PARTAGER

SHAFAQNA – L’importance de respecter le droit des parents (le père et la mère) est si évidente dans le coran qu’on remarque qu’après l’interdiction d’associer que ce soit à Dieu, on impose directement aux enfants de respecter leurs parents. Ce comportement est considéré comme l’un des meilleurs dans les hadiths islamiques. Entre autres exemples de droits évoqués dans le coran, il y a :

  1. Parler poliment au père et à la mère. Etre respectueux vis-à-vis d’eux.
  2. Solliciter la miséricorde divine pour eux.
  3. Leur obéir excepté les cas dans lesquels ils vous demandent de commettre des péchés.

Dans le coran et les hadiths, la question du droit du père et la mère sur les enfants apparait dans plusieurs. Nous allons évoquer cela dans les lignes qui suivent

Lire aussi : Les devoirs légaux de la femme vis-à-vis de son mari

L’importance du devoir du père et de la mère selon Coran

Tellement le coran accorde de l’importance aux droits du père et de la mère qu’on note dans la plus part des cas immédiatement après l’interdiction par Dieu de l’associer à quoi que ce soit, il ordonne d’être bienveillant et bon vis-à-vis du père et de la mère. En guise d’exemple, en évoquant les engagements pris avec les enfants d’Israël, Dieu dit :

«rappelez vous lorsque nous prîmes l’engagement des enfants d’Israël en leur disant : «n’adorez rien d’autre que Dieu et soyez bon envers les parents »[1].

Il est clair que le fait de dire qu’être bon envers les parents est un engagement signifie que cette question est très importante. Dans un autre passage coranique, nous lisons : «Dieu décrète absolument » et après avoir interdit toute idée d’associer quoi que ce soit à Dieu, on évoque à la suite la bienveillance et la bonté envers le père et la mère[2].

Ces mêmes éléments apparaissent dans les versets 36 de la sourate Nisaa, verset 151 de la Sourate An’am et le verset 8 de la Sourate Ankabout, versets 15 des Sourates Loukmane et Ikhaq.

Lire aussi : Les dimensions de la personnalité de la vénérée Fatima Zahra (bénie soit-elle)

En plus de ces versets coraniques, nous avons également plusieurs recommandations des guides et des prophètes au sujet du respect des parents. En guise d’exemple, en plus de ces versets, nous avons également les recommandations des guides des prophètes de Dieu au sujet de la bonté vis-à-vis des parents et cela vient encore appuyer l’importance de cette question. Par exemple, dans la sourate Mariam, après avoir exposé les mérites qu’on a placés en Yaya (as), on l’exhorte à être bienveillant vis-à-vis de ses parents.[3]

L’importance du devoir des parents dans les hadiths

Dans un hadith de l’imam Sadiq (as), il répond ainsi à une interrogation à savoir lequel des actes est le meilleur :

« la prière au premier moment, la bonté vis-à-vis des parents et le Djihad ».

Le fait de placer la bonté vis-à-vis du père et de la mère après la prière au moment et avant le Djihad montre combien de fois cette question est importante. Dans un autre hadith de l’imam Sadiq (a)s, il est rapporté :

« la bienveillance vis-à-vis du père et de la mère qu’il soit des gens bien ou des mauvaises personnes font partie des choses que nul ne peut contourner avec n’importe quel prétexte.[4]

Lire aussi : Les caractéristiques des imams mentionnées dans le saint Coran

Les exemples de droits des parents dans le Coran et les hadiths

Il existe des cas des droits des parents sur les enfants dans le coran et les hadiths, nous présentons ici brièvement quelques cas :

A- Parler poliment

Dans un verset il est écris : «…Si l’un ou tous les deux (le père et la mère)  atteignent la vieillesse, ne leurs dites même pas Ouf. Parler leur poliment et respectueusement »[5].

Dans un verset de l’imam Sadiq (as), il est écris : «S’il existait une expression plus simple que Ouf, Dieu l’aurait utilisé pour interdire de l’adresser aux parents. »[6]

B- L’humilité et la politesse vis-à-vis d’eux

À la suite du verset ci dessus, il est écris : «baissez vos ailes de référence par clémence et miséricorde face au père et à la mère »[7]

Utiliser « baissez les ailes de la miséricorde » dans ce verset montre comment il faut exprimer l’extrême révérence des générations vis-à-vis des parents.

C- Obéissance

Dans un hadith de l’imam Sadiq (as), il est rapporté :
«L’enfant à trois devoirs vis-à-vis de son père et de sa mère : « leur adresser ses remerciements dans tous les cas, obéir à ce qu’ils ordonnent ou interdisent sauf les cas dans lesquels ils vous demandent de commettre un péché et leur vouloir du bien aussi bien en public qu’en cachette »[8]

D- Invocation pour les parents

Dans le même verset, on exhorte aux enfants de faire les prières pour leurs parents : « et dit Seigneur, sois miséricordieux envers eux (le père et la mère) de la même manière qu’ils ont été gentils et se sont occupés de mon éducation lorsque j’étais encore tout petit »[9]

Lire aussi : Des droits les gens sur la gouverneur et des droits la gouverneur sur les gens

En plus de cela, on évoque encore des points plus élémentaires. Par exemple, dans un hadith de l’imam Moussa (as) ibn Ja’far, il dit qu’on avait interrogé le prophète (ç) au sujet du droit des parents sur les enfants, et il répondit :

«vous ne devez pas appeler vos parents par leurs noms, vous ne devez pas les devancer en marchant ou lorsque vous voulez vous asseoir et ne faites pas en sorte que cela soit une insulte pour eux devant les autres »[10].

Dans un autre verset, il est recommandé d’être charitable avec les parents en premier avant de l’être avec quiconque que ce soit d’autre :

«ils te demandent : « avec quoi faut t-il faire don » dit : « tout ce que vous donnez, donnez les à vos parents et à vos proches.. . »[11]

La marge du respect des droits des parents

A partir de ce qu’on a évoqué, on peut penser que le respect vis-à-vis des parents implique une certaine soumission absolue dans tous les cas. Mais il faut dire que cela ne correspond pas avec ce que le coran présente au sujet du comportement avec les parents.

Selon ce qui ressort des versets, le respect et l’obéissance aux parents sont recommandés essentiellement lorsque cela n’implique pas que l’enfant s’oppose à un commandement obligatoire de Dieu ou à aller au-delà de la justice et de la vérité. Par exemple dans un verset, on ordonne de faire respecter la justice et de faire le témoignage juste peut importe si cela est contre soi ou contre les parents et les proches.[12]

En plus de cela, il est strictement et clairement interdit dans un autre passage de ne pas obéir aux parents lorsqu’ils vous pousse à associer quoi que ce soit à Dieu : « il est recommandé à l’homme d’être bon vis-à-vis de ses parents et si les deux s’emploient à associer Dieu à ce dont tu n’as aucune connaissance, i ne faut pas leurs obéir… »[13]

Lire aussi : Un modèle à suivre ; les caractères et les choses, ceux-ci qui devront être prises

Et à la fin, le coran dit ceci dans la Sourate Loukmane : «le fait que Dieu dit qu’il ne faut pas obéir aux parents lorsqu’ils veulent vous contraindre à l’associer à quelque chose ne signifie pas qu’il faut mal se comporter avec eux : « comporte vous bien avec eux ici bas »[14]

Dans le corna et les hadiths, en plus des recommandations sur le respect du droit des parents, on a également évoqué les preuves de la nécessité de ce comportement. Et cela repose sur les efforts que les parents ont fourni plus particulièrement la mère en ce qui concerne l’éducation et la protection des enfants »[15] et [16]


Référence

[1] – Sourate Baqarah: 83.
[2] – Sourate Israa: 23.
[3] – Sourate Mariam: 14.
[4] – Al Tahzib, Sheikh Tousi, vol 6, page 360, Darul Koutoub ul Islamiyya, Téhéran, 1365.
[5] – Sourate Israa: 23.
[6] – Kafi, Koleiny, vol 2, page 349.
[7] – Al Israa, vol 24.
[8] – Allamah Majelisi, Behar ul anouar, vol 75, page 236, Mo’assassa Al Wafa, Beyrouth, Liban, 1404 hégire lunaire.
[9] – Sourate Israa: 24.
[10] – Kafi, Koleiny, vol 2, page 158, Darul Koutoub ul Islamiyya, Téhéran, 1365 hégire solaire.
[11] – Sourate Baqarah : 215.
[12] – Sourate Nisaa : 135.
[13] – Sourate Ankabout : 8.
[14] – Sourate Loukmane : 15.
[15] – Sourate Loukmane : 14, Sourate Ahkaf, : 15, Sourate Israa : 24.
[16] – Extrait de l’article du site réponse aux questions religieuses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here