PARTAGER

SHAFAQNA – Red Action: Les Etats-Unis auraient donné à Israël l’autorisation d’assassiner un haut commandant des forces spéciales iraniennes qui était le cerveau derrière les opérations militaires de Téhéran à travers le Moyen-Orient, a rapporté lundi le journal koweïtien al-Jarida.

Le général Qassem Soleimani a servi comme commandant de la Force Al-Qods – la division des opérations étrangères des Gardiens de la Révolution d’Iran – pendant 20 ans et était considéré par les gouvernements occidentaux comme l’une des figures militaires les plus puissantes et les plus controversées.

Citant une source anonyme à Jérusalem, le journal a indiqué qu’un accord avait été conclu entre les Etats-Unis et Israël après avoir décidé que Soleimani était « une menace pour les intérêts des deux pays dans la région ».

La source a également déclaré qu’un plan similaire d’Israël avait été échoué il y a trois ans après que les Etats-Unis ont averti l’Iran d’une tentative d’assassinat de Soleimani près de Damas. L’incident « a provoqué un net désaccord entre les services de sécurité et de renseignement israéliens et américains », indique le rapport.

La nouvelle intervient après que Trump a sensiblement haussé le ton contre l’Iran et son actuel dirigeant suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, ces dernières semaines.

Le chef des États-Unis a également été très actif sur Twitter à propos des manifestations à travers l’Iran depuis leur éruption la semaine dernière.

Lundi, il a déclaré qu’il était « temps de changement » en Iran et que les gens du pays avaient « faim »de liberté.

Plus tôt ce mois-ci, Pompeo a également déclaré qu’il avait envoyé une lettre à Suleimani, l’avertissant que les États-Unis tiendraient Téhéran responsable de toutes les attaques menées contre les intérêts américains en Irak.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here