PARTAGER

SHAFAQNA – Selon les fatwas du Grand Ayatullah Sayyed Ali Sistani, la Prière du Vendredi consiste en deux unités, comme la Prière de l’Aube, à cette différence que dans la Prière du Vendredi il y a deux sermons qu’il faut faire avant la Prière. L’accomplissement de la Prière du Vendredi est une obligation facultative (Wâjib takhyîrî).Cela veut dire qu’on a le choix entre l’accomplissement de la Prière du Vendredi si les conditions de son accomplissement sont remplies, et l’accomplissement de la Prière de Midi. Donc, si on fait la Prière du Vendredi, on est dispensé de faire la Prière de Midi.

Quand la Prière du Vendredi soit obligatoire

Les conditions suivantes doivent être remplies pour que la Prière du Vendredi soit obligatoire: Il faut que l’horaire de la Prière du Vendredi ait commencé. Autrement dit, l’heure de midi doit avoir commencé à décliner. L’horaire de cette prière se situe dans la première partie de l’horaire de la Prière de midi. Par conséquent, si on tarde trop à l’accomplir, son horaire sera dépassé, et on devra alors accomplir la Prière de midi. Il faut que le nombre de personnes présentes pour accomplir la Prière du Vendredi soit au moins cinq (y compris l’imâm). Donc, si cinq personnes, au moins, ne sont pas rassemblées pour accomplir ensemble cette Prière, son accomplissement n’est pas obligatoire. Toutefois, la Prière du Vendredi accomplie avec une assemblée de cinq personnes seulement (dont l’imâm) reste valide. L’imâm doit remplir les conditions requises pour diriger la Prière. Ces conditions comprennent notamment la droiture ou l’intégrité (‘adâlah) et quelques autres qualités exigées d’un imâm, qui seront mentionnées plus loin. La Prière du Vendredi n’est obligatoire qu’en présence d’un imâm possédant les qualités requises.

 

Quand la Prière du Vendredi soit valide

Les conditions suivantes doivent être remplies pour que la Prière du Vendredi soit valide: La Prière doit être accomplie en assemblée. Donc, il n’est pas valable d’accomplir la Prière du Vendredi individuellement. Si un muqtadî (l’un de ceux qui suivent l’imâm) rejoint la Prière du Vendredi avant l’inclination (rukû’) de la seconde unité (rak’ah), sa Prière sera valide, à condition qu’il accomplisse lui-même une seconde unité. Toutefois, s’il rejoint l’assemblée alors que l’imâm se trouve déjà en position d’inclination de la seconde unité, il est difficile de dire que sa Prière soit valide, et il faut qu’il accomplisse, par précaution, la Prière de Midi aussi. Il faut faire deux sermons avant l’accom-plissement de la Prière. Dans le premier sermon, le prédicateur, debout, doit faire les louanges d’Allah, inciter les gens à observer la piété, et réciter une courte Sourate du Saint Coran. Ensuite, il doit s’asseoir un moment et puis se relever à nouveau. Lors de la deuxième partie, il doit encore louer Allah, puis invoquer la Paix et les Bénédictions pour le Saint Prophète (P) et les Saints Imâms (p), et implorer, par précaution recommandée, le pardon pour les Croyants. Il est nécessaire également que les deux sermons soient faits avant l’accomplissement de la Prière. Donc, si la Prière est accomplie avant que les deux sermons soient faits, elle ne sera pas valide. En outre, il n’est pas permis de prononcer les deux sermons avant le déclin du soleil.Il est nécessaire aussi que le prédicateur soit debout lorsqu’il prononce les deux sermons. Donc, s’il les prononce en étant assis, la Prière ne sera pas valide. Il est nécessaire et obligatoire aussi qu’il y ait une interruption entre les deux sermons et que le prédicateur s’asseye un moment pendant l’intervalle. Il est nécessaire aussi que le prédicateur qui prononce les deux sermons conduise lui-même la Prière. Et, selon l’opinion la plus retenue, la pureté (tahârah) n’est pas une condition requise pour la prononciation des deux sermons, mais, par précaution, il vaut mieux la prendre en considé-ration. Les parties des sermons dans lesquelles le prédicateur évoque la Gloire d’Allah et invoque les Prières et la Miséricorde divines sur le Saint Prophètes et les Saints Imams doivent être dites en arabe, pour le reste l’arabe n’est pas requis. En fait, lorsque les gens présents ne comprennent, dans leur majorité, pas l’arabe, la précaution obli-gatoire exige qu’on s’adresse à eux dans leurs propre langue, il est question d’appeler les gens à la piété. La distance entre deux endroits dans lesquels se déroule la Prière du Vendredi ne doit pas être inférieure à un farsakh (mesure de distance, égale à environ 5,5 km). Donc, si la distance entre les deux endroits est de moins d’un farsakh, et que les deux Prières commencent en même temps, toutes les deux Prières seront invalides. Et si l’une d’elles précède l’autre (même de très peu: le temps de prononcer le Takbîrat-ul-Ihrâm- le premier takbîr- par exemple) elle sera valide alors que l’autre (qui a commencé après) sera invalide. Toutefois, au cas où on apprendrait après une Prière du Vendredi (A) qu’une autre Prière du Vendredi (B) avait commencé avant ou en même temps qu’elle dans un lieu distant de moins d’un farsakh, ceux qui ont accompli la Prière du Vendredi (A) n’auront pas l’obligation de faire également la Prière de Midi, peu importe qu’ils aient appris l’existence de l’autre Prière du Vendredi (B) pendant l’horaire prescrit pour la Prière de Midi ou après son expiration. En outre, la tenue d’une Prière du Vendredi dans un endroit empêche la tenue d’une autre Prière du Vendredi dans un autre endroit situé dans les limites de la distance d’un farsakh seulement lorsque la première remplit toutes les conditions requises. Autrement (si elle ne remplit pas les conditions requises), elle n’aura aucun effet prohibitif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here