PARTAGER
Salah Hamuri, le 19 décembre 2011. (A. GHARABLI/AFP)

Shafaqna – Arrêté le 23 août dernier chez lui, à Jérusalem-Est, par l’armée israélienne, Salah Hamouri n’a toujours pas retrouvé la liberté.

La semaine dernière, ce Franco-palestinien de 32 ans a été placé en détention administrative pour une durée de six mois, sur ordre du ministère de la Défense de l’Etat hébreu. Une décision qui pourrait être validée par un juge, mardi 5 septembre.

La raison de l’arrestation et de la détention de Salah Hamouri ? Les autorités israéliennes le suspectent de liens avec des “organisations politiques illégales“, tel le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation marxiste considérée comme “terroriste” par Israël. Une accusation que Salah Hamouri conteste.

Hamouri déjà été emprisonné pendant 7 ans

De mère française et de père palestinien, Salah Hamouri n’en est pas à son premier passage par les prisons israéliennes.

En 2005, cet activiste avait déjà été arrêté par les autorités de l’Etat hébreu, accusé d’avoir voulu assassiner le rabbin Ovadia Yosef, fondateur du parti ultraorthodoxe Shas et défenseur de l’occupation et de la colonisation israélienne.

Placé en détention administrative pendant trois ans, il avait finalement été condamné en 2008 par un tribunal militaire à sept années de prison.

Après avoir longtemps clamé son innocence, il avait accepté de plaider coupable pour échapper à une peine plus lourde.

En août 2009, le président Nicolas Sarkozy avait écrit aux autorités israéliennes afin d’obtenir “une mesure de clémence“, alors que Salah Hamouri sollicitait une libération anticipée.

Une demande qui avait alors été rejetée. Salah Hamouri avait fini par être libéré deux ans plus tard, en 2011, en même temps que 550 autres détenus palestiniens échangés contre Gilad Shalit, ce soldat franco-israélien capturé par un commando palestinien en juin 2006 au sud de la bande de Gaza.
Après sa sortie de prison, Salah Hamouri avait entamé des études de droit et militait au sein de l’ONG palestinienne Addameer. Le 20 août, trois jours avant son arrestation, il venait de passer l’équivalent palestinien du concours du barreau, rappelle “le Monde”.

Image result for "Salah Hamouri"
Traduit le texte: Seul la résistance sait / Photo: quartierslibres.wordpress.com

“L’arrestation de Salah Hamouri est arbitraire”

Dans la foulée de l’arrestation de Salah Hamouri, l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) a dénoncé un acte “inadmissible et insupportable“, et appelé à une “mobilisation immédiate et massive” pour obtenir sa libération. Une pétition a été mise en ligne et une manifestation pour réclamer sa libération devait se tenir lundi soir à Paris.

L’arrestation de Salah Hamouri est arbitraire“, déplore Bertrand Heilbronn, président de l’AFPS, joint par “l’Obs”. “Israël utilise ces détentions administratives pour intimider. Comme Salah, 450 palestiniens sont détenus de cette manière“.

Bertrand Heilbronn attend du gouvernement français qu’il se saisisse au plus vite de ce dossier et intervienne pour “faire bouger les choses“. Ces derniers jours, plusieurs parlementaires de gauche, comme le communiste Pierre Laurent, ont également interpellé les autorités françaises à ce sujet. Le PCF a également condamné “les agissements du gouvernement israélien qui bafoue le droit international et les conventions de Genève“.

Contacté par “l’Express”, le ministère des Affaires étrangères, qui a assuré jusqu’alors Salah Hamouri d’une protection consulaire, disait la semaine dernière suivre “avec beaucoup d’attention la situation“.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here