PARTAGER

SHAFAQNA – Ahmad Khameh Yar * | traduit par SHAFAQNA **

Enterrement de personnages chiites au près du sanctuaire des Imams d’Al Baqi’ (AS)

La sainteté, l’importance et la place particulière dont joui le sanctuaire des quatre Imams (AS) à Baqi’ ont représenté tous le long de l’histoire un facteur déterminant pour que plusieurs figures religieuses et politiques, chiites et sunnites compris, soient enterrés à proximité de ce lieu sacré. Semhoudī (décédé en 911), célèbre historien de Médine, a souligné que dans son temps à côté de ce lieu de sépulture, il y avait des nombreuses tombes d’aristocrates (Sadâte gouvernant de la ville) ainsi que de leurs proches.

 

Lire aussi : Un récit de la façon dont les chiites interagissent avec le noble Baqi’ (Partie 1)

 

Sans aucun doute, un certain nombre de sépultures près du sanctuaire des Imams d’Al Baqi’ (AS) appartenaient à des personnalités chiites, qui, même si certains d’entre eux n’étaient pas des Chiites duodécimains mais avaient un lien avec d’autres sectes chiites. Des premiers récits historiques dans ce domaine, il y a un récit sur la mort d’une personne nommée Abou Abdullah Qami, un marchand égyptien mort à Dhi al-Qi’da en l’an 400 A.H, en route d’Egypte vers La Mecque, afin d’accomplir l’obligation du pèlerinage (Hajj). Son corps a été transféré à Médine et enterrés près des Imams de Baqi’ (AS) C’était un très riche marchand et trésorier du gouvernement fatimide en Egypte.

Parmi d’autres personnalités enterrés près du sanctuaire des quatre Imams, “Sayf al-Dinne Hussein Ibn Abi Al-Hayjae”, gendre d’ “Al-Saleh Talae’ ibn Rozeyq” (assassiné en 556 AH), qui était ministre des deux califes fatimides, al-Faïz et al-‘Adhid, sa tombe est situé du côté West, et Semhoudī a noté l’existence d’agent sur sa tombe pendant son temps. Ibn Abi Al-Hayjae a travaillé sur la construction et la revitalisation des sites sacrés à Médine, et il est resté longtemps dans la ville des vestiges de ses contributions, dont l’histoire de Médine a retenu quelques-uns. Son appartenance aux Talae’ ibn Rozeyq et son enterrement auprès des Imams de Baqi’ (AS) peuvent aussi être considérée comme indications sur sa confession chiite.

L’un des plus célèbres personnages érudits chiites enterrés à côté du site funéraire des Imams d’Al Baqi’ (AS), on citera, Cheikh Ahmad Ahsaee (1161-1241) auteur de nombreux livres, sa tombe est située en bas du pied du dôme des quatre Imams, Sous la gouttière et derrière leur autel. Dans un certain nombre de sources perses et mémoires de voyages, il est mentionné dans la pierre tombale de sa tombe deux vers arabes contenant la date de sa mort, et Mirza Muhammad Hossein Farahani écrit dans son journal de voyage (depuis 1303) que dans son temps, chiites et sunnites lisaient la Fatihat (1erchapitre du Coran) Sur la tombe d’Ehsaee.

Près de la tombe de Cheikh Ahmad Ehsaee, à l’extérieur du sanctuaire des quatre Imams (AS), on trouve également la tombe de Cheikh Abou al-Qassem Cheikh al-Islam Shîrazî (décédé en 1286 AH), qui est mentionné dans un certain nombre de journaux de voyage perses.

Le susnommé, est le fils de Cheikh Mohammad Hussein Cheikh al-Islam Shîrazî, né à Chiraz en 1211, il a étudié les sciences religieuses comme la jurisprudence, les hadiths et les commentaires, après la mort de son oncle, Cheikh Mohammad Amine Cheikh al-Islam, il a été nommé juge. En 1285, il s’est rendu à La Mecque, et peu après avoir fait les rites du pèlerinage (Hadj), il est décédé à Médine le mois de Muharram, en 1286, et a été enterré à côté du sanctuaire des Imams d’Al Baqi’ (AS).

Parmi les autres personnes chiites enterrés à côté du sanctuaire des Imams d’Al Baqi’ (AS), on peut citer aussi Mirza Youssef Sadr al-‘Oulama, fils de Mirza Mohammad Isac, serveur d’Ardabilî. Qui est mort dans son voyage de Hadj après la fin de la saison du Hajj, à Médine en 1372, et qu’il a été enterré près du cimetière de quatre Imams (AS). Sans aucun doute, le nombre de personnalités chiites enterrées dans le voisinage des Imams de Baqi’ (AS) est supérieur à cela, et peut-être d’autres personnalités pourraient être identifiés en regardant plus loin dans les sources historiques.

Lire aussi : Janna al-Baqî avant la destruction

 

Commémoration chiites du jour d’Achoura et des jours de Muharram

Nous savons que la ville de Médine était l’une des villes qui dans certaines périodes historiques, le chiisme y avait une influence prépondérante. Comme dans les périodes récentes et à ce jour, une minorité de Chiites ont toujours été présents dans cette ville et y sont toujours. D’autre part, nous savons que dans la plupart des endroits où les chiites avaient une présence significative, le rituel de célébration d’Achoura et le deuil de Muharram ont également eu lieu. Et généralement, le lieu de rassemblement des chiites pour la cérémonie d’Achoura, ce sont les édifices religieux et surtout les lieux et les sanctuaires reliés à Ahl-ul-Bayt (AS).

A Médine, l’endroit où plus que nulle part ailleurs pourrait être le centre de rassemblement des chiites lors de la cérémonie de commémoration du jour de l’Achoura et du deuil de Muharram ; c’est le cimetière de quatre Imams enterrés à Baqi’. Selon un récit du grand historien d’Alep, Kamal al-Din Ibn ‘Adim (décédé en 660 AH), raconte avec un seul médiateur du narrateur d’origine : il est clair que les chiites vivant dans la ville de Médine se rassembles chaque année, le jour de l’Achoura sous la coupole d’Abbas et les quatre Imams (AS). Ils se regroupent en assemblé et lisent la tragédie du martyre de l’Imam Hussein (AS). Il semble que cette citation de son auteur date du sixième siècle AH.

 

Voir aussi : Photo : Les mausolées de Al-Baqî’, avant d’être détruits par le gouvernement saoudien

 

Bien qu’à l’époque des Mameloukes, les chiites de Médine et d’autres territoires dominés par les Mamelouks firent l’objet d’une grande rigueur de la part des souverains, et Il ne nous est pas arrivé assez de récits historiques sur la commémoration des Chiites du deuil au près du dôme des Imams Baqi’ (AS) durant cette période. Mais nous savons que cette tradition a continué dans les périodes plus tardives, au moins à la fin de la période ottomane. Cependant le défunt Abd-al-Rahim al-Harbi, dans l’autobiographie de Cheikh Abd-ul-Moneim Hajj (décédé en 1400 AH) – un dignitaire religieux chiite de Médine – rapporte ; qu’après la fin de la cérémonie du deuil, il guidait les gens qui ont participé au deuil vers le dôme des Imams d’Al Baqi’ (AS), dans ce temps-là le dôme était encore debout.

Haj Ayaz Khan Qashqa’i, après son pèlerinage (Hadj) dans les dernières années de la période Qâdjâr, entra à Médine just après le jour d’Achoura en 1341. Cependant, les cérémonies de deuil chiites aux jours de sa présence à Médine, comme le treizième jour de Muharram, les décrit comme tel. Les Sadate Nakhawilah de Médine et d’autres chiites arabes et non arabes qui étaient présents à Médine ces jours-ci, tenaient des rituels de deuils, citaient des poèmes des sermons et autres dans les ruelles de Médine, en particulier devant le sanctuaire des Imams d’Al Baqi’ (AS), qui selon lui, toutes les rues de Médine étaient ébranlées par les lamentations et les pleurs.

 

* Doctorant en culture et civilisation islamique, Université de Téhéran.

** Réédition du magazine “Bahariyeh” attaché à l’Institut du patrimoine islamique, n ° 3, numéro spécial printemps 1396.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here