PARTAGER

SHAFAQNA – Le Muslim Post : En janvier 2017, la municipalité de Barcelone avait lancé un plan contre l’islamophobie afin de « visibiliser l’islamophobie comme une forme de discrimination, et de contrecarrer la généralisation de stéréotypes négatifs sur l’islam et les personnes de confession musulmane ». 

Un des objectifs était aussi de normaliser la diversité culturelle et religieuse dans la ville, bien que Barcelone ne soit pas dotée d’une grande mosquée, comme dans la plupart des grandes villes européennes. 

À lire aussi: Une étude fait état de la hausse du racisme et de l’islamophobie en Europe

Quelques mois plus tard, le 17 août 2017, l’Espagne était touchée pour la première fois par des attentats revendiqués par Daech. Dans le centre-ville de Barcelone, puis à Cambrils, deux attentats faisaient au moins quatorze morts et une centaine de blessés. 

Nombreux craignaient alors une recrudescence de l’islamophobie en Espagne. Au lendemain des attaques, des inscriptions « mort à l’Islam » avaient entre autres été découvertes sur les murs de la mosquée Al Sunna de Fuenlabrada, dans la banlieue sud de Madrid.

Pour autant, un an plus tard, la mairie de Barcelone se veut rassurante, comme le rapporte un article de la Vanguardia. Elle assure que la vingtaine d’actions mis en place dans le plan contre l’islamophobie ont permis de minimiser le risque de discours de haine après les attentats. 

Parmi les mesures figurait la création d’un observatoire des crimes et discours de haine, ainsi que l’accompagnement des femmes musulmanes dans la dénonciation de situations discriminatoires. 

D’autres outils ont aussi été crées pour limiter les messages islamophobes sur les réseaux sociaux, notamment à travers  l’infographie #NoComparteixoRumors («Ne diffusez pas de rumeurs») lancée en septembre.

À lire aussi: En Espagne, la Médina Azahara classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO

55 séances de formation sur la discrimination et l’islamophobie, ainsi que sur la diversité culturelle, ont également été organisées pour plus de 1400 fonctionnaires barcelonais.

Le Conseil municipal aurait pour le moment procédé à 22 des 28 actions prévues dans le plan, qui s’étale jusqu’en 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here