PARTAGER
Les pays frontaliers de l'Irak avertissent contre un projet de démembrement du pays. ©Ekurd.net

SHAFAQNA – 72% des Kurdes irakiens ont voté pour l’indépendance de leur région. Ceci étant, lors de sa visite du Centre de commandement des forces conjointes, le Premier ministre irakien Haïder Al-Abadi a déclaré que le gouvernement central ne négocierait pas le résultat du référendum.

Nous ne traiterons ni avec le référendum ni avec ses résultats, dans la mesure où il affecte l’unité de l’Irak et la sécurité de la région “, a affirmé le Premier ministre irakien.

La tenue de ce référendum était illégitime et la cour suprême a déjà émis son verdict à ce propos. Cependant, ce référendum illégal a eu lieu. Dans une telle conjoncture, c’est la Constitution qui doit trancher. Dans le cas des différends sur certaines clauses de la Constitution, on recoure à la Cour suprême. Par conséquent, aucune partie ne peut faire une interprétation de la Constitution “, a-t-il indiqué.

La chaîne de télévision kurde Rudaw a fait part lundi d’un taux de participation de 72%  au référendum de lundi dans la région autonome du Kurdistan irakien. Selon la commission électorale, sur 4 millions 581 mille inscrits sur la liste des électeurs, quelque 3 millions 375 mille électeurs sont allés aux urnes. Aucune information officielle n’a pour l’heure été rendue publique.

Bien que le référendum ait eu lieu, la communauté internationale a évité de le reconnaître. L’étonnant est que les responsables kurdes ont organisé le référendum sans aucun observateur impartial “,  a expliqué Al-Abadi. Il a ajouté: ” Ce référendum et son résultat sont par conséquent dépourvus de toute validité. Les responsables kurdes tenaient à connaître le point de vue de l’opinion publique kurde sur la question de l’indépendance. Nous n’avons pas l’intention d’aller à la table des négociations, car le principe même du référendum était erroné, dans la mesure où le président du Parlement de la région autonome du Kurdistan l’a qualifié aussi d’illégitime.”

Al-Abadi a déclaré que son gouvernement mettrait en oeuvre des mesures afin de préserver l’unité du pays.

Il s’agit d’un acte qui contrevient à la Constitution et à la coexistence pacifique. Nous prendrons des mesures pour préserver l’unité du pays. Le référendum s’est tenu au moment où les Irakiens s’étaient unis pour lutter contre le terrorisme. Mais cette démarche des responsables kurdes attisent les litiges ethnico-religieux “, a-t-il souligné.

Et d’ajouter: ” Nous n’abandonnerons pas nos citoyens kurdes mais nous refusons l’établissement d’un État ethnique et raciste.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here