PARTAGER
fr.shafaqna - Shia Rights Watch : les musulmans chiites restent la cible de violations des droits humains
Un policier utilise des gaz lacrymogènes lors d'une manifestation le 4 septembre 2013 à Bahreïn Photo MOHAMMED AL-SHAIKH. AFP

SHAFAQNA – Shia Rights Watch : Les musulmans chiites constituent le groupe minoritaire le plus important au monde. Bien qu’ils constituent la moitié de la population musulmane du monde, les musulmans chiites restent la cible de violations des droits humains.

Les cas d’anti-chiisme sont répandus et étendus. Au cours de l’année écoulée, Shia Rights Watch a déclaré 6 388 incidents dans lesquels des musulmans chiites ont été tués, blessés, arrêtés ou harcelés uniquement par leur association religieuse.

Le nombre ci-dessus n’est que dans une poignée de pays dans lesquels les musulmans chiites constituent une partie importante de la population et se sentent assez courageux pour diffuser leurs violations des droits humains. Ces pays sont inclusifs, mais ne se limitent pas au Pakistan, à Bahreïn, à l’Arabie Saoudite, à l’Irak et à la Malaisie.

L’anti-chiisme dans chaque pays est unique. Dans des pays comme l’Arabie saoudite et Bahreïn, le gouvernement limite ses composantes chiites alors que dans des pays comme l’Irak, les organisations terroristes ciblent de manière indépendante les musulmans chiites. Dans les pays asiatiques tels que la Malaisie et le Pakistan, les organisations terroristes sont la principale source de violence directe. Cependant, le manque de protection pour les musulmans chiites et la poursuite des agents anti-chiites ont créé un vide par lequel les organisations extrémistes peuvent poursuivre leurs actions anti-chiites.

Dans les deux pays où les organisations terroristes sont actives, et dans celles où le gouvernement limite ses composantes chiites musulmanes, la sécurité est un problème important. Souvent, les entités chiites musulmanes signalent un manque de sécurité pour leurs communautés.

En mars 2017, 3 000 musulmans chiites ont protesté contre le manque de protection du gouvernement. Des hommes, des femmes et des enfants se sont assis à la frontière de Taftan pendant une semaine, exigeant la sécurité des 25 bus transportant des pèlerins chiites en provenance d’Iran. Les manifestations ont eu lieu après des attaques visant des bus qui ont déplacé des musulmans chiites, tuant des dizaines de civils. Les voyageurs ont déclaré se sentir “dangereux” dans leur pays.

Dans un incident séparé, les pleureuses chiites ont rapporté un manque de sécurité après avoir respecté le calendrier organisé des processions rituelles à Moharram. Les chefs de gouvernement ont assigné des secteurs spécifiques pour des rituels de deuil de Moharram, réclamant des buts d’organisation de ville. Plus tard dans le mois, de nombreux groupes ont fait état de harcèlement et de violations par des groupes anti-chiites.

En raison d’un manque de lignes de communication, les musulmans chiites déclarent qu’ils ne pouvaient pas contacter et avertir leurs camarades de deuil à d’autres endroits. Des sources locales ont indiqué qu’elles se sentaient «vulnérables et susceptibles» parce que la nouvelle organisation des processions de deuil ne tenait pas compte du sentiment anti-chiite dans les régions voisines. De plus, les locaux rapportent un manque de confiance envers les autorités locales, car le taux d’arrestation et de poursuite des agents anti-chiites est extrêmement faible.

La tendance au manque perçu de justice et de méfiance n’est pas unique au Pakistan. Dans les pays du Golfe tels que Bahreïn et l’Arabie saoudite, les musulmans chiites estiment également qu’ils sont traités comme des «autres» dans leur pays d’origine. Beaucoup ont l’impression qu’on leur refuse le droit à une procédure régulière accordée à leurs homologues non-chiites.

Par exemple, à la fin de 2016, le gouvernement bahreïnite a ratifié une loi qui permettrait aux civils d’être jugés par un tribunal militaire – jusqu’à présent, ceux qui ont été jugés par un tribunal militaire ont été de religion chiite. En Arabie saoudite, les étudiants et les travailleurs se voient refuser l’accès aux mêmes opportunités d’éducation et de travail que leurs homologues non-chiites. De nombreux rapports humanitaires notent les différences de développement frappantes entre les zones peuplées chiites comme Awamiyah, par rapport aux zones non-chiites, malgré le fait que la province de l’Est est la région riche en pétrole du Royaume.

Une histoire de manque perçu de justice a créé la méfiance parmi les musulmans chiites et leurs nations. Ayant été laissés seuls pour défendre leurs populations, certains musulmans chiites ont l’impression de ne pas être considérés comme des membres de leur communauté géopolitique.

La perception de la violence et du sentiment anti-chiite est, par le fait même, indépendante du désir universel de paix et de sécurité. La fréquence de la violence au Moyen-Orient affecte tout le monde. La régularité de la violence réduit le tourisme et l’instabilité diminue les investissements étrangers dans la région. Ainsi, la paix profite à tous les horizons de la vie.

La Paix au Moyen-Orient

Pour créer la stabilité au Moyen-Orient, des mesures de sécurité doivent être mises en place pour protéger les musulmans chiites. Pour ce faire, la population chiite et les responsables gouvernementaux (locaux et nationaux) doivent travailler à l’unisson. Premièrement, l’unité de commandement doit être créée par ces deux groupes.

La confiance est la pierre angulaire de toute construction sociale. Pour que les gens agissent, ils doivent d’abord avoir confiance que cette action est à leur avantage, au moins cela ne les mettra pas en danger. Les mesures de sécurité ne sont pas différentes. Tout le monde veut la stabilité ultime. C’est juste une question de comment l’équilibre sera atteint.

Le fait est que l’équilibre ne peut être assuré par la seule application du gouvernement. Prenons l’exemple de Bahreïn. En permettant à des civils d’être jugés par un tribunal militaire, le gouvernement bahreïnite visait à réduire l’implication des insurgés. L’Arabie saoudite a également cherché à minimiser les actions anti-gouvernementales en utilisant une action militaire contre la résidence d’Awamiyah.

Vu l’augmentation de l’indignation humanitaire au Bahreïn et en Arabie Saoudite, les efforts du gouvernement ont tout fait, à l’exception de la stabilisation de la région du Golfe. Dans ces deux pays, le gouvernement n’a pas pris en compte les citoyens du pays. Leurs préoccupations étaient complètement minées. Le sentiment anti-chiite de l’action gouvernementale alimente à son tour la protestation contre le gouvernement en créant un cycle de violence.

Le niveau actuel de violence dans la région du Golfe est destructeur pour toutes les facettes de la société. Non seulement le nombre d’entreprises internationales à Bahreïn a diminué, mais de nombreuses études ont également montré une réduction du taux d’éducation des nations par rapport aux pays du Golfe non conflictuels.

Après enquête, il devient clair que le maintien de l’identité nationale est un objectif important de leurs actions. Ainsi, le patriotisme devrait être la pierre angulaire de l’union des représentants du gouvernement et des manifestants. Un plan de développement pour redéfinir les moyens d’améliorer la position mondiale de Bahreïn peut être utilisé pour conduire un commandement unifié pour construire la stabilité dans la nation. Avec l’unité du leadership est une unité d’application, par lequel, les deux parties peuvent effectuer des changements législatifs dans leurs cercles d’influence.

Les Suggestions:

Une carte transparente de la co-évolution des partis au pouvoir (national et local) à travers l’espace et le temps est nécessaire pour assurer la confiance, la confiance et l’activité entre les parties et les spectateurs. Bien que la coévolution du pouvoir ne soit pas toujours tangible, la nature dynamique du pouvoir peut être tracée, à tout le moins par rapport au point de départ. La cartographie doit définir les participants, leurs valeurs, leurs objectifs et leurs rôles.

Dans le processus de dialogue, la validation doit être faite pour les autres difficultés perçues. Garder en tete; le conflit est défini par la divergence perçue des besoins ou des objectifs, pas nécessairement une divergence «réelle» des intérêts. La validation est une forme de pouvoir, et lorsqu’elle est communiquée diligemment, elle peut être entre les mains du donateur. En reconnaissant les difficultés que chacun endure, la lutte pour «prouver sa supériorité» diminue et les parties peuvent passer à une résolution.

Pour réduire les dommages de l’anti-chiisme, les parties doivent se concentrer sur les dommages globaux créés à la suite de la violence. Reconnaissant que les agents pro-chiites et anti-chiites agissent tous deux dans le but perçu de faire progresser l’état, l’économie nationale et le bien-être doivent être la pierre angulaire des plans de paix.


traduit par Shafaqna français

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here