PARTAGER

SHAFAQNA – France 24 avec AFP : Le Yémen est entré mercredi 20 décembre dans son millième jour de guerre. Le pays est le théâtre de la “pire crise humanitaire au monde” et des millions de personnes sont directement menacées par la famine, d’après l’ONU et plusieurs ONG. Le conflit, qui oppose depuis mars 2015 une coalition arabe sous commandement saoudien aux rebelles chiites houthis, a fait plus de 8 750 morts et des dizaines de milliers de blessés.

Les ONG, n’ont de cesse d’alerter sur la gravité de la situation humanitaire et sanitaire qui sévit dans ce pays, qui reste l’un des plus pauvres du monde. En raison du manque d’eau potable, un million de yéménites ont contracté le choléra qui a fait, depuis fin avril, plus de 2 000 victimes.

“Ce conflit est considéré comme un conflit invisible, que le monde a oublié, regrette Liny Suharlim, directrice de l’ONG Acted au Yémen. C’est une crise que la population mondiale ne fait que découvrir, et le seul travail humanitaire ne sera jamais la solution.” Selon elle, une solution politique et des négociations de paix “sont la seule façon de sortir de cette situation actuelle”.

Les ONG demandent la levée complète du blocus imposé depuis le mois de novembre par l’Arabie saoudite. Le 4 novembre, le tir d’un missile sur la capitale saoudienne avait engendré la fermeture de tous les ports et aéroports yéménites. Et aggravé la pénurie alimentaire.

“Le Yémen connait une crise alimentaire sans précédent dans le monde, dénonce Jamie McGoldrick, coordinateur humanitaire de l’ONU au Yémen. Près de 18 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire. Et parmi eux, plus de 11 millions sont dans un besoin aigu. C’est un million de plus que l’année dernière.”

Malgré le missile tiré par les rebelles houtis mardi, la coalition a maintenu l’ouverture pour un mois du port d’Hodeida, qui est le principal point d’entrée de la nourriture et de l’aide humanitaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here