La reine d’Autriche apparue entièrement voilée en 1916

27
SHARE

SHAFAQNA – Les médias ont fortement contribué à donner une image négative de la condition de la femme dans l’Islam, elle serait notamment opprimée et maltraitée.

Le voile, objet de toutes les convoitises islamophobes est celui qui semble poser le plus de problèmes à tous ceux qui ignorent sa signification.
Rares sont ceux qui font la distinction entre religion, culture et tradition, pour beaucoup le voile, prescrit par le Coran, est un symbole de soumission à l’homme.
Pourtant ce sont les femmes et elles seules qui décident de le porter ou non, n’en déplaise aux haineux anti-voile.
Le voile existait bien avant l’Islam, il serait antérieur de plus d’un millénaire au Prophète Mohammed (sallAllahou ‘alayhi wa salam).
Le roi Téglat Phalazar 1er (vers 1000 av J.C.) un Assyrien avait élaboré des lois concernant le port du voile s’appliquant aux filles et aux épouses d’hommes libres. Ces femmes ne pouvaient être touchées, alors que les femmes non voilées (esclaves, prostituées non sacrées ou non mariées) ne disposaient d’aucune protection de leur corps.
Les femmes des temps bibliques portaient le voile et ne le retiraient que dans la chambre nuptiale, le marié ne découvrant sa promise que le jour des noces comme en témoigne l’épisode de Jacob qui croyant épouser Rachel se retrouve marié à Léa (Gn 29,26).
En 1916 le roi d’Autriche parade avec son épouse «l’impératrice Zita, reine de Hongrie» entièrement couverte d’un voile lors d’une cérémonie funèbre afin de ne pas être vue par le commun des mortels.
Dans la tradition chrétienne, les religieuses se couvrent les cheveux afin de se distinguer des autres femmes et montrer qu’elles vouent leur vie entière à Dieu.
De tous les temps, les femmes ont été voilées, une manière de distinguer la femme respectable et mariée du reste de la population féminine.
Les cheveux de la femme sont un symbole de séduction, c’est pour cela que le Coran prescrit aux croyantes «de rabattre leur voile sur leur poitrine» (sourate 24, 31). Cette pratique est, pour elles, le meilleur moyen d’avoir une conduite irréprochable sans être importunées par les hommes (sourate 33, 59).
L’hypocrisie occidentale face au voile dit «islamique» n’est qu’un prétexte destiné à bannir l’Islam de l’espace public.
Encore aujourd’hui, certaines chrétiennes ont la tête couverte d’une mantille pour pénétrer dans une église sans que cela ne leur soit reproché. Mais il est vrai que la foi chrétienne ayant faibli, que les églises ayant été désertées, l’Islam semble avoir pris la place laissée vacante par un christianisme à bout de souffle.
Les nonnes ne portent plus le voile, mais de plus en plus de musulmanes le portent, plus de Carême mais le Ramadan lui est plus présent que jamais.
La tenue vestimentaire fait aujourd’hui l’objet de mesures législatives pendant que les émissions de télévision encensent la liberté d’expression, un paradoxe qui définit bien la confusion dans laquelle baigne l’occident.

LEAVE A REPLY