PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : « La réunion était tout de même très orientée sur les propositions de l’institut Montaigne et la question du financement de l’Islam, comme cette histoire de taxe halal. » Cette déclaration d’une participante aux Assises territoriales de l’Islam de France, recueillie par Mediapart, laisse penser que tout est joué d’avance. En résumé, ces réunions organisées par les différentes préfets de France ne seraient qu’une « façade », alors même que le président de la République et le ministère de l’Intérieur songeraient déjà à mettre en œuvre certaines proposition avancées par Hakim El Karoui.

La circulaire adressée aux préfets le 25 juin dernier par le ministre de l’Intérieur incitait en effet les préfets à obtenir des réponses à des questions précises. Gérard Collomb estimait que la question sur « la structure collégiale ou représentative des ministres du culte pourra (…) être légitimement posée », mais il voulait également des éléments sur « la gouvernance des lieux de culte », « le financement du culte » ou encore « la formation des acteurs cultuels. »

À lire aussi: «Tracfin islamique» et taxe halal: les propositions faites à Emmanuel Macron

Une façon de faire croire aux responsables musulmans locaux qu’ils seront partie prenant de la réforme du culte musulman que promet, depuis plusieurs mois, Emmanuel Macron ? Certainement, car le ministère de l’Intérieur n’a pas hésité à féliciter l’institut Montaigne pour ses propositions sur l’Islam — et non sur l’islamisme, comme il tentait de le faire croire. Gérard Collomb a « salué le travail très approfondi » réalisé par El Karoui et a pris « bonne note des propositions » du normalien.

Est-ce à dire que, quoi qu’il sorte des rapport des préfets, tout est déjà acté du ministère de l’Intérieur ? Si oui, on devrait rapidement voir fleurir une nouvelle organisation censée gérer les fonds du halal et du Hajj, mais aussi chargée d’organiser et financer le culte musulman et la formation des imams. Mediapart révèle d’ailleurs une déclaration d’Hakim El Karoui : « On lance l’association en début d’année pour être opérationnel avant le prochain pèlerinage à La Mecque, en août 2019 », explique à l’indicatif l’ancien conseiller de Ben Ali en Tunisie.

Dans sa circulaire de juin, le ministre de l’Intérieur assurait vouloir « que soit davantage entendue la voix de la grande majorité des musulmans de France qui ne souhaitent pas voir leur culte dévoyé par une minorité. » Si les propositions d’El Karoui sont validées sans l’aval des principales organisations musulmanes, le culte musulman aura bel et bien été dévoyé par une minorité. Mais pas celle à laquelle Gérard Collomb pensait en écrivant sa circulaire…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here