Analyste libanais : la prochaine étape dans la formation du gouvernement verra plus de récession

by egolabi
Liban, crise

SHAFAQNA- Alors que certains journaux libanais ont rendu compte de l’accord initial entre les présidents et le parlement libanais sur les mécanismes de préparation des consultations parlementaires pour la nomination d’un nouveau Premier ministre libanais, mais Michel Aoun n’a pas encore invité les parlementaires à entamer les consultations, et aucune date n’a été fixée.

Samir Al-Hasan, chercheur et analyste politique libanais, a déclaré à Shafaqna Liban : « La caractéristique générale de la prochaine phase est plus de stagnation, car il n’y a pas de solutions immédiates en vue pour former un nouveau gouvernement et au contraire, il est probable que le gouvernement dirigé par Najib Mikati restera longtemps au pouvoir en raison des conflits dans le pays.

Samir Al-Hasan, chercheur et analyste politique libanais, a déclaré à Shafaqna Liban : « La caractéristique générale de la prochaine phase est plus de stagnation, car il n’y a pas de solutions immédiates en vue pour former un nouveau gouvernement et au contraire, il est probable que le gouvernement dirigé par Najib Mikati restera longtemps au pouvoir en raison des divisions dont le pays est témoin.

À lire aussi : Michel Aoun: le Liban est confronté à un dilemme crucial

« Nous avons été témoins d’une telle tendance lors de la session électorale de la Chambre des représentants. Jusqu’à présent, aucun effort sérieux n’a été fait pour discuter de la formation d’un gouvernement », a-t-il déclaré.

Al-Hasan a également déclaré à propos des conséquences d’un désaccord sur la question du gouvernement : « Sans aucun doute, la récession à laquelle nous assistons conduira à davantage de crises et d’effondrements et à une aggravation de la crise des moyens de subsistance. Fermer et retarder la formation du gouvernement libanais est devenu une tradition, et s’il y avait un consensus et un accord nationaux, cela serait certainement résolu. Même dans le passé, il y avait des mécanismes de flexibilité entre concurrents, mais maintenant la situation de division est assez évidente et je ne pense pas qu’il soit possible de former un gouvernement rapidement.

« Les résultats des élections législatives encouragent l’Occident à poursuivre son siège du Liban, à lui imposer des restrictions et à le conduire à de nouvelles crises. Il y a des signes de fermeture, et il n’y a aucun effort sérieux pour résoudre la crise économique et des moyens de subsistance et entamer un dialogue national pour arrêter l’effondrement », a-t-il poursuivi.

« Face à l’agitation quotidienne liée aux conditions de vie des citoyens libanais, leurs problèmes ne sont toujours pas entendus par les responsables et il n’y a aucune lueur d’espoir pour l’amélioration imminente de la situation », a conclu Samir Al-Hasan.

 

Ce texte est traduit par Shafaqna Français

Version Anglaise

Version Persane

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.