25 ans d’efforts pour bâtir une communauté dynamique parmi des femmes musulmanes et chrétiennes de Chicago

by Pey Bahman Z
femmes musulmanes et chrétiennes de Chicago

SHAFAQNA – Les femmes musulmanes et chrétiennes de Chicago ont utilisé les capacités des deux religions, l’Islam et le christianisme, pour créer des liens positifs et construire une société multiculturelle dynamique.

Huma Murad, une femme musulmane, travaille dans l’organisation de dialogue interreligieux appelée « Catholic/Muslim Women’s Dialogue Group » dans la ville de Chicago, sa participation à différents projets, lui ont permis d’avoir une présence efficace dans la société.

25 ans d’efforts pour bâtir une communauté dynamique

Huma a déclaré : « Ma mère était responsable de la section des femmes d’un refuge au Pakistan. Je l’ai vue aider les victimes des inondations et leur préparer à manger. L’organisation avec laquelle je travaille depuis 2002, est l’association caritative « BEDS Plus » dont la mission est de fournir de la nourriture et un abri aux sans-abri. Lorsque les gens voient que chrétiens et musulmans travaillent ensemble pour résoudre les problèmes de la société, les stéréotypes disparaissent et nous pouvons aider et soutenir les personnes dans le besoin. Suite aux récentes violences en Palestine, la coopération et l’empathie au sein de la communauté interconfessionnelle, se sont renforcées.  Ce groupe est une équipe de femmes. J’aime cette idée parce que nous pouvons nous comprendre. Au-delà des bénéfices moraux, des relations durables se nouent au sein du groupe. Dans cette famille interconfessionnelle, nous pensons que la foi doit primer et que tous nos talents doivent être partagés et mis au service de l’humanité ».

Une amitié bénéfique

Homa Murad a été présentée à ce groupe par son amie Karen Danielson, l’une des fondatrices du Groupe de dialogue entre catholiques et musulmanes. Danielson a contacté le curé de la paroisse St. Fabian de Bridgeview, Walter Thurlow, pour créer un groupe de discussion interreligieux.

À lire aussi: Le marché de la mode, en concevant des vêtements adaptés aux femmes musulmanes aux États-Unis

L’organisation du Groupe de dialogue entre femmes catholiques et musulmanes, célèbre aujourd’hui son 25ème anniversaire.

25 ans de réunions féminines à partir des points communs des différentes religions

Lors de la cérémonie Christiane Sola, membre depuis cinq ans du groupe de dialogue, a déclaré : « Cette cérémonie était un événement très chaleureux. J’avais apporté des petits sandwichs. Il y avait aussi beaucoup de friandises et de nourriture arabes, et beaucoup de choses difficiles à décrire. Nous avons commandé des plats différents parce que notre groupe est composé de cultures différentes. Je suis pakistanaise et j’ai apporté du thé et des samossas. Nous avons également commandé une tarte palestinienne aux épinards, des gâteaux, des biscuits et des pâtisseries, pour accompagner le thé. Certains membres sont boulangers et ont apporté leurs produits. Il y avait aussi différentes boissons et différents types de thé, du thé palestinien, du thé turc et du thé pakistanais.

Les tables de discussion étaient composées d’une chrétienne et d’une musulmane. Vous n’aviez d’autre choix que de parler à la chrétienne ou à la musulmane qui était à côté de vous. C’était un bon début pour faire connaissance. La réunion a commencé avec un discours de bienvenue suivi par une prière des adeptes des différentes religions ».

L’importance de la socialisation

Janet Pawlicki, membre de ce groupe, a déclaré : « Tout avait été fait maison. La nourriture était délicieuse. Parfois je demande les recettes, mais c’est trop compliqué. Je n’arrive jamais à bien faire les choses. Ce sont d’excellents cuisiniers et des boulangers talentueux. La socialisation est aussi importante, je vais à chaque table, je dis bonjour, il y a des gens que je connais et d’autres que je ne connais pas. Parfois, nous organisons un quiz d’une vingtaine de questions, pour réchauffer l’ambiance et nouer l’amitié. Je pense que la mission du groupe est de connaître les convictions de chacun. Il y a une telle diversité et tellement de points communs dans ce que nous faisons et dans la manière dont nous célébrons, dans les aliments et les traditions. Tout dépend de la famille et de la façon dont nous adorons Dieu. C’est le fil conducteur que j’ai finalement compris. Nous respectons nos règles et les idées des autres. Nous partageons nos similitudes et nos différences, et le faisons avec respect. Lors de nos réunions mensuelles, nous apprenons à être tolérants et à accepter les différences ».

Source: IQNA

You may also like

Leave a Comment

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.