PARTAGER

SHAFAQNA – The Academy for Learning Islam: La dame Fatima al-Zahra (que la paix soit sur elle et son père et son épouse et ses enfants) lors de son sermon après la confiscation du jardin Fadak par Abu Bakr, a invoqué l’Āyat 144 du Sūrat Āli ‘Imrān.

وَمَا مُحَمَّدٌ إِلَّا رَسُولٌ قَدْ خَلَتْ مِنْ قَبْلِهِ الرُّسُلُ ۚ أَفَإِنْ مَاتَ أَوْ قُتِلَ انْقَلَبْتُمْ عَلَىٰ أَعْقَابِكُمْ
Wamā Muhammadun illā rasūlun qad khalat min qablihil-rusul.
Afa-in māta aw qutilan- qalabtum ‘ala a‘qābikum
Mohammad n’est qu’un messager – des messagers avant lui sont passés –
S’il mourrait, donc, ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talons?
(Sūrat Āli ‘Imrān, No. 3, Āyat 144)

Ce verset a été révélé après la bataille d’Ohud quand une rumeur circula sur la mort du Saint Prophète (saw). Les gens paniquèrent quand ils entendirent cela. Beaucoup fuirent la bataille tandis que d’autres envisagèrent de rejoindre les forces opposées maintenant que le Prophète (saw) était mort. Seul un petit groupe resta ferme et invita les autres vers la raison. Si Mohammad (saw) était mort, dit Anas bin Nadhir un des compagnons du Prophète, le Dieu de Mohammad n’était pas mort.

Le verset ci-dessus explique aux musulmans que la religion de l’Islam consiste à adorer Dieu uniquement et non pas une personne. Même une personne aussi importante que le Saint Prophète (s), n’était seulement qu’un serviteur et un messager de Dieu. D’autres prophètes avaient également été envoyés avant lui, qui sont morts et qui ont quitté ce monde. Si le Prophète (s) venait à mourir, le devoir des croyants serait de poursuivre sa mission et de la maintenir en vie.

Ceci est une preuve de la véracité du Prophète (s), il ne laissa pas les Musulmans penser que l’Islam était uniquement connecté à sa personne. L’Islam était bien plus vaste que cela. Tout était relié à Dieu, et à aucun être humain. Ce type de commandement met en évidence une sincérité dénuée de conflit d’ego, qui entache souvent le titre du dirigeant. Bibi Fatima (a) récita ce verset dans une partie de son sermon sur Fadak, la terre qu’elle avait héritée de son père et qui lui a été refusée par la suite. Elle demanda pourquoi les musulmans ne levaient pas leurs voix pour défendre ses droits.

Elle (a) dit: Voulez-vous alors dire que Mohammad est décédé et que nous n’avons plus de responsabilité à assumer? Sa perte est immense . . . et il n’y a pas d’autre calamité plus grande que la mort du Prophète! . . . Cela (la mort du Prophète) vous avait déjà été transmis dans le Livre d’Allah, qu’Il soit glorifié. Vous lisiez le Coran, nuit et jour, d’une voix forte, complaignante, sur un ton normal et d’une voix agréable. Quant à ce qui est arrivé dans le passé aux prophètes et aux Messagers d’Allah – la volonté est décisive et la destinée imposée. Mohammad n’est qu’un messager – des messagers avant lui sont passés – S’il mourrait, donc, ou s’il était tué, retourneriez-vous sur vos talons? (Q 3:144)
Le message dans ce verset est que l’Islam ne devrait pas être utilisé pour son intérêt personnel et pour se faire valoir. Les objectifs de l’Islam sont beaucoup plus élevés. Mettre en avant des personnalités sans tenir compte des véritables règles est un signe de déviance du véritable message de l’Islam. L’Islam sera toujours éminent, à l’abri des allées et venues des différents dirigeants. Les Musulmans se doivent de comprendre cela et servir sa cause pour poursuivre la mission.

Sources: Āyatullāh Nāsir Makārim Shirāzī (Editeur), Tafsīr-e Namūne; http://www.al- islam.org/fatimiyyah-ashura-lutfullah-safi-al-gulpaygani/historic-fadak-sermon-fatima

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here