PARTAGER

SHAFAQNA – Déjà on discute sur le glorieux Coran et la sounnah comme les deux partis de la source pansée de chiites, et après on a distingué qui fait parti de la maison du prophète. Maintenant on va discuter sur la raison comme le troisième partie de source de pensée chiite.

Les chiites croient que la raison est la source de connaissance digne de foi et en complète harmonie avec la révélation. Selon certains hadiths, Dieu a deux preuves (Houjjat) par lesquelles les humains peuvent comprendre Sa Volonté. Celle qui est interne est la raison (al ‘aql) et celle qui est externe ce sont les prophètes.

Lire aussi : Les effets éducatifs de la foi en le Jour de la Résurrection dans la vie individuelle et sociale

Parfois la raison et appelée « le prophète interne » et les prophètes sont appelés « la raison externe ». Il y a une règle établie parmi les juristes chiites, que quelque soit le jugement fait par la raison il est le même que celui fait par la religion (shar’) et vice versa. Il est unanimement accepté qu’une des conditions de la responsabilité morale ou légale est la pleine possession de sa raison. Si quelqu’un est aliéné, il n’est pas considéré comme étant responsable de ses actes.  Ce qu’on attend des gens dans la religion varie aussi selon leur capacité mentale et rationnelle. Ceux qui sont très futés et intelligent sont sensés être plus préparés, pieux et obéissants que ceux qui sont maladroits ou ignorants.

Selon le Coran, Allah demande à tous les être humains de faire preuve de leur faculté rationnelle pour réfléchir à ses signes et communication dans l’univers. Dans beaucoup d’occasions les mécréants sont condamnés à cause de leurs imitations aveugles sur leur ancêtres, et il y a beaucoup de verset avec des questions rhétoriques telles que «  ne réfléchissent ils pas ? » (36 :68), « Ne méditent ils pas sur le Coran ? » (4 :82 ; 47 :24) et « En cela il y a des signes pour ceux qui réfléchissent » (13 :4 ; 16 :67 ; 30 :28).

Lire aussi : L’effet de la religion sur la vie personnelle et sociale

En général, la raison contribue aux études religieuses dans trois domaines majeurs : Le premier est dans la compréhension des réalités du monde, telle que l’existence de Dieu, la vérité de la religion et des faits scientifiques. Le deuxième est dans l’introduction des principes des valeurs morales et des normes légales telles que le mal de l’oppression et le bien de la justice. Le troisième dans l’organisation des standards et les procédures logiques du raisonnement et déduction. Tous ces trois rôles de la raison sont reconnus, et en réalité, recommandés par l’islam.

Par contre, le rôle de la révélation ou des saintes écritures dans la religion peut être résumé comme suit :

  • La confirmation des faits qui sont déjà connus par la raison ;
  • L’introduction des sujets nouveaux qui ne sont pas connus de la raison, tels que les détails de la résurrection et des comptes détaillés des systèmes moraux et légaux ;
  • L’établissement des sanctions par le biais du système religieux des récompenses et punitions.

Lire aussi : Les preuves Coranique de l’imamat des Imams chiites

Pour finir, je dois mentionner qu’il n’y a rien d’irrationnel en islam. Bien sûr, on doit distinguer entre les jugements rationnels décisifs et certains, et ses suppositions ou opinions personnelles. S’il y a un cas où il semble que le jugement rationnel est en conflit avec des positions religieuses sûres, l’on doit admettre qu’il doit y avoir une erreur au moins de l’un des deux côtés : soit ce n’était pas un vrai jugement de raison, soit ce n’était pas une loi religieuse.

Dieu ne trompe jamais les gens en leur disant de faire quelque chose par ses prophètes, et le contraire de cette chose par la raison qu’Il nous a donnée. Il y a toujours eu des jugements attribués à la raison et pris comme contraires aux positions religieuses qui après mûres considérations ont prouvé être contraires que prémisses rationnelles décisives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here