PARTAGER

SHAFAQNA – Slate | par Léa Marie : 81% des enseignantes britanniques estiment avoir été victimes de harcèlement sexuel depuis le début de leur carrière, et seules 5% d’entre elles assurent ne jamais avoir subi de violences psychologiques au travail. C’est ce qui ressort d’une récente étude menée outre-Manche sur un échantillon de plus de 1200 employées du corps éducatif.

Le harcèlement et les comportements déplacés dénoncés par les sondées ne seraient pas seulement le fait d’élèves, mais concerneraient également les parents, les collègues, ou encore les supérieurs hiérarchiques. Ils revêtiraient diverses formes: mains baladeuses, commentaires graveleux, photos prises à leur insu, propositions indécentes etc.

Ces chiffres alarmants surviennent peu après une autre enquête britannique selon laquelle un nombre croissant d’écolières choisiraient désormais de mettre un short sous leurs jupes pour éviter que leurs camarades ne les soulèvent ou ne prennent des photos «compromettantes» d’elles.

Lire aussi: Les bourreaux du travail

Chris Keates, secrétaire général du National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers (NASUWT), syndicat à l’initiative de cette étude, entend se servir de ces données «extrêmement dérangeantes» pour faire entendre la voix des enseignantes et éradiquer les comportements problématiques du milieu éducatif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here