PARTAGER

SHAFAQNA – Mûsâ Mubarqa (en arabe : موسى المبرقع) fut le fils de l’Imam Jawâd (le neuvième Imam des chiites) et le petit frère de l’Imam Hâdî (le dixième Imam). C’est une personnalité scientifique bien réputée qui a rapporté beaucoup des hadiths de son père. Il est mort en 296H. et enterré dans la ville de Qom en Iran.

Son vrai nom est Mûsâ b. Muhammad, mais on le nomma Mûsâ Mubarqa’ puisqu’il couvrait son visage avec un masque (burqa’) afin de ne pas être reconnu. Il a également des surnoms comme Abû Ahmad, Abû Ja’far.

Hassan ibn Ali Qomi dit ceci citant l’ouvrage Reza’iya de Hossein Mohamad Nasr : « Abou Ja’far Moussa ibn Mohamad ibn Ali (Moussa ibn Mabraqi) est le 1er descendant Hachimite de la lignée Razavite qui s’est installé à Qom en 256. Il avait toujours un voile sur le visage »

Les notables arabes lui avaient envoyé un message lui demandant de quitté la ville. Nul ne le reconnut lorsqu’il leva le voile de son visage. Il émigra dès lors de Qom pour Kasham et là-bas, il fut bien accueillit par Ahmad ibn Abdoul Aziz ibn Delf Ajali qui lui offrit des vêtements de valeurs, de beaux chevaux et lui versait régulièrement mille misqal d’or par an.

Après le départ de Moussa de Qom, Hossein ibn Ali ibn Adam et une autre personne d’un village arabe entrèrent à Qom et reprochèrent aux habitants de Qom d’avoir expulsé Moussa Mabraqi. C’est ainsi que les notables arabes dépêchèrent des émissaires à kasham pour lui demander de revenir à Qom. Ils ramenèrent Moussa à Qom et les notables lui présentèrent leurs excuses.

Ils l’honorèrent et lui achetèrent de leur propre argent une demeure et depuis les villages de Hanbourd, Andariqane et Karcheh on avait prévu un montant. Ils lui offrirent 2000dirhams et achetèrent plusieurs domaines pour lui. Ses sœurs Zeynab, Oummi Mohamad et Maimouna la fille de l’imam Javad le rejoignirent après cette date. Elles furent inhumées près de la tombe de Fatima Ma’souma la fille de Moussa ibn Ja’far.

Cependant, Moussa Mabraqi est resté à Qom jusqu’à la mort c’est-à-dire la veille du mercredi 22 Rabi’ul II de l’an 296. Il s’éteint à Qom et fut enterré dans sa maison qui constitue aujourd’hui un lieu de visite spirituelle à Qom.[2]Il écrit dans l’ouvrage Shajaratou tayyba : «Il en faut pas oublier de dire que Moussa Mabraqi est inhumé dans le célèbre lieu de visite spirituelle dans une localité nommé 40 Ikhtaran dans la célèbre zone des Moussavi. Il existe deux mausolées là-bas un grand et un petit séparés d’un intervalle de 15 pas. Il y a deux tombes dans le 1er mausolée. La première tombe est celle de Moussa Mabraqi et la seconde celle d’Ahmad ibn Mohamad ibn Ahmad Moussa Mabraqi.[3]

Moussa Mabraqi avait deux enfants : Mohamad et Ahmad.[4]Zarkouli dit : » Moussa Mabraqi (décédé en 296 hégire soit 906 après Jésus christ) fils de l’imam Javad (as), lui fils de l’imam Reza (as), fils de Moussa Kazim, fils de Ja’far Sadiq fait partie des célébrités chiites. On désigne aussi la descendance de Moussa Mabraqi sous le nom de Razavites. Il vivait à Koufa et s’est installé à Qom en 256. Il est mort Mouhadith Nouri[5]a un livre (Badr ul Moucha’cha) dans lequel on trouve des détails sur la vie de Moussa Mabraqi, son émigration à Qom ainsi que ses enfants.[6]

Son mausolée et Chehel Akhtarân

Il est enterré à Qom, et son mausolée, situé dans le quartier de Chehel Akhtarân (les quarante étoiles) est lieu de pèlerinage bien fréquenté par les chiites.

De nombreux membres de la famille de Mûsâ Mubarqa’ (ses enfants et ses petits enfants) sont enterrés à côté de la tombe de ce dernier; c’est pour cela qu’on appelle son mausolée Chehel Akhtarân (les quarante étoiles). Précisons que les noms de 14 personnes parmi eux sont mentionnés dans le livre de l’histoire de Qom[7].

Sa naissance et sa mort

Il parait qu’il est né deux ans après la naissance de l’Imam Hâdî, à Médine, et avait vécu dans cette ville jusqu’à la fin de la vie de son père, l’Imam Jawâd. Il est mort en 296H dans la ville iranienne de Qom [8].

Sa lignée

Mûsâ b. Muhammad b. ‘Ali b. Ridâ, est donc comme nous avons dit plus haut, le fils du neuvième Imam des chiites. Sa mère est Samâna Maghribïya, qui est également la mère de l’Imam Hâdî.

Sa mère est bien reconnue par ses prééminences, et l’Imam Jawâd avait dit à propos d’elle qu’elle faisait partie des femmes de Paradis auxquelles Satan n’ose pas s’approcher[9].

Il est rapporté également que Mûsâ, dans sa bonne humeur, ressemblait à sa mère[10].

Compilateur de hadith

Mûsâ fut une personnalité scientifique importante et un traditionniste reconnu. Il a rapporté de nombreux hadiths de son père. Le Shaykh Tûsï dans son livre Tahdhib, ainsi que le Shaykh Mufid dans son livre al-Ikhtisâs, également Ibn Shu’ba Harrânï dans son livre Tuhaf al-‘Uqûl ont cité des hadiths rapportés par lui.

Son statut scientifique est aussi manifeste à travers une lettre que Yahyâ b. Aktham lui avait écrit dans laquelle il lui pose des questions très pointues.


Références

  1. I’yan ul shia, vol 10, page 194
  2. Behar ul anouar, vol 50, page 161
  3. I’yan ul shia, vol 10, page 195
  4. id
  5. Auteur du livre Moustadrak wasa’il
  6. Zarkouli, al I’lâm, vol 7, page 327, cite par Zari’a, vol3, page 68
  7. Qummi, Hasan. b. Muhammad b. Hasan, 378H., Târikh e Qom (histoire de Qom)
  8. Hasan b. ‘Ali Hârranî, Tuhaf al-‘Uqûl, p.476; ‘Atarudi, Azizullah, Musnad al-Imam al-Jawâd, p.84, 85
  9. Rayâhîn al-Shari’a, vol.3, p.23
  10. Majlisï, Bihâr al-anwâr, vol.50, p.123

    Source : Islamquest et Wikishia

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here