PARTAGER
© https://www.rt.com/ De la fumée aperçue près du palais présidentiel afghan, le 21 août à Kaboul.

SHAFAQNA – RT : Les forces de sécurité afghanes ont mis fin ce 21 août à une attaque spectaculaire de plus de six heures dans Kaboul revendiquée par le groupe Etat islamique, alors que l’Afghanistan attend encore une réponse officielle des Taliban à l’offre de cessez-le-feu du président Ashraf Ghani. Le contexte actuel dans le pays avait conduit plusieurs observateurs a présumer que cette attaque était l’œuvre des Taliban.

Quelque trente obus de mortiers ont au total été tirés sur la capitale afghane à partir de «deux endroits distincts mais proches», a déclaré l’opération Resolute support (RS) déployée par l’OTAN en Afghanistan. Quatre des assaillants ont été tués et cinq se sont rendus, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

«Six civils et soldats ont été blessés», a déclaré au cours d’une conférence de presse le général Murad Ali Murad, le commandant de la garnison de Kaboul, pour qui seuls «deux assaillants ont été tués».

À lire aussi: En Afghanistan, un double attentat meurtrier dans une mosquée chiite

Le porte-parole de la police de Kaboul, Hashmat Stanikzai, a fait part d’un bilan similaire à celui du militaire. «L’attaque est terminée», a-t-il dit à des journalistes. Quatre suspects ont également été arrêtés et vingt obus tirés.

Le groupe Etat islamique a revendiqué l’attaque via son agence de propagande Amaq sur la messagerie Telegram. La cible était «le palais présidentiel», a-t-il ajouté.

Les projectiles sont ainsi tombés sur la capitale au moment où le chef de l’Etat faisait un discours pour le premier jour de l’Aïd, retransmis sur Facebook. A plusieurs reprises, on y voit le président afghan s’interrompre, cependant que des explosions retentissent. Puis il lance : «Cette nation ne va pas se plier à ces attaques de roquettes.»

Le président avait proposé le 19 août dernier une trêve de trois mois aux Taliban. Leur porte-parole, dans un message envoyé à l’AFP, a nié toute implication.

Les incidents avaient débuté vers 9h (heure locale) quand plusieurs roquettes avaient été tirées sur deux quartiers de Kaboul à partir d’un immeuble de Reka Khana, la vieille ville, selon plusieurs sources sécuritaires. Un journaliste de l’AFP a vu un hélicoptère de l’armée descendre en piqué au-dessus d’une rue proche de la mosquée d’Eidgah, dans ce même quartier, et tirer une roquette sur une position tenue par un assaillant. Un nuage de fumée s’est alors élevé.

Des habitants qui faisaient leurs courses pour l’Aïd se sont mis à courir pour se mettre à l’abri. Des voitures ont brusquement bifurqué pour quitter le quartier. Des explosions et des tirs d’armes à feu se sont faits entendre, tandis que les forces de sécurité bouclaient la zone.

La réaction du président Ashraf Ghani aux roquettes tirées sur Kaboul

Le président afghan Ashraf Ghani a réagi aux attaques à la roquette qui ont touché Kaboul ce 21 août. Avec calme, il a déclaré que l’Afghanistan serait «toujours prêt à respecter son indépendance, son honneur et sa tradition islamique»

À lire aussi: Après un an de silence, le chef de l’Etat islamique refait surface et appelle à poursuivre le djihad

A la suite des attaques à la roquette survenues dans la matinée du 21 août à Kaboul, premier jour de la fête musulmane de l’Aïd el-Kébir, le président afghan Ashraf Ghani s’est exprimé. «S’ils [les Taliban] pensent que, par des attaques à la roquette, cette nation se rendra, ils doivent revoir leurs plans», a-t-il réagi. «L’Afghanistan est une nation courageuse et forte qui est toujours prête à respecter son indépendance, son honneur et sa tradition islamique», a-t-il ajouté, face aux caméras.

Le président a également affirmé que 93 % de la population afghane souhaitait voir la paix dans le pays et que les forces de sécurité seraient prêtes à traiter cet «incident» comme un autre.

Le 20 août, la Russie a annoncé préparer une rencontre internationale sur l’Afghanistan, décidant d’y convier les Taliban, le mouvement fondamentaliste islamiste. L’ambassadeur d’Afghanistan en Russie, cité par l’agence Interfax, a salué cette initiative, estimant que Moscou souhaitait «utiliser les Taliban contre Daesh» en Afghanistan.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here