PARTAGER

SHAFAQNA – La voix du nord | par Julien Dufurier : Pouvez-vous rappeler le principe et la signification du ramadan qui a débuté en fin de semaine dernière ?

« Le ramadan est un mois de jeûne et c’est un pilier de l’islam. Pendant un mois, les musulmans doivent s’abstenir de boire, de manger et d’avoir des rapports intimes avec leur conjoint. On doit aussi arrêter tout ce qui est blâmable : médire, mentir, voler… Ça ? c’est condamné de manière générale dans l’islam mais si on commet ces actes pendant le ramadan, ça le rend nul. Donc celui qui médit, autant qu’il aille manger car son ramadan n’aurait plus de sens. Quant à savoir pourquoi une telle pratique, les raisons sont nombreuses. Mais c’est notamment car c’est une activité qui appelle à faire un effort sur nous-même. C’est difficile pour un être humain de s’abstenir de boire et de manger. Ça permet aussi d’apprendre à se maîtriser. C’est la volonté du croyant qui est mise à l’épreuve. »

« Dans la communauté musulmane, il y a souvent une certaine forme de susceptibilité qui amène à qualifier d’islamophobie la moindre critique »

C’est la raison pour laquelle la rupture du jeûne est un moment festif ?

« Oui, car après une longue journée, environ dix-sept heures en ce moment, n’importe quel être humain est content de pouvoir boire et manger. Ensuite, car c’est un moment de convivialité, la famille se rassemble. C’est un peu comme Noël, mais pendant un mois. Le ramadan est aussi un moment de partage, les mosquées organisent donc des repas pour les gens qui sont seuls. »

Abdelmonai Boussenna est imam à la mosquée des Trois-Ponts à Roubaix. Photo Sébastien JARRY
Abdelmonai Boussenna est imam à la mosquée des Trois-Ponts à Roubaix. Photo Sébastien JARRY – VDNPQR

Peut-on être musulman et ne pas faire le ramadan ?

«  On peut être musulman et faire ce qu’on veut. On est dans un pays libre. Après, celui qui souhaite se conforter à la pratique de l’islam, il y a un certain nombre de choses à faire dont le ramadan, S’il y a des pressions pour le faire, c’est condamnable puisque le Coran dit «nulle contrainte en matière de religion». Mais n’importe quel savant de l’islam conseillera de jeûner puisque c’est un pilier de la religion. »

À lire aussi: Le mois béni du Ramadan: un résumé de ce que nous devrions savoir

Sur votre page Facebook très suivie et régulièrement actualisée, vous avez posté un message appelant les fidèles à respecter leurs voisins lors de la rupture du jeûne, pourquoi ?

« Car il y a eu des abus, c’est une réalité. Il est important que les Français de confession musulmane fassent leur autocritique. Dans la communauté musulmane, il y a souvent une certaine forme de susceptibilité qui amène à qualifier d’islamophobie la moindre critique. Moi, je suis imam, on ne peut donc pas dire que je suis islamophobe. Et l’une de mes responsabilités et de dire de faire attention le soir. Après la rupture du jeûne, on entre en contradiction avec le principe du ramadan si on se met à parler fort dehors. C’est une question de bon sens et de respect. Je dis aux fidèles : si les chrétiens ou les juifs faisaient du boucan tous les soirs pendant trente jours, vous n’aimeriez pas non plus. On fait toujours ce rappel quand les gens sortent de la mosquée, généralement il n’y a pas de soucis. Il faut se rendre compte que tout le monde ne jeûne pas. Le ramadan ne doit pas être une occasion de faire du tapage nocturne. »

Aujourd’hui, il suffit de se rendre dans les supermarchés pour voir que le ramadan est aussi devenu un business, quel regard portez-vous sur cet aspect ?

« Ah ça… le ramadan c’est un peu comme Noël, si ça n’existait pas il aurait fallu l’inventer pour faire marcher les affaires. Il y a du marketing partout là où il y de la demande. Et pendant le ramadan, il y a une forte demande de la communauté musulmane Ce qui m’interpelle, par contre, c’est l’habillage de ce marketing.

« Le ramadan est un mois de retenue et on tombe dans le contraire. On consomme à outrance, il y a du gaspillage »

On trouve souvent des chameaux, on nous rattache à l’univers d’Aladin mais on est Français. Je ne connais personne qui a un chameau. Je ne pense pas que ce soit volontaire mais c’est une manière de nous rappeler notre origine étrangère. J’en reviens enfin à la dimension autocritique. Le ramadan est un mois de retenue et on tombe dans le contraire. On consomme à outrance, il y a du gaspillage. Le panier moyen des musulmans explose pendant le ramadan alors que c’est censé être l’inverse. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here