PARTAGER

SHAFAQNA – Saphir News | par Hanan Ben Rhouma : Le ministère des Armées a rendu public, mercredi 14 mars, un livret sur la laïcité destiné aux attachés de défense en poste à l’étranger. Le guide, intitulé « Expliquer la laïcité française : une pédagogie par l’exemple de la “laïcité militaire” », est « née d’un triple constat fait par plusieurs attachés de défense notant que leurs interlocuteurs locaux considèrent la laïcité comme une singularité française ; associent la laïcité “à la française” à une hostilité envers toute affirmation publique d’une identité religieuse ; notent que chaque Français interrogé sur la laïcité en donne une définition très personnelle ». 

Lire aussi: La France sur le podium des exportateurs d’armes

Pour la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS), le guide – à l’origine, nous dit-on, une publication interne édité en novembre 2017 – est une réponse à la « perception caricaturale » d’une France « hostile aux religions » de par sa conception propre de la laïcité et les polémiques régulières qui l’entoure, une image qui « génère souvent des sentiments négatifs envers notre pays ». Il est ainsi conçu comme un livret pratique expliquant ce qu’est la laïcité – et, surtout, ce qu’elle n’est pas – à travers « l’exemple de sa pratique » dans l’institution militaire, lit-on en préambule du document que Saphirnews a pu consulter. 

La pratique de la laïcité dans ses armées en exemple

« Dire que c’est bien au nom de la laïcité que la République salarie dans ses armées des prêtres, des rabbins, des pasteurs et maintenant des aumôniers musulmans ébranle bien des stéréotypes qui pèsent sur notre régime de laïcité, pas uniquement à l’étranger d’ailleurs », nous fait part Eric Germain, chargé de mission fait religieux & laïcité à la DGRIS. 

« La “laïcité militaire” illustre que la République n’est en rien hostile à l’expression publique de sentiments religieux. Afin de garantir la liberté de pratique religieuse dans l’environnement particulièrement contraignant des armées, l’État salarie des aumôniers militaires de quatre cultes – catholique, israélite, protestant depuis 1874 et musulman depuis 2005 », est-il signifié dans le livret. 

Une réponse diplomatique à des perceptions négatives de la France sur le fait religieux

Pour apporter des réponses concrètes aux attachés du ministère et autres diplomates faisant face à des interrogations de leurs interlocuteurs, une liste de questions les plus fréquentes y sont recensées : « La laïcité française est-elle hostile aux religions ? », « La laïcité française est-elle l’expression d’une indifférence absolue de l’État vis-à-vis du religieux ? », « La laïcité française interdit-elle d’exprimer son identité religieuse dans l’espace public ? » ou encore « La République française reconnaît-elle des communautés religieuses ? ». 

Lire aussi: Laïcité : Conseil des sages ou groupuscule idéologique ?

« Pour le citoyen, la laïcité peut aussi renvoyer à une perception subjective. Mais pour un représentant de l’État, la laïcité ne peut être une opinion. Elle doit être une référence claire et objective, car fondée sur la loi », souligne-t-on, indiquant également que « la laïcité française est aussi une culture politique, un ensemble de perceptions enracinées dans une histoire longue et singulière ». 

Cet outil dont s’est doté le ministère des Armées entre dans le cadre plus global d’une stratégie de communication de la diplomatie française consistant à promouvoir une meilleure compréhension de la laïcité à la française à l’étranger, un travail considéré depuis des années comme nécessaire par le Quai d’Orsay. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here