PARTAGER
Arabie saoudite

SHAFAQNA – Oumma : Le rigoriste royaume saoudien, sur lequel souffle le vent de la réforme et plane la suspicion de meurtre dans l’effroyable affaire Khashoggi, a jugé que l’heure était venue de diversifier ses ressources, de redorer son blason, et d’ouvrir grand ses portes et ses sites pittoresques aux vacanciers et autres curieux venus d’ailleurs.

L’Arabie saoudite ne figure certes pas encore parmi les destinations de rêve, mais elle fait désormais partie des nouvelles contrées à explorer par les amateurs de dépaysement, avides de sillonner de vastes étendues désertiques. Une première !

En ce vendredi 27 septembre placé sous le signe de l’ouverture, au monde et aux visiteurs, les autorités saoudiennes ont annoncé qu’elles s’apprêtaient à délivrer des visas de tourisme en ligne aux citoyens de 49 pays.

À lire aussi : L’Arabie saoudite et EAU, plus pro-israéliens que beaucoup de Juifs

C’est au prince réformateur MBS, qui assume pleinement sa responsabilité dans l’assassinat de l’opposant Jamal Khashoggi (sa dépouille n’a toujours pas été retrouvée), en octobre 2018, derrière les murs du Consulat saoudien à Istanbul, que l’activité touristique doit son envol. Une activité qui pourrait même s’imposer comme un précieux poumon économique, à l’aune d’un million d’emplois créés, et inaugurer une ère nouvelle, résolument post-pétrolière.

« Ouvrir l’Arabie saoudite aux touristes internationaux est un moment historique pour notre pays », s’est félicité Ahmed al-Khateeb, directeur du tourisme, avant de vanter les charmes insoupçonnés de son pays. « Les visiteurs seront surpris de découvrir les trésors que nous avons à partager : cinq sites classés au Patrimoine mondial de l’Unesco, une culture locale pleine de vie et des beautés naturelles à couper le souffle», a-t-il indiqué non sans une pointe de fierté, tout en précisant que le code vestimentaire en vigueur serait assoupli pour les femmes étrangères. Une seule obligation leur sera faite : arborer une tenue correcte que la décence approuvera.

Fait notable, cette grande première intervient à peine deux semaines après les attaques qui ont ravagé plusieurs infrastructures pétrolières saoudiennes, imputées par Washington à l’Iran et qui ont ébranlé les marchés énergétiques mondiaux.

Face à des prix du pétrole assez bas, la monarchie wahhabite, sous l’impulsion de son prince héritier qui nie fermement avoir ordonné un meurtre odieux (et guère vendeur…), se projette à l’horizon 2030 et mise sur l’essor du tourisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here