PARTAGER
fr.shafaqna - Narration de Ibn Battûta a Mashhad et sanctuaire du Imam al-Ridha au 7ieme siecle

SHAFAQNA – Ibn Battûta, de son nom complet Abu Abdallah Muhammad Ibn Abdallah al-Lawati at-Tanji Ibn Battuta (أبو عبد الله محمد بن عبد الله اللواتي الطنجي بن بطوطة), né le 24 février 13041 à Tanger et mort en 1377 à Marrakech, est un explorateur et voyageur musulman marocain d’origine berbère qui a parcouru près de 120 000 kilomètres entre 1325 et 13493, de Tombouctou au sud, jusqu’à l’ancien territoire du Khanat bulgare de la Volga au nord, et de Tanger à l’ouest jusqu’à Quanzhou en Extrême-Orient. Les mémoires d’Ibn Battûta sont compilés par le poète Ibn Juzayy al-Kalbi en un livre intitulé تحفة النظار في غرائب الأمصار وعجائب الأسفار, Tuḥfat an-Nuẓẓār fī Gharāʾib al-Amṣār wa ʿAjāʾib al-Asfār (littéralement « Un cadeau pour ceux qui contemplent les splendeurs des villes et les merveilles des voyages »), communément appelé « Voyages » (الرحلة, Rihla). Toutefois, il faut rester prudent sur la fiabilité de ces écrits, certains historiens doutant qu’Ibn Battuta ait réellement effectué la totalité des pèlerinages et voyages relatés.


Nous partîmes de Djâm pour Thoûs (1), une des plus illustres et des plus grandes villes du Khorâçân.

Nous allâmes de Thoûs à la ville du Mausolée p311 d’Arridha (2). Ce dernier est ’Aly, fils de Moûça alcâzhim, fils de Dja’far assâdik, fils de Mohammed albâkir, fils d’Aly Zain al’âbidîn, fils d’Alhoçaïn le martyr, fils du prince des croyants ’Aly, fils d’Abou Thâlib (3) Mechhed est aussi une grande et vaste ville, abondante en fruits, en eaux et en moulins. Atthâhir Mohammed Châh y habitait. Thâhir a la même signification chez ce peuple que Nakîb (4) chez les Égyptiens, les Syriens, les Irâkiens. Les Indiens, les Sindis, les Turkistanais disent, en place de ces mots : « Le seigneur illustre. » Mechhed était encore habité par le kâdhi, le chérif Djélâl eddîn, que je rencontrai ensuite dan l’Inde, ainsi que par le chérîf ’Alyet ses deux fils, Emîr Hindoû et Daoulet Châh (5) qui m’accompagnèrent depuis Termedh jusque dans l’Indoustan. C’étaient des hommes vertueux.

Le mausolée vénéré est surmonté d’un dôme élevé, et se trouve compris dans un ermitage. Dans le voisinage de celui-ci, il y a un collège et une mosquée. Tous ces bâtiments sont d’une construction élé- gante, et leurs murailles sont revêtues de faïence colorée.

Sur le tombeau est une estrade de planches, recouvertes de feuilles d’argent, et au-dessus de ce tombeau sont suspendues des lampes du même métal. Le seuil de la porte du dôme est en argent. La porte elle-même est cachée par un voile de soie brochée d’or, Le plancher est couvert de plusieurs sortes de tapis. Vis-à-vis de ce tombeau on voit p312 celui du prince des croyants, Hâroûn Errachid (6), surmonté d’une estrade sur laquelle on place des candélabres, que les habitants du Maghreb appelle alhicec et alménâïr. Lorsqu’un râfidhite entre dans le mausolée pour le visiter, il frappe de son pied le tombeau de Rachîd et bénit, au contraire, le nom de Ridha.


1) Tus, ville importante du Khorasan, fut dévastée une fois par Gengis en 1220. Reconstruite par l’émir Oirat, Arghun resta comme apanage à ses descendants qui créèrent une principauté. Conquise par le chef serbedar Karrabi (1354-1358), elle resta sous l’autorité de ces derniers jusqu’à l’arrivée de Timur. Celui-ci dévasta définitivement Tus qui n’a jamais pu se relever et fut remplacée par Mashad.

2) L’actuelle Mashad (lieu de martyre), l’ancien quartier de Sanabad de Tus où l’imam Riza fut enterré.

3) Ali Riza, huitième imam des shi’ites (799-818), fut proclamé héritier du califat par le calife al-Mamun à l’époque de l’extrême libéralisation abbasside et empoisonné quelques années plus tard, au début de la réaction. Son tombeau, le seul tombeau d’imam situé en terre iranienne, est devenu rapidement un lieu de pèlerinage, mais celui-ci se développa principalement après l’avènement des Safavides au XVIe siècle.

4) Tahir (le Pur). Le Naqib ul-Ashraf est le chef des descendants de Muhammad, et par conséquent d’Ali, dans une ville.

5) Un sharif amir Ali sera mentionné plus loin, mais pas Djalal al-din

6) Harun al-Rashid, le grand calife abbasside, mourut à Tus, en 809, lors d’une expédition au Khorassan.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here