PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : En plein ramadan, la mosquée d’Auneau en Eure-et-Loire a pris feu dans la nuit de vendredi à samedi. Un incendie volontaire, comme le précise L’Echo Républicain. La salle de prière de l’Association culturelle des musulmans d’Auneau était heureusement vide, les fidèles ayant quitté les lieux après la prière et la rupture du jeûne.

Ahmed Ech-Chaayby, responsable de l’association, est encore étonné de ce qui s’est déroulé car, depuis le milieu des années 1990, la communauté musulmane d’Auneau — qui regroupe environ 80 personnes — est parfaitement intégrée : « Tout se passe bien, ici. Il n’y a jamais eu de problèmes. C’est vraiment une mauvaise surprise pour nous, surtout en plein mois du ramadan. »

Alors que la préfecture a déploré un « acte inacceptable » qui va à l’encontre des « valeurs de la République », des « la liberté de conscience » et de « la capacité de tous à vivre ensemble dans le respect mutuel », le maire LR de la ville, Michel Scicluna, a condamné cet acte « navrant » et est resté auprès des fidèles une bonne partie de la nuit. Une attitude « exemplaire » saluée par le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

À lire aussi : Incendie à Londres : des musulmans faisant le ramadan ont sauvé leurs voisins

Une preuve de soutien « salutaire »

« Cette preuve de soutien à la communauté musulmane est salutaire à l’heure où nos compatriotes de confession musulmane sont régulièrement stigmatisés dans les discours politiques et médiatiques » écrit le CCIF qui se félicite que les musulmans aient été soutenus au niveau régional.

Mais le collectif déplore ce genre d’acte qui est, écrit-il, « le résultat direct des discours haineux. » Le CCIF évoque notamment l’affaire Maryam Pougetoux et les réactions des plus hautes instances de l’Etat à cette affaire.

De son côté, Ahmed Ech-Chaayby s’efforce « de calmer le jeu. » Le président de l’association culturelle locale avait prévu, après le ramadan, d’organiser des portes ouvertes. « Je ne sais pas si nous allons les maintenir », explique-t-il, avant d’affirmer qu’il portera plainte. Le CCIF déplore le « manque de courage politique pour dénoncer l’impunité des uns et des autres » et la non-lutte du gouvernement contre l’islamophobie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here