PARTAGER

SHAFAQNA- Le Muslim Post: On le savait : au-delà de l’aspect sportif, la Coupe du Monde est l’occasion de faire un état des lieux de la géopolitique mondiale. Après des Jeux Olympiques qui ont marqué une certaine unité entre les deux Corée, le Mondial pourrait donner lieu à des symboles très forts : l’Iran et l’Arabie Saoudite font tous deux partie des équipes engagées lors de la Coupe du Monde en Russie.

S’il y a cependant peu de chances qu’elles se rencontrent, les deux sélections font déjà polémique. L’Arabie Saoudite tout d’abord : le sélection saoudienne a versé 1 million d’euros à la fédération belge pour organiser un match amical contre les Diables Rouges. Devant le tollé provoqué par cette rencontre, le président de L’Union belge avait déclaré : « Si on doit éviter tous les pays à problèmes, on ne trouvera bientôt plus d’adversaires et on ne jouera plus contre personne. »

À lire aussi: Coupe du monde 2018: comment les joueurs musulmans gèrent le ramadan

Autre pays dans la tourmente médiatique : l’Iran. Ces derniers jours, la sélection nationale iranienne a perdu son équipementier. L’Américain Nike a en effet décidé de refuser de fournir des chaussures aux joueurs iraniens pour la Coupe du Monde. L’équipementier invoque sa volonté de respecter les sanctions américaines contre l’Iran. « Les sanctions applicables à Nike sont en place depuis de nombreuses années et sont inscrites dans la loi », assure un porte-parole de Nike.

Sauf que, entre janvier 2016 et aujourd’hui, l’administration américaine délivrait des autorisations à des multinationales américaines qui avaient donc le droit de passer des accords commerciaux avec des organisations iraniennes. Suite à l’annonce du président Trump de se retirer de l’accord nucléaire de 2015, ces autorisations ne sont plus valables. Vendredi, l’Iran débutera la compétition de football contre le Maroc. Il reste quatre jours à la fédération iranienne pour trouver une solution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here