PARTAGER

SHAFAQNA – L’Occultation du douzième Imam, le Mahdi (aj) (en arabe : غيبة الإمام المهدي (عج)), refere à la disparition du douzième Imam chiite par l’ordre divin. Selon les sources imâmites, Muhammad b. al-Hasan al-‘Askari al-Mahdi, a eu, alors qu’il était encore un tout petit enfant, une première Occultation en 60h./874a.c., occultation qui dura près de 70 ans. C’est ce qu’on appelle ” la première Occultation” (al-ghaybat al-ûlä) ou bien “l’Occultation mineure” (al-ghaybat al-sughrä)[1].

Puis, vers 329h./941a.c., commença “la seconde Occultation” (al-ghaybat al-thâniya), ou “l’Occultation majeure” (al-ghaybat al-kubrä). Celle-ci dure toujours et ne se terminera qu’à la fin du Temps (âkhir al-zamân) lorsque Mahdi reviendra pour établir la Justice sur la terre)[2].

Lire aussi : Les voies pour prouver la naissance du Imam Mahdi (a.s.)

Pendant l’Occultation mineure, l’Imam caché communiquait avec ses fidèles par l’intermédiaire des quatre Représentants [3].

Les sources chiites les plus connues sur l’Occultation de l’Imam al-Mahdi sont deux, à savoir Kitâb al-Ghayba du Shaykh Tûsi et Kitâb al-Ghayba de Nu’mânî.

L’explication de la problématique

D’après un hadith attribué au onzième Imam, il dit que “la terre ne peut jamais rester vide d’Imam et que c’est grâce à ce dernier (le Mahdi) que la vie peut continuer sur la terre”; d’après le même hadith, le onzième Imam montre son fils, un enfant qui semble avoir trois ans, et dit à son disciple qui l’avait questionné en expliquant que c’est à cause de sa fidélité envers les imams qu’il lui montre son enfant; il lui dit que celui-ci porte le même nom et la même kunya que le Prophète, qu’il est le Mahdi, “celui qui remplira la terre d’équité et de justice comme elle est maintenant remplie d’oppression de l’injustice”[4].

L’Occultation mineure

Il est dit que le Mahdi est celui dont la naissance s’effectue d’une manière cachée[5], par peur du pouvoir abbasside. Les agents du pouvoir abbaside étaient ainsi convaincus que l’Imam al-‘Askari était décédé sans laisser de descendance. Cette naissance cachée est présentée par les Imams comme étant un signe distinctif du Mahdi[6].

Selon les auteurs imamites, la Providence divine s’était accomplie pour que l’Imam caché se trouve en sécurité, dès le début de sa naissance, dans son Occultation. Ainsi seul une petite minorité continua à l’époque tendu des abbasside, à connaitre et croire à la naissance du Mahdi; une croyance qui devient, par la suite, la croyance officielle des chiites imamites[7].

Le huitième Imam dit au sujet de Qâ’im : “Son corps ne se voit pas et son nom ne se prononce pas”[8].

A propos de l’enfance du Mahdi, les grands compilateurs ont recueilli de nombreux témoignages des disciples du onzième Imam qui racontent avoir vu le petit enfant, avant sa première Occultation survenue lors de la mort de son père[9], en 260h./874a.c. et durera 70 ans. Pendant son Occultation mineure l’Imam caché communiquait avec des fidèles par l’intermédiaire de quatre Représentants.

L’Occultation majeure

L’Occultation majeure commence suite à la mort du quatrième Représentant (nâ’ib khâss) de l’Imam caché et continue jusqu’à aujourd’hui. Durant cette deuxième phase de l’Occultation, contrairement à la première, l’Imam caché n’a pas de représentant et ne communiquent plus avec des chiites.

Vers 329h./941c., le quatrième Représentant reçut une dernière lettre de l’Imam caché dans laquelle celui-ci précise l’impossibilité de communication avec lui après la mort de son quatrième nâ’ib.

Lire aussi : L’absence de l’imam al-Mahdi et notre responsabilité à l’ère de l’Occultation majeure: Un sermon par le feu ayatollah Fadlallah

Avec l’Occultation majeure, “l’axe autour duquel tourne toute la “religion” imamite fut occulté et les fidèles n’ont plus à leur tête ni un Guide physique, ni un “représentant” pouvant les mettre en contact avec lui”[10].

Les aspects théoriques de l’Occultation du douzième Imam

La venue future de Mahdi constitue le thème le plus fréquent des prédictions des Imams chiites.

Précisons que dans les aspect théorique de l’Occultation du Mahdi, le Qâ’im (le Résurrecteur, celui qui se soulève pour établir la vérité), la notion la plus importante est la notion et taqiyya (dissimulation pieuse) qui consiste à la “garde du secret” concernant l’identité du douzième Imam. Les ouvrages d’al-Nu’mânî et l’Ibn. ‘Ayyâsh commencent par tout un chapitre sur le taqiyya et cherchent à convaincre le lecteur que tout ce qui touche le douzième Imam est marqué par le seau du secret. Et cela, on le sait, à cause de l’inquiétude qu’inspiraient les récits chiites aux pouvoir des abbassides. Selon la logique imamite, afin de préserver la vie du Mahdi, le dernier Imam, il fallait garder secret tout ce qui pourrait révéler l’identité du Mahdi, jusqu’à ce que celui-ci se trouve en sécurité absolue, c’est à dire qu’il soit occulté)[11].

Les sources chiites sur l’Occultation

Le thème de la ghayba (Occultation) était bien connu dans l’entourage des Imams. Les ouvrages bibliographiques chiites énumèrent de nombreux écrits sur l’Occultation ou sur le Mahdi, rédigés par les gens de l’entourage des Imams. La quasi-totalité de ces écrits aurait été perdue, mais une partie de leur contenu a été recueillie et rapportée par des auteurs postérieurs tels qu’ al-Kulayni[12], al-Nu’mâni[13] ou Ibn Bâbûye[14]. [15].

Les raisons de l’Occultation

Les raisons qu’invoque la tradition imamite pour l’Occultation peuvent être classées en quatre catégorie [16]:

La sauvegarde de la vie du douzième Imam; il existe toute une série de traditions dont certaines attribuées au Prophète, où il est dit qu’il est nécessaire au Qâ’im de s’occulter car il est menacé de mort[17].

L’indépendance à l’égard des pouvoirs temporels. il est dit que grâce à son Occultation, le Mahdi ne sera lié par aucun serment d’allégeance à un pouvoir quelconque[18].
La mise à l’épreuve des croyants, c’est à dire des chiites imamites. L’Occultation est une longue période de probation, mettant au défi la foi des fidèles.

Lire aussi : Un livre pour “le fin du temps”

Il y a enfin une raison cachée à l’Occultation; elle semble être la plus importante, mais il est dit qu’elle ne sera révélée qu’à la Fin du Temps, lors du Retour du Mahdi. A ce propos citons un récit de Abdallah b. Fadl quand il demanda à l’Imam Ja’far la raison profonde (wajh al-hikma) de l’Occultation du Mahdi.

L’Imam lui répond : “la raison profonde est la même que celle des Occultations des preuves de Dieu qui l’ont précédée. La raison profonde de cela ne sera dévoilée qu’après sa manifestation au Mahdi, exactement de la même façon que la raison profonde du sabotage de la braque, du meurtre du jeune homme et de la construction du mur par al-Khidr ne fut dévoilée à Moïse que plus tard, après leur séparation[19]. Fils d’al-Fadl, ceci est une Cause faisant partie de la Cause de Dieu; lorsque nous savons que Dieu est Sage, nous sommes certains que tous Ses actes contiennent une sagesse même si celle-ci reste cachée”[20].


Références

  1. Mohammad Ali, Amir-Moezzi, 2007, p.245
  2. Mohammad Ali, Amir-Moezzi, 2007, p.245
  3. Mohammad Ali, Amir-Moezzi, 2007, p.272
  4. récit rapporté par Ahmad b. Ishâq al-‘Ash’ari al-Qummi, célèbre disciple des 9ème, 10ème et 11ème Imam. cf. Mohammad Ali, Amir-Moezzi, 2007, p.269
  5. Ibn Bâbûye, Kamil al-din, bâb 32, n°2, I/325, in: Ibid.
  6. Amir-Moezzi, ibid. p.266-267
  7. Ibid. p,265
  8. Ibn Bâbûye, Kamâl al-din, ibid.
  9. al-Kulayni, /120-125; Ibn Bâbûye, Kamâl al-dîn,chapitre 43, II/434-479, in: Amir-Moezzi, p.269
  10. Amir-Moezzi, ibid. p. 277
  11. cf. Mohammad Ali, Amir-Moezzi, 2007, p.253-254
  12. al-Kulayni, Ûsûl, “K^tâb al-hujja”
  13. al-Nu’mâni, Kitâb al-ghayba,
  14. Ibn Bâbûye, Kamâl al-dîn
  15. Mohammad Ali, Amir-Moezzi, 2007, p.250
  16. Cette partie est prise dans la livre de Mohammad Ali Amir-Moezzi, 2007, p. 277-278
  17. cf. par exemple: Kulayni II/140; Ibn Bâbûye, Kamâl al-dîn, II/148; Nu’mâni, 258-59
  18. cf. par exemple: Ibn Bâbûye, Kamâl al-dîn, II/479-480; Nu’mâni, 250
  19. cela réfère à un récit mentionné dans le Coran (XVIII, al-kahf- 59-82) à propos du voyage de Moïse
  20. Ibn Bâbûye, ‘Ilal, I/246, Ibn Bâbûye, Kamâl al-din, II/482: in AMir-Moezzi, ibid. p. 279

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here