PARTAGER

SHAFAQNA – IQNA : Lors d’une réunion avec la représentante spéciale pour l’Irak et chef de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI), Jeanine Hennis-Plasschaer, dans la ville sainte de Najaf mercredi 6 , l’ayatollah Sistani a déclaré que l’Irak refuse de servir de tremplin contre tout autre pays.

Il a noté que l’Irak aspirait à avoir de bonnes relations équilibrées avec tous les pays voisins, sans ingérence dans leurs affaires intérieures.

Ces propos ont été prononcés un jour après que le Premier ministre irakien Adil Abdul-Mahdi eut fermement condamné les propos de Trump, soulignant que son pays n’accepterait pas d’être utilisé pour des actes d’agression contre d’autres pays.

À lire aussi : Retrait américain de Syrie : de BHL à Clinton, les interventionnistes furieux contre Trump

Lundi 4 , le président irakien Barham Salih a riposté contre le président américain, affirmant que “la constitution irakienne refuse l’utilisation de l’Irak comme base pour frapper ou attaquer un pays voisin”.

Il a ajouté que Trump n’avait pas demandé la permission à l’Irak d’autoriser les troupes américaines en poste à “surveiller l’Iran”.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision CBS dimanche 3 , Trump a souligné l’importance d’une base militaire en Irak, affirmant qu’elle était cruciale pour la surveillance des activités de l’Iran.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here