PARTAGER

SHAFAQNA – Le Parisien / Faustine Léo : Ils crient à l’injustice alors que leur école privée hors contrat Avenir et Réussite n’a pu ouvrir ce lundi, rue Roberte-Boucher à Montereau. « Cette école est gérée par des Français de confession musulmane, c’est ce qui leur fait peur, s’indignent les parents des 80 élèves dont Djelloul Zenaini, le président de cette association qui depuis 2010 aide plusieurs dizaines d’enfants scolarisés à leur domicile. Nous avons pourtant déclaré cette école comme non-confessionnelle. Il n’y a pas de cours de religion. Elle est ouverte à tous. Il y a des cours d’arabe comme il y a des cours d’anglais. Ce sont des a priori contre nous ».

L’interdiction d’ouvrir cet établissement pour dispenser des cours du CP à la 3e, prévoyant à terme dix classes et un gymnase, vient d’abord du rectorat de l’académie de Créteil qui, dans une lettre datée d’octobre, estime que « les conditions d’ouverture contreviennent à l’accueil d’enfants soumis à l’obligation scolaire », sans plus d’explication.

Personne n’évoque clairement le risque de communautarisme ni de radicalisation islamiste. Pourtant, dans le clip de présentation de l’école, apparaissent des fillettes voilées. « Nous n’interdisons pas les signes religieux, avance le président. Mais il est vrai que cela peut nuire à l’image de l’école ». De plus, les annonces de recrutement du personnel ont été passées sur des sites Internet communautaires musulmans. « On suit les programmes de l’Education nationale. Nous espérons pouvoir passer sous contrat avec l’Etat quand le délai légal de cinq ans d’autonomie sera passé », souligne Djelloul Zenaini.

Le projet serait né de la volonté commune de parents d’élèves. « Nous avons voulu cette école avec des effectifs réduits et respectant le rythme d’apprentissage de chaque enfant, insistent Emeline et Nadia qui débourseront 1 400 euros par an et par enfant. Dans le contexte, nous comprenons que cet établissement interroge. Nous voulons de toute façon que nos enfants soient de bons citoyens français. La radicalisation ne se fait pas dans les écoles ! » Un autre parent d’élève ajoute : « Le collège de Surville est très mauvais, on préfère mettre nos enfants ici ».

Avenir et Réussite est parvenue à réunir 200 000 € « via des galas et des dons qui ne viennent ni du Qatar ni d’Arabie saoudite » pour financer la construction du bâtiment et cherche encore plus d’un million d’euros. Une partie des travaux a été effectuée le week-end par les membres de l’association.

Son président affirme avoir en sa possession toutes les autorisations nécessaires à l’ouverture. « Nous avons d’abord demandé un permis de construire pour des bureaux, admet Djelloul Zenaini. L’administration nous a demandé de modifier le permis de construire pour qu’il puisse recevoir du public. Nous avons eu l’aval de toutes les commissions de sécurité ».

Mais à la préfecture de Seine-et-Marne, on a une vision différente du dossier. « Nous n’avons pas reçu la déclaration d’intention d’ouverture d’un établissement scolaire privé, souligne-t-on. Or, les locaux ne sont pas conformes à l’accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public. De plus, l’implantation d’un tel type d’établissement sur cette parcelle n’est pas compatible avec le règlement d’urbanisme local ».

Le président d’Avenir et Réussite affirme ce mardi soir que « la mairie s’est engagée à interpeller la préfète. Elle va aussi nous transmettre les documents du rectorat pour que nous puissions contester sa décision auprès du tribunal administratif ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here