PARTAGER

SHAFAQNA – Ḥadïth al-Kisâ’ , en français : le Hadith du Manteau, est un hadith sur les vertus du Prophète (s), de l’Imam ‘Ali (a), de La Dame Fâtima (a), de l’Imam al-Hasan (a) et de l’Imam al-Husayn (a). L’événement du Hadith al-Kisâ’ a eu lieu à la maison de Umm Salma, l’épouse du Prophète (s). Lorsque le verset du Tathïr révélait au Prophète (s), il a couvert lui-même, sa fille, Fâtimah, son gendre, Ali, et ses deux petits-fils, Hasan et Husayn, avec son kisâ’ (cape/ manteau). Les Imams de chiites ont mentionné ce hadith comme une de leurs vertus et comme une preuve de leur légitimité pour le califat après le Prophète (s). Le texte du hadith mentionné dans certaines version de Mafâtîh al-Jinân est partiellement différent du texte du hadith mentionné dans les anciennes sources chiites et sunnites.

Aucun des hadiths et narrations rapportées sur l’événement de Kisa’ ne l’ont décrit entièrement; chacun a plutôt mentionné une partie de cet événement. Ce qui suit est une description de l’événement à partir des hadiths différents concernant le sujet:

Lire aussi : Source de pensée chiite (1) ; Le Glorieux Coran

Le Prophète (s) était à la maison d’une de ses épouses, Umm Salama, et attendait un message important de la part de Dieu sur certains de ses proches. Il dit à Umm Salama de ne laisser personne entrer. Dans le même temps, La Damme Fatima (a), la fille du Prophète (s), avait décidé de son côté de préparer un met particulier, ‘asida[1] pour son père et elle lui l’apporta. Umm Salama dit: «Je n’ai pas pu empêcher Fatimâ d’entrer.» Le Prophète (s) dit à sa fille: «Va et amène ton mari et tes deux fils». Alors, Fatimâ (a) rentra sans cesse chez elle, puis revint avec ‘Ali (a), et des fils, Hasan (a), et Husayn (a) de jeune âge. Suite à un geste du Prophète (s), Umm Salama se leva et alla dans un coin faire la prière.

Le Prophète (s), Ali (a), Fatimâ (a), Hasan (a), et Husayn (a) s’assirent autour d’une nappe dressée de la nourriture. Le Prophète (s) a couvrit lui-même, ‘Ali (a), Fatimâ (a), Hasan (a) et Husayn (a) avec son Kisâ’ (cape); il souleva ensuite la paume de sa main droite vers le ciel et dit: «Ô Allah! Ce sont mes Ahl al-Bayt (les gens de ma Maison), alors éloigne les de toute impureté, et purifie les.»

Ce fut à ce moment-là que l’ange Jabra’il (Gabriel) descendit et a récita le Verset de Tathïr: «Allah veut seulement écarter de vous la souillure, ô membres de la Maison [du Prophète], et [Il veut] vous purifier totalement». ( إِنَّمَا يُرِيدُ اللَّـهُ لِيُذْهِبَ عَنكُمُ الرِّجْسَ أَهْلَ الْبَيْتِ وَيُطَهِّرَكُمْ تَطْهِيرًا) (Coran XXXIII./33)

Umm Salama s’approcha pour entrer sous le Kisâ’, mais le Prophète (s) l’empêcha. Elle demanda alors: «Ne suis-je pas de vos Ahl al-Bayt? (des gens votre maison)» Le Prophète (s) lui répondit : «Tu es dans le chemin de la justice et de la bonté; tu es l’une des épouses du Prophète d’Allah.»[2]

Lieu de l’incident

Al-‘Allâma al-Hillî dit: «La révélation du Verset de Tathïr à la maison de Umm Salama est l’un des sujets sur lesquels la communauté (umma) musulmane a consensus (ijma’)) et il a été rapporté des Imams (a) et de beaucoup de compagnons.»[3]

Lire aussi : Source de pensée chiite (2) ; La sounnah

Le lieu de la révélation du Verset de Tathïr et l’événement de Kisâ’ était alors sans aucun doute, la maison d’Umm Salama.[4] Ibn Hajar dit également : « Ce verset a été révélé à la maison d’Umm Salama.» Il a apporté que ‘Umar étant interrogé sur le Verset de Tathïr avait dit: « Demandez à ‘Aïcha à ce sujet », et ‘Aïcha a répondu: «Ce verset a été révélé à la maison de ma soeur, Umm Salama; donc demandez en à elle, parce qu’elle en sait mieux que moi.»[5]

Authenticité

L’authenticité de l’événement n’a pas été mis en question, et les grands muhaddiths (ceux qui rapportent ou compilent les hadiths) l’ont rapporté dans leurs livres. Le hadith est mustafid, et même avec une recherche plus large, il pourrait être revendiqué d’être mutawatir. L’événement était si célèbre dans la société musulmane de l’époque, que le jour de son occurrence est devenu célèbre sous le nom du «jour de Kisâ’» et les cinq personnes qui ont fait l’objet de la faveur spéciale de Dieu, ont été connus de tous comme Ahl al-Kisâ’ ou As’hâb al -Kisâ’ (les gens de Kisâ’).[6]

Al-Tabarï a écrit dans son livre Dala’il al-imama: Les musulmans ont consensus ijma’ sur le fait que dans le temps de la révélation du Verset de Tathïr, le Prophète (s) a appelé l”Ali (a), Fatima (s), et ses deux petits fils Hasan (a), et Husayn (a), et les a couvert avec son kisâ’, il a ensuite prié: «Ô Allah! Ce sont ma famille repousse donc toute impureté d’eux et purifie les profondement ».[7]

Dans les livres chiites

Le hadith est rapporté dans les livres exégétiques chiites comme: Tafsïr al-Qummï[8], Tafsïr Furât al-Kûfï[9], al-Burhân fi tafsïr al-Qur’an[10], etc.

En outre, dans les livres hadiths chiites le text de cette narration est aussi rapporté, par exemple dans Usûl al-Kâfï[11] et al-Amalï (d’al-Chaykh al-Tûssï)[12], etc.

Dans les livres sunnites

Hadith al-Kisâ’ est rapporté également dans les livres de hadith sunnites. Ce hadith est rapporté dans le Sahih Muslim: Aïcha dit: « Un jour, le Prophète (s) est venu, avec un kisâ’ (manteau), tissé par laine noire, sur ses épaules. Tout d’abord, al-Hasan (a) est venu et le Prophète (s) l’a couvert avec le kisâ, puis al-Husayn (a) est venu, il l’a couvert aussi avec le kisâ, puis Fâtima (a) est venu et est allé sous le kisâ’ aussi, puis ‘Ali (a) est venu et le Prophète (s) l’a couvert également à côté les autres avec son kisâ’ et dit: «En effet Allah veut repousser toute impureté de vous seulement, oh les Ahl al-Bayt, et veut vous purifier profondément.»[13]

Lire aussi : Les preuves Coranique de l’imamat des Imams chiites

Ibn Hajar dans Sawa’iq al-muhriqa dit: On a rapporté avec une chaîne de transmission authentique, le fait que le Prophète (s) a couvert les quatre avec un kisâ’ et dit: «Ô Allah, ce sont mes Ahl al-Bayt et des gens précieux pour moi! Repoussez donc toute impureté d’eux et les purifiez avec une purification entière.»[14] Ibn Athir dans Usd al-ghâba[15], et Ahmad b. Hanbal dans son Musnad[16], ont rapporté également ce hadith. Ibn Taymiyya écrit dans Minhâj al-sunna[17]: «le Hadith al-Kisâ’ est l’un des hadiths authentiques qui Tirmidhi avait rapporté de Umm Salama, et Muslim avait rapporté de Aïcha dans son Sahïh.»

Hadith al-Kisâ’ est également rapporté dans les livres exégétiques sunnites par al-Zamakhsahrï dans al-Kashshâf[18], par Fakhr al-Râzï dans al-Tafsïr al-Kabïr, mais aussi par al-QurtubïQurbuti, Al-jami’ al-ahkam al-qur’an, vol. XIV, p. 183., par Ibn Kathïr[19] et par al-Suyutï [20] dans leurs livres exégétiques. Al-Qurtubï[21] dans l’exégèse du Verset de Tathïr, a rapporté d’Umm Salama que «Quand le Verset de Tathïr a été révélé, le Prophète (s) a appelé ‘Ali, Fatima al-Hasan, et al-Husayn et les a couverts avec son kisâ’.

Argumentation des Imams en utilisant Hadith al-Kisâ’

L’Imam ‘Ali (a) pour exprimer une des preuves de sa légitimité pour le califat suite au Prophète (s), a mentionné le Hadith al-Kisâ’ et a dit à Abû Bakr: « Est-ce que le Verset de Tathïr est-il révélé à propos de ma famille et moi, ou ) propos de de ta famille et toi?» Il répondit: «En effet, ce fut à propos de ta famille et toi». L’Imam Ali (a) lui a demandé alors : «Pour l’amour de Dieu, est-ce que ce fut ma famille et moi qui étions le sujet de supplication du Prophète (s), quand il a dit: O Allah! Ce sont mes Ahl al-Bayt qui viennent vers toi, et non pas vers le feu, ou bien vous et toi » ? [22]

Lire aussi : Djihad ; le but et l’observance des règles humaines dans notre conduite avec l’ennemi

En outre, l’Imam Ali (a) a mentionné Hadith al-Kisâ’ comme la prueve de sa priorité pour le califat après le Prophète (s), dans le conseil que ‘Umar b. al-Khattâb avait établi pour assigner le calif successeur.[23]

Lorsque les compagnons du Prophète (s) se vantaient de leurs vertus, l’Imam Ali (a) a mentionné le Hadith al-Kisâ’, exprimant la supériorité de lui-même et de sa famille.[24]

Après le pacte de paix de l’Imam al-Hasan (a) avec Mu’awiya, et suite au discours de Mu’awiya, l’Imam al-Hasan (a), a mentionné le Verset de Mubâhala et le Hadith al-Kisâ’ dans son discours, comme les vertus et la supériorité des Ahl al-Bayt.[25]

Livres sur le Hadith al-Kisâ’

Certains érudits chiites ont écrit des livres sur l’authenticité du Hadith al-Kisâ’. On peut en citer par exemple :

  1. Sanad-i hadith-i kisâ’, l’ayatollah Mar’ashï Najafï, 1356/1937.
  2. Ayat al-tathïr fi al-khamsat ahl al-kisâ’, Muhyï al-Dïn al-Mûsawï al-Ghurayfï, 1377/1957.
  3. Hadith al-kisâind ahl al-sunna, Sayyid Murtada ‘Askarï, première publication: 1395/1975, deuxième publication avec l’ajout de sources chiites: 1402/1982.

Il y a aussi des commentaires du Hadith al-Kisâ’ comme:

  1. Al-tuhfa al-kisâ’iyya, Shaykh Bafqï Yazdï (m. 1310/1892)
  2. Kashf al-ghita’ ‘an hadith al-kisâ’, Shaykh ‘Ali Âl ‘Abd al-Ghaffâr al-Kashmïrï (m. 1345/1926)[26]

Références

  1. Alimentaire avec de la farine et de l’huile, Lisan al-‘arab, vol. III, p. 291.
  2. Raychahri, Ahl al-bayt dar qur’an va hadith, vol. I, p. 38.
  3. Al-‘Allama al-Hilli, Nahj al-haqq wa kachf al-sidq, p. 174.
  4. Ibn Hajar, Sawa’iq al-muhriqa, p. 144.
  5. Mufid, Al-fusul al-mukhtara, p. 122.
  6. Raychahri, Ahl al-bayt dar qur’an va hadith, vol. I, p. 38.
  7. Al-Tabari, Dala’il al-imama, p. 21.
  8. Tafsir al-qummi, vol. II, p. 193.
  9. Furat al-Kufi, Tafsir furat al-kufi, p. 111, 332-337.
  10. Al-Bahrani, Al-burhan fi tafsir al-qur’an, vol. II, p. 106.
  11. Al-Kulayni, Al-kafi, vol. II. p. 8.
  12. Tusi, Al-amali, p. 368, 565.
  13. Muslim bin Hajjaj, Sahih al-muslim, vol. XV, p. 190.
  14. Ibn Hajar, Sawa’iq al-muhriqa, p. 143.
  15. Ibn al-Athir, Usd al-ghaba, vol. IV, p. 29.
  16. Ahmad b. Hanbal, Musnad ahmad b. hanbal, vol. VII, p. 415.
  17. Ibn Taymiyyah, Minhaj al-sunna, vol. V, p. 13.
  18. Al-Zamakhshari, Tafsir al-kashshaaf, en commentant sur le aya 61 de la sourate Al-‘Imran.
  19. Ibn Kathir, Tafsir al-qur’an al-‘azim, vol. VI, p. 369.
  20. Suyuti, Al-durr al-manthur, vol. V, p. 376.
  21. Qurbuti, Al-jami’ al-ahkam al-qur’an, vol. XIV, p. 183.
  22. Ibn Babuyeh, Al-khisal, traduit par Jafari, vol. II, p. 335.
  23. Ibn Babuyeh, Al-khisal, traduit par Jafari, vol. II, p. 561.
  24. Ibn Babawayh, Kamal al-din wa tamam al-ni’ma, vol. I, p. 278.
  25. Tusi, Al-amali, p. 368, 559.
  26. Encyclopédie du Chiisme, vol. I, p. 188.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here