PARTAGER

SHAFAQNA – Khmer Times | par Ros Chanveasna | traduction par SHAFAQNA: L’inquiétude commence à s’installée dans le petit village principalement musulman de Vihear Sambo dans la province Tboung Khmum, Depuis tout le début de son peuplement, les villageois pratiquaient l’Islam Sunnite.

Cependant, les choses ont commencé à changer à la fin des années 2000, Lorsqu’on constatât une augmentation du nombre de musulmans chiites dans la région, principalement par la conversion, suite à l’arrivée d’un prédicateur chiite installé en France, et qui avait fait des études en Iran ce dernier entreprit de répandre les enseignements chiites dans la région.

La mission de conversion réussie par le prédicateur chiite a d’abord conduit à des divisions au sein de la communauté, les adeptes sunnites les plus orthodoxes sont connus pour éviter les actes religieuses pratiqués par les chiites et, pendant des années, les lieux de prière sont séparés les uns des autres.

Malgré un premier contact glacial, les relations entre les adeptes des deux branches Islamiques semblent s’être améliorées depuis que le Khmer Times a publié l’histoire en 2014.

Les divergences dues à la différence des croyances ont été dépassées suite aux expériences partagées et le vécu réel des atrocités et des tragédies qui ont marqué l’histoire moderne du Cambodge. Dans le passé, la présence de fidèles chiites aurait pu entraîner une réaction communautaire et un rejet généralisé dans des pays comme l’Indonésie, les tensions initiales n’ont pas eu la chance de dégénérer en conflits sectaires dans ce village.

Le village compte une population d’environ 2 000 personnes – presque entièrement composée de Cham-musulmanes, dont la majorité est sunnite avec environ 340 familles, tandis que 42 autres familles sont chiites. La plupart des villageois sont des agriculteurs qui cultivent du riz, du manioc et un peu de caoutchouc.

Chi Van’at, 65 ans, l’imam sunnite de la mosquée Vihear Sambo, a déclaré que même si les sectes musulmanes sont différentes, la communication et les relations entre les deux sectes se sont améliorées progressivement au cours des deux et trois dernières années.

“Nous discutons souvent ensemble, et nous n’avons pas eu beaucoup de problèmes les uns avec les autres dans le village.”

Il ajouta que Vihear Sambor a une plus forte concentration de fidèles chiites, comparé aux autres villages et provinces où les musulmans constituent une minorité.

“Actuellement, notre village est le seul à avoir un si grand nombre de chiites”, a déclaré Mr. Van’at.

M. Van’at a ajouté que Les adeptes des deux courant assistaient même aux cérémonies de mariage des uns et des autres.

“Mais c’est limité uniquement aux cérémonies de mariage, pas aux autres événements religieux”, a-t-il déclaré. “Alors, les chiites ne nous invitent pas, même pas pour l’Aïd al-Adha.”

Chi Van’at, l’imam sunnite de la mosquée. KT / Ven Rathavong

Il ajouta que ces familles étaient sunnites avant l’arrivée en 2010 de Mohammed Zin, qui est allé vivre en France pour échapper aux atrocités des années 70,.ensuite, il voyagea en Iran; où il étudia puis embrassa les croyances et les pratiques chiites.

“Avant, ils priaient avec nous dans la même mosquée, mais depuis qu’ils ont suivi l’islam chiite, ils ne prient plus avec nous”, a déclaré M. Van’at.

Assis devant le chantier de construction de l’école extra-scolaire pour les enfants musulmans, le leader de la communauté chiite locale, Seth Math, 40 ans, en méditant sur la situation.

“Nous vivons maintenant ensemble en paix, même si nous partageons différentes idéologies de la foi islamique”, a déclaré M. Math, qui a étudié l’islam chiite pendant sept ans en Iran.

“J’ai obtenu une bourse pour des études religieuses dans une université iranienne en 2009. Puis à mon retour, je suis devenu le représentant de la communauté chiite de mon village”, at-il expliqué.

Une famille chiite vivant à Vihear Sambo. KT / Ven Rathavong

Interrogé sur la principale raison de la conversion à la doctrine chiite, M. Math a affirmé que la branche chiite est plus prestigieuse et de plus haute moralité pour tout musulman.

“J’ai compris l’Islam chiite après l’avoir étudié et fait des recherches. Puis j’ai décidé d’y croire parce que je le considère comme le meilleur parmi les tous les courants de l’islam “, a-t-il dit.

“Tout d’abord, lorsque notre groupe a décidé de se convertir à l’islam chiite, nous pouvions difficilement communiquer entre nous dans le village, mais les relations se sont beaucoup améliorées et il y a maintenant une bonne atmosphère”, a-t-il dit. “Nous construisons maintenant notre propre école pour nos enfants et nous prévoyons de construire bientôt notre propre mosquée.”

M. Math a ajouté que sa communauté compte trois enseignants religieux bénévoles qui ont également étudié en Iran depuis 2010.

“Ils ont tous passé sept ans en Iran pour des études religieuses comme moi et ils enseignent à nos enfants depuis qu’ils sont revenus récemment.”

Alors que les sunnites et les chiites sont en paix à Vihear Sambo, ce n’est pas le cas dans le reste du monde, notamment au Moyen-Orient où les sunnites constituent une majorité soutenue par l’Arabie Saoudite et le golfe [persan], tandis que les chiites sont largement répandus en Iran et en Irak, et constituent une minorité d’élite dans des pays comme la Syrie et le Liban.

Les sunnites se réfèrent à la sunna, ou aux traditions orales et aux interprétations du Coran – un corpus semblable au Talmud juif et à l’Ancien Testament -. Les sunnites croient que le statut du calife devrait être de façon à ce que ce dernier soit élu par les chefs religieux de la communauté islamique, et non dépendant de la lignée directe du Prophète Mohammed (psl).

Le chiite vient du mot “shia” qui signifie “le parti d’Ali”. Ils considèrent certains descendants directs d’Ali – les imams – comme infaillibles et les véritables héritiers de l’héritage du Prophète Mohammed (psl).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here