PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : Mardi, à l’occasion de l’Aïd al-Adhâ, les autorités françaises ont donné leur agrément pour la mise en place d’une trentaine d’abattoirs temporaires, notamment dans l’est et le sud-est du pays. Chez nos voisins belges, il n’y aura en revanche pas de telle initiative. Selon le site d’actualité DH.be, aucun abattoir temporaire ne sera en effet installé à l’occasion de la fête du sacrifice, et ce sur l’ensemble du territoire de la région bruxelloise. C’est la secrétaire d’Etat en charge du Bien-Être animal, Bianca Debaets, qui a annoncé la nouvelle ce jeudi 16 août : « Ni la Région ni aucune commune ne mettra sur pied une telle structure », a-t-elle indiqué. Les communes avaient pourtant la possibilité de donner leur agrément à de telles structures, mais aucune d’entre elles n’a finalement proposé d’abattoir temporaire.

Le secrétariat d’Etat en charge du Bien-Être animal n’a donné aucune autorisation cette année puisqu’il n’a reçu… aucune demande. « Nous n’avons connaissance d’aucune initiative privée non plus. Une telle démarche nécessite par ailleurs une autorisation. Nous n’avons reçu aucune demande d’autorisation dans ce sens et le délai est de toute façon dépassé », se réjouit Bianca Debaets. Cette dernière se mue d’ailleurs, à l’occasion de l’Aïd, en islamologue : la secrétaire d’Etat propose en effet que les musulmans belges se rabattent vers les dons plutôt que de s’orienter vers un sacrifice. Elle affirme qu’il s’agit là d’« un acte équivalent à l’abattage d’un mouton ou d’une chèvre. » Cela permet également, selon elle, « d’éviter bien des souffrances animales. »

À lire aussi: Belgique: l’interdiction de l’abattage rituel dans les abattoirs temporaires confirmée en Flandre

Membre du parti chrétien-démocrate flamand (CD&V), Bianca Debaets avait déjà tenté de lutter contre le sacrifice de l’Aïd l’année dernière en interdisant les abattages à domicile et en obligeant les transporteurs d’ovins à demander une autorisation auprès de l’Agence fédérale de la Sécurité de la Chaîne alimentaire (AFSCA). Pour rappel, la Belgique a décidé, l’an dernier, d’envisager mettre fin à l’abattage rituel sans étourdissement d’ici à 2019. Le prédécesseur de Bianca Debaets, Ben Weyts, indiquant à l’époque que « les lois de ce pays priment sur les règles religieuses. » La Wallonie, de son côté, avait lancé un vaste débat sur l’interdiction totale de l’abattage rituel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here