Arabie Saoudite: Un groupe de défense des droits de l’homme s’inquiète de la “disparition forcée” sous MBS

by Pey Bahman Z
Arabie Saoudite, Mohammed bin Salman

SHAFAQNA – IQNA: Un groupe de défense des droits humains s’est dit préoccupé par le sort inconnu de dizaines de victimes de disparitions forcées en Arabie saoudite, affirmant que le royaume se trouvait dans une période sombre sous le règne du tristement célèbre prince héritier saoudien Mohammed bin Salman.

Selon PressTV, citant Saudi Leaks, la Fondation Sanad pour les droits a déclaré : “L’autorité saoudienne ignore toujours les condamnations et les avertissements internationaux et poursuit sa politique répressive et arbitraire contre le peuple du pays, dans le but de lui retirer sa liberté d’opinion et d’expression”.

À lire aussi: L’Arabie saoudite a arrêté une dizaine de femmes militantes des droits des femmes en 2021

La Fondation Sanad pour les droits a noté que la disparition forcée est l’une des méthodes de « répression brutale » adoptée par Riyad contre les prisonniers d’opinion, la qualifiant de « caractéristique noire » de l’ère de Mohammed bin Salman (MBS), le dirigeant de facto de le Royaume.

Selon le groupe de défense des droits, Turki al-Jasser, Saud bin Ghosn, Ahmed al-Muzaini, Jabir a-Amri et Abdulrahman al-Sadhan sont parmi les principales victimes de la disparition forcée de personnes lancée par les autorités saoudiennes.

Il a condamné Riyad pour avoir caché les prisonniers d’opinion en violation des dispositions légales, exhortant le régime saoudien à « revoir sa politique et révéler le sort des victimes innocentes ».

You may also like

Leave a Comment