PARTAGER

SHAFAQNA – Hajij : Muhammad b. Hasan (né en 255 H.), connu sous le nom de Imam al-Mahdi (a.j), (en arabe: المهدي) (qui signifie le bien guidé, et celui qui guidera le monde vers Dieu), l’Imam du temps et Hujjat b. al-Hasan, est le douzième Imam des chiites duodécimains.

D’après les sources chiites, la naissance de l’Imam du temps fut cachée, et sauf quelques compagnons proches de l’Imam Hasan al-‘Askarî (a.s), son père, personne ne l’a vu.

Selon cette croyance, l’Imam Mahdi (a.j) est le Sauveur de la fin des temps, et c’est lui le Mahdi Maw’ûd (a.j), celui qui a une durée de vie très longue et vie pendant des longues périodes en occultation. C’est celui qui se soulèvera et apparaîtra à la fin des temps pour rétablir la justice dans un monde qui serait alors totalement corrompu.

Certains chiites ont douté, après la mort de l’Imam Hasan al-Askarî (a.s), de la présence de son fils Mahdi (a.j). Les préceptes et paroles de l’Imam Mahdi (a.j) adressés aux chiites ont été transmis à la communauté par ses Représentants particuliers et c’est cela qui a joué un rôle important dans la stabilisation du chiisme.

L’Imam Mahdi (a.j) a eu une première courte occultation (al-ghaybat al-sughrâ) après la mort de son père; ce fut durant cette période de l’occultation mineure qu’il communiquait avec les chiites par l’intermédiaire de ses Quatre Représentants.

Mais il s’est occulté ensuite définitivement, en l’an 329 H., (L’Occultation majeure) ; une occultation suite à laquelle ses communications avec les chiites sont totalement interrompues.

L’exégèse chiite, en se basant sur les paroles attribuées aux Imams des chiites, considèrent que certains versets coraniques ont été révélés au sujet de l’Imam Mahdi (a.j) et le concernent. Il existe également de nombreux hadiths à propos de la vie, les occultations et le gouvernement de l’Imam Mahdi (a.j) dans des divers livres de compilation de hadith. Indépendamment des livres de hadiths, beaucoup d’autres livres sont aussi rédigés à propos du douzième Imam.

Il a aussi de nombreux lieux dans des endroits différents du monde, attribués à l’Imam Mahdi (a.j). Des lieux comme Galerie sacrée à Sâmirrâ, la Mosquée de Sahla à Kûfa, et la Mosquée de Jamkarân près de Qom en Iran.

Nous pouvons également mentionner d’innombrables prières et invocations qui concernent les communications avec l’Imam Mahdi (a.j) dans le monde chiite. D’après certains hadiths, même la vision de l’Imam Mahdi (a.j) est possible pour certaines personnes ; ce qui est d’ailleurs mentionné dans les récits de certains événements mystiques dans les livres des sages et savants chiites.

À lire aussi : Les Signes et les circonstances de l’apparition de l’Imam Mahdi (A.S)

La naissance de l’Imam al-Mahdi

La date de sa naissance

Il y a des divergences à propos de l’année de la naissance de l’Imam Mahdi (a.j)[22]. Certaines des sources anciennes, n’ont pas voulu parler de la date la naissance de douzième Imam (a.j), et l’on considéré comme secret. Mais certaines narrations (riwâyât) chiites mais, aussi sunnites, ont considéré l’année 255 H[23]. ou 256 H[24]. comme l’année de sa naissance.

Il y existe également des divergences à propos du mois de la naissance de l’Imam; l’avis le plus courant considère le mois de Sha’bân comme le mois de sa naissance, ce que de nombreuses sources anciennes admettent aussi[25]. Toutefois certaines sources chiites[26] mais aussi sunnites[27], considèrent le mois de Ramadan comme le mois de sa naissance, d’autres ont parlé des mois de Rabî’ al-Awwal ou [[Rabî’ ath-Thânî] comme le mois de sa naissance[28].

Concernant le jour de sa naissance, les sources historiques ont rapporté des informations différentes, parmi toute la plus connue est celle qui considère le 15ème jour du mois de Sha’bân comme le jour de sa naissance[29]. Parmi les savants chiites qui sont de cet avis nous pouvons mentionner Kulaynî, Mas’ûdî, Shaykh Sadûq, Shaykh Mufîd, Shaykh Tûsî,Ibn Tâwûs, Ibn Tiqtaqî, ‘Allâma Hillî, Shaykh Bahâ’î, Shahîd Awwal, Kaf’amî, Amîn al-Islam Tabarsî et Fattâl Niyshâbûrî[30].

Parmi les savants sunnites qui sont de cet avis, nous pouvons citer : Ibn Khalkân, Ibn Sabbâgh Mâlikî, Shi’rânî Hanafî, Ibn Tûlûn, etc.
Précision également que le premier jeudi soir (nuit de vendredi) du mois de Ramadan, ou un autre jeudi soir (nuit de vendredi) de ce mois est mentionné dans le livre Kamâl ad-Dîn de Shaykh Sadûq comme l’éventuel jour de la naissance de l’Imam[31].

Le lieu de sa naissance

Les historiens qui se sont exprimés à propos du lieu de naissance de l’Imam, sont unanimes à propos du fait qu’il est né dans la maison de son père, l’Imam Hasan al-‘Askarî à Samarra[32]. Cette maison était située dans une rue appelée “Râdha” ou “Wasâfa”. Aujourd’hui ce lieu est le sanctuaire de l’Imam Hâdî (a.s) et de l’Imam Askarî (a.s)[33].

D’après les historiens, ces deux derniers Imams, ont été appelés à aller vivre à Samarra, le centre du gouvernement abbasside, bien longtemps avant la naissance de l’Imam Mahdi (a.j)[34][35].

À lire aussi : Une autre vision de l’Imam Mahdi (A.J) : La question de l’Imam disséquée par Henri Corbin

Le récit de sa naissance

Le célèbre récit de la naissance du douzième Imam est rapporté par Hakîma Khâtûn, la tante paternelle de l’Imam al-‘Askarî (a). Certains passages des témoignages de Hakîma sont rapportés par Shaykh Sadûq.

Elle raconte :

“l’Imam Hasan al-Askarî m’appela auprès de lui et me dit :

Ô ma tante! Reste chez nous ce soir de mi-Sha’bân, puisque Dieu le Très Haut fera apparaître sa preuve [sur terre].

Je lui ai demandé, c’est qui sa mère ?

Il m’a répondu : Narjis!

Je lui ai dit : Mais il n’y a aucune trace de grossesse en elle;

il m’a répondu : [oui mais] c’est ce que je te dis!.

Hakîma Khâtûn rapporte le récit de la naissance ainsi :

Je suis rentrée et me suis assise; puis Narjis arriva, rangea mes chaussures et me dit :Ô Ma Dame, et la Dame de ma famille! comment allez-vous?

Je lui ai dit :C’est toi Ma Dame et la Dame de ma famille! Cela ne lui a pas plu et m’a dit :

ma chère tante! ne dite pas cela! Je lui ai dit: Chère fille, ce soir Dieu le Très Haut te donnera un enfant qui est le seigneur d’ici-bas et de l’au-delà.

Pudique, elle n’a rien répondu. J’ai rompu mon jeûne après la prière et me suis couchée ensuite. Dans la nuit quand je me suis levée pour la prière, Najis dormait. J’ai continué mes prières puis me suis allongée, mais j’étais réveillée par inquiétude. Elle, elle dormait. Plus tard elle se réveilla et effectue sa prière et se recoucha.

Elle continue :[Je me suis levée] et suis sortie pour regarder l’aube dans le ciel. J’ai constaté que la première aube (fajr al-awwal) est levée; elle, elle dormait. J’ai douté dans mon cœur! Soudain Abu-Muhammad cria de sa chambre:Ô ma tante! Dépêche-toit que cela se rapproche ici!

Elle dit: Je me suis assise pour réciter les sourates As-Sajda et Yâsin.

Elle [Narjis] se réveilla d’un coup avec inquiétude; je me suis précipitée vers lui et lui ai dit :Que le nom de Dieu soit sur toi! Sens-tu quelque chose? Elle m’a dit: Oui ma tante! Je lui ai dit : recueille toi et renforce ton cœur que cela est bien ce dont je t’ai parlé!

Elle continue: D’un coup une faiblesse nous prit Narjis et moi … j’ai repris la conscience par l’appel de mon seigneur; j’ai retiré le drap sur Narjis et j’ai vu soudain mon seigneur (l’enfant de Narjis) qui se prosterne par terre.

Je l’ai pris dans mes bras. Il était propre et pur.

Abu-Muhammad m’a dit: Ô ma chère tante! Emmène mon enfant auprès de moi! Je l’ai emmené. Il a éntendu ses deux paumes et plaça l’enfant sur ses paumes et mit ses pieds contre sa poitrine. Il mit ensuite sa langue dans la bouche de l’enfant, et passa sa main sur ses yeux, ses oreilles et ses articulations.

Il dit ensuite: “اشهد ان لا اله الا الله وحده لاشریک له و اشهد ان محمدا رسول الله”.

Il salua ensuite le Prince des croyants et les Imams suivants jusqu’à ce qu’il arrive au nom de son propre père; puis il retira sa langue [de la bouche de l’enfant]”[36].

À lire aussi : Hadîths du Prophète (S.A) sur l’identité de l’Imam Mahdî (A.J)

La discrétion de sa naissance

Les califes abbassides, en se basant sur les hadiths et les récits attribués au Prophèthe et aux Imams, savaient bien que le douzième Imam et le Mahdi (a.j) allait naître. Ils avaient mis alors en place des surveillances sur l’Imam Hasan al-Askarî (a.s) et sur sa maison. Les historiens ont apporté que [[Mu’tamid Abbassî] avait demandé aux sages-femmes d’entrer à l’improviste chez les sâdât (les descendants des Imams) et notamment chez l’Imam Hasan al-Askarî (a.s), et de fouiller les maisons et de rapporter les états de son épouse[37].

Une servante nommée Thaqîl qui, pour sauver la vie de l’Imam Mahdi (a.j) avait prétendu sa grossesse, était alors arrêtée et on l’avait même gardée sous surveillance pendant deux ans pour être sûr qu’elle ne porte pas d’enfant[38].

La naissance de l’Imam Mahdi (a.j) a été cachée du commun des croyants. Ce fait et ses raisons ont été expliqués dans les hadiths et les récits[39]. Par exemple l’Imam al-Sajjad (a.s) dit :

” Il y a des traditions venues des prophètes chez notre Qâ’im … dont une tradition d’Abraham [qui est] la discrétion de la naissance et la retraite à l’égard des gens…”[40].l’Imam al-Sâdiq dit également :

“La naissance du Maître de l’Ordre (Sâhib al-Amr) est dissimulée aux yeux du peuple jusqu’à son apparition; (et cela) pour qu’il ne porte aucune dette due à l’allégeance sur son épaule”[41].

Le Shaykh Mufîd pense également que :

“La naissance de son Excellence a été cachée au public à cause des problèmes de son époque et la recherche acharnée du roi et ses efforts obstinés pour trouver la dernière Preuve de Dieu”[42].

Le fait qu’une naissance soit faite en cachette, n’est pas nouveau dans l’histoire. Par exemple, on le sait très bien, la naissance du prophète Abraham (p) avait également été fait en cachette par peur du roi de son temps qui le cherchait pour le faire disparaitre[43]. Dans le Coran également nous lisons dans la Sourate al-Qasas, les versets 7 à 13, le récit de la naissance cachée de Musâ b. ‘Imrân (p) (Coran, XXVIII./7-13).

Les témoins de sa naissance

Les témoins de la naissance de l’Imam Mahdi (a), en plus de Hakîma Khâtûn, étaient deux servantes de l’Imam Hasan al-‘Askarî, nommées Mariya et Nasîm.

Le Shaykh Tûsî et le Shaykh Sadûq ont rapporté :

“Nasîm et Mariya ont dit : lorsque le Maître du Temps est sorti des entrailles de sa mère, il se mit à genou par terre et monta les deux index au ciel et éternua et dit : ” Louange à Dieu, et que Dieu bénisse Muhammad et Sa Famille” (الحمدلله رب العالمین و صلی الله علی محمد و آله); les oppresseurs pensent que la Preuve de Dieu est disparu. Si nous aurions l’autorisation de prendre la parole, ce doute aurait été aboli”[44].

Les rapports sunnites

Certains savants sunnites ont également rapporté la naissance du douzième Imam, toutefois, ils sont restés silencieux quant à l’idée de son retour en tant que Mahdi (le fait qu’il est le Maw’ûd). Nous pouvons citer à ce propos Ibn Athîr (630 h.) dans Kâmil fî al-Târîkh; Ibn Khalkân (681 h.) dans Wafîyât al-A’yân ainsi que Dhahabî (748 h.) dans Al-‘Ibar.

D’autres ont rapporté sa naissance tout en admettant son retour en tant que Mahdi (le fait que c’est lui le Maw’ûd). Parmi ces derniers, nous pouvons citer : Ibn Talha Shâfi’î (652 h.) dans Matâlib al-Su’ûl et Ibn Sabbâgh Mâlikî (855 h.) dans al-Fusûl al-Muhimma.

À lire aussi : Les hadiths confirment l’existence de l’Imam Mahdi (A.J) et qu’il est bien le XIIe Imam d’Ahl-ul-Bayt

La conscience des chiites de sa naissance

Suite à la naissance du douzième Imam (a.j), certains chiites initiés et fiables auprès de l’Imam Hasan al-Askarî (a.s) ont rendu visite à l’Imam du Temps (a.j). Le Shaykh Mufîd en mentionne certains comme : Muhammad b. Ismâ’îl b. Mûsâ b. Ja’far, Hakîma la fille de l’Imam Jawâd (a.s), Abû Ali b. Muttahar, ‘Amr Ahwâzî et Abû Nasr Tarîf – le serviteur (Khâdim) de la maison du onzième Imam (a.s) [45].

Il est rapporté que Muhammad b. ‘Uthmân ‘Amrî accompagné de quarante personnes s’était rendu auprès de l’Imam Hasan al-‘Askarî (a.s). L’Imam leur montra son enfant et dit :

” Il est votre Imam après moi et mon successeur parmi vous. Obeissez-le et ne vous dispersez pas dans votre religion pour ne pas périr. Vous ne le verriez plus jamais désormais.”[46].

Shaykh Tûsî rapporte un récit semblable en mentionnant des personnalités comme : Ali b. Bilâl, Ahmad b. Hilâlî, Muhammad b. Mu’âwîya b. Hakîm et Hasan b. Ayyûb b. Nûh[47].

Kulaynî également rapporta de Dû’ b. Ali ‘Ijlî qu’un homme de la Perse (Fars) avait dit:

” Je suis allé chez l’Imam Hasan al-Askarî (a.s) à Samarra pour devenir son serviteur; il me confia les courses de la maison. Un jour l’Imam (a.s) m’a montra son fils âgé d’à-peu-près deux ans et m’a dit :

Il est votre Maître (هذا صاحبکم).”

Dû’ b. Ali ‘Ijlî rajoute que cet homme de la Perse lui a dit qu’à partir de là, il n’a plus revu cet enfant jusqu’à la mort de l’Imam Hasan al-‘Askarî (a.s)[48].

Shaykh Mufîd considère des personnes comme Abû ‘Umar, ‘Uthmân b. Sa’îd al-Samân et son fils Abû Ja’far Muhammad b. ‘Uthmân parmi ceux qui ont vu l’Imam du Temps (a) durant la vie de l’Imam Hasan al-‘Askarî (a)[49].

Il faut également parler des personnalités issues des célèbres familles comme : Banû al-Rahbâ de Nasîbîn et Banû Sa’îd, Banû Mahzîyâr de la ville de Ahwâz (du sud de l’Iran), Banû al-Rakûlî de la ville de Kûfa, Banû Nawbakhtî de la ville de Baghdâd, et un groupe des gens des villes de Qazvîn et Qom (de l’Iran) ainsi que de Jibâl (du Liban), comme ceux qui ont vu l’Imam (a.j) durant la vie de son père[50].

La réaction des Abbassides de sa naissance

Quand le calife abbasside, al-Mu’tamid Abbassî a appris la nouvelle de l’état grave de santé de l’Imam Hasan al-‘Askarî (a.s), il a chargé cinq personnes fiables parmi ses agents pour qu’ils surveillent la maison de l’Imam (a.s). Il a ordonné également au Juge de la ville (Qâdi al-Qudât) de charger dix personnes fiables de son entourage pour veiller l’Imam Hasan al-‘Askarî (a.s)[51].

L’Imam de son côté, mentionna dans son testament qu’il donnerait tous ses biens à sa mère, Hudayth. Toutefois les abbassides n’ont pas permis que sa volonté soit réalisée ; ainsi ce fut Ja’far, le frère de l’Imam Hasan al-‘Askarî (a.s), qui pris la moitié de ses biens[52].

Suite à la mort de l’Imam, le calife abbasside envoya un groupe à la maison de l’Imam. Ce groupe, outre de fermer et de sceller la maison et de confisquer les biens, était chargé de la fouiller afin de trouver son enfant. Ils sont allés même jusqu’à vérifier l’état d’éventuelle grossesse de toutes les femmes et de toutes les servantes[53] dont Thaqîl qu’ils ont soupçonnée enceinte, et ont amenée avec eux, laquelle ils ont gardé pendant deux ans[54]!

À lire aussi : Indications du Coran sur l’Imam Mahdi (A.J)

La durée de vie de l’Imam du Temps

Le douzième Imam est donc né en 255 H. Cela fait maintenant 12 siècles ! Cette durée de vie n’est logique vu la durée de vie de l’homme ordinaire. Les savants chiites se sont exprimés de manière différéntes pour répondre à cet énigme. Dans ce qui suit nous allons essayer de les catégoriser en plusieurs parties.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here