PARTAGER

SHAFAQNA – Il faut rappeler certains éléments dans la réponse à silence significant du prophète (ç) de son vivant face aux califes :

en bref, il faut rappeler certains éléments dans la réponse à cette question :

1 – lors du début de l’appel solennel à la 3ème année de son message, le prophète a évoqué plusieurs occasions et à plusieurs reprises les mérites d’Ali et la question de son califat et identifié ainsi les opposants d’Ali qu’il dévoila à la communauté. Toutefois, le contexte de la communauté islamique était de sorte que le prophète ne pouvait pas réagir virulemment face aux opposants.

2 – l’action du prophète et de l’imam Ali (as) pour préserver l’islam et la descendance du messager pour que le dernier guide apparait au moment idéal et concrétise les objectifs du message de l’islam.

3 – si à la fin de sa vie le prophète prenait des mesures sévères contre les opposants, ces derniers qui avaient élaboré en ce temps un plan pour les époques à venir n’allaient pas manquer de réagir aussi énergétiquement vis-à-vis du prophète. Cela devait se solder par des pertes considérables pour l’islam.

Lire aussi : Les preuves Coranique de l’imamat des Imams chiites

l’imam Ali (as) est l’unique personne jouissant des mérites moraux et intellectuels. Telle une tornade il soufflait sur la tête des mécréants et les plus courageux ne résistaient pas à la fureur de son épée. L’histoire des 1ers temps de l’islam est pleine des informations sur les compétences et l’éminence de l’imam Ali (as) dont nous allons en parler. Le prophète a plusieurs fois souligné les mérites et l’excellence de l’imam Ali (as). Il dit par exemple : « Ali ne fait jamais d’erreur »[1], « Ali est avec la vérité et la vérité est avec Ali »[2]

Il met en garde dans plusieurs déclarations contre l’inimité vis-à-vis d-Ali : « Est exclu de ma religion quiconque de ma famille ou autre qui exprimera de la rancœur vis-à-vis d’Ali ».[3]

En dépit de toutes ces recommandations du prophète, un groupe de musulmans tissait des plans pour le futur et la direction de la communauté après le messager. Mais le prophète qui connaissait leurs conspirations et leurs plans ne pouvait rien faire pour déjouer leur planification, d’autant plus qu’ils n’étaient pas passés à la phase d’exécution.

Lire aussi : Les preuves qui indiquent le martyre du noble prophète (ç)

En d’autres termes le prophète ne pouvait « prononcer la sentence avant le crime ». Il dit par exemple lors du pèlerinage d’adieu qui avait vu la participation des musulmans venus des autres vile pour les rites du hajj : «ô musulman ! Sachez que Dieu a désigné Ali (as) comme votre guide après moi. On ne doit pas s’opposer aux ordres de Dieu car quiconque s’oppose au califat d’Ali s’oppose en réalité à Dieu… »[4]le prophète s’était même efforcé à la fin de sa vie d’éloigner de Médine les opposants à la succession d’Ali (as) en les enrôlant dans l’armée d’Oussama pour une expédition militaire question de dégager le moindre obstacle pour les 1ers jours de l’imamat du prince des croyants ; mais les opposants avaient compris ce qui se passait et s’étaient dérobés de l’armée. Le départ de l’armée d’Oussama fut tellement reporté que le prophète décéda et les détracteurs réussirent leur plan.

Le prophète dit à al fin de sa vie lorsqu’il vit un groupe avait désobéi et déserté l’armée et retourné à Médine, comme s’il avait un plan derrière la tête : «apportez –moi du papier et l’encre pour que j’écrive pour vous quelque chose qui vous préservera à jamais de l’égarement quelqu’un intervint soudain et dit : la douleur atroce est en train de prendre le dessus sur le prophète, le coran le livre de Dieu nous suffit. La douleur fait délirer le prophète. Certaines sources de hadith sunnites mentionnent que cette personne est Omar ibn khatab »[5]

Lire aussi : L’événement de Ghadir dans le Coran

De toutes les manières ce groupe de musulmans s’est déployé et au bout des efforts, ils avaient atteint leur but après le prophète ; Assoiffés de pouvoir et de poste ils ont voulu vider les vielles rancœurs et ils s’y sont parvenu. Ils consultaient nécessaire souvent l’imam Ali (as) sur les questions relatives à la guerre ou la jurisprudence. Ils acceptaient parfois son point de vue, si bien qu’Aboubakr dit un jour du haut de la chair : « ô peuple recupérer votre allégeance quand Ali est encore entre vous car je ne suis pas le meilleur parmi vous ».[6]

Un autre groupe de musulmans qui avaient en apparence adhéré à l’islam sans aucune conviction ni foi et qui cherchait la moindre occasion pour complètement anéantir l’islam avait plusieurs fois tenté d’éliminer physiquement le prophète. Une fois quand le prophète revenait de l’expédition de Tabouk.[7]

Donc en fonction des événements et la présence des groupes de détracteurs le prophète a fait allusion à la succession d’Ali. On peut dire en guise de conclusion que le prophète sonnait l’alarme de mise en garde chaque fois que quelque chose d’important concernant l’avenir de l’islam se présentait. D’autre part, s’il ne faisait rien avant, c’est peut être parce que les piliers de l’islam étaient menacés et qu’il ne fallait rien entreprendre de compromettant pour l’islam et sa descendance, dans l’espoir que viendra un temps propice où le dernier guide viendra pour faire exécuter son message universel sous l’ordre de Dieu et concrétiser le but de l’envoi des prophètes.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here