 1/99, ou comme le soufi, al-Baljarâmî qui prétend dans son livre “Sibhat al-Marjân”, que Dieu s’unit aux corps des mystiques (`ârefîn): “La création n’est que l’apparence du Producteur Lequel coule dans toutes ses particules”. Et cette idée de la fusion de Dieu dans le corps de la créature est exprimée d’une autre façon dans le vers suivant d’un autre soufi:

“Je suis celui que j’aime, et celui que j’aime est moi. Nous sommes deux âmes incarnées dans un corps”.

Pour plus de détail sur cette croyance du soufisme voir: “Manâqeb al-`Arefîn” d’al-Aflâkî; “Asrâr al-Tawhîd”, p. 186; “Al-Anwâr fî Kachf al-Asrâr”, d’al-Cheik Rouzbahân al-Baqlî; “Ihyâ’ al-`Oloum”, Tom II, d’al-Ghawâlî.

3. En effet, selon les Ach`arites “Dieu se montrera à Ses créatures”, voir: “Al-Ibânah fî Oçoul al-Diyânah”, d’Abî al-Hassan al-Ach`arî; “Al-Milal wal Nihal”, 1/85-94.

En outre, selon de nombreux prétendus Hadith: Dieu aurait créé Adam à Son image; Dieu aurait des membres déterminés, tels que les doigts, la jambe, le pied; il aurait sur sa jambe un signe auquel on Le reconnaîtrait etc.

Voir à cet égard: “Çahîh al-Bokhârî”, 8/62; “Çahîh Moslem”, 4/2183; “Sonan Ibn Mâjah” 1/64; “Mosnad Ahmad”, 2/264 etc.

4.  “Behâr al-Anwâr”, 69/293, H. 23; “Al-Mahajjah al-Baydhâ'”, 1/219

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here