PARTAGER

SHAFAQNA – La vénérée Fatima s’appelle Fatima.  Dans les livres de hadith et d’histoire, elle est appelée Fatima Bint Mousa Ibn Ja’afar (que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur elle), [1] mais elle est surnommée Ma’soumah, depuis des centaines d’années, [2] et ce surnom s’est transformé, auprès des Iraniens, en son nom.

Le terme infaillible, employé pour la vénérée Fatima  Ma’soumah (béni soit-elle), n’a pas le même sens, inhérent au Kalam, que celui qui s’applique aux prophètes et aux Imams. [3]

Ceci dit, elle disposait d’un niveau très élevé de la pureté d’âme ainsi que des hautes perfections spirituelles. [4] Il est à noter que l’infaillibilité est une chose relative. Donc, en se référant aux hadiths portant sur le statut et le rang de la vénérée Fatima  Ma’soumah (que la paix de Dieu soit sur elle),[5] l’on peut lui reconnaitre un degré de l’infaillibilité, pourtant pas au même niveau que celui des Imams Infaillibles (bénis soient-ils).

Reconnaitre un tel degré d’infaillibilité à cette grande dame ne semble pas invraisemblable, car ce degré d’infaillibilité, qui signifie le fait d’éviter le péché, est, constaté, abondement, chez les grands savants religieux aussi.

Emigration vers Iran et vers Qom

L’auteur du livre « Târîkhi Qom » raconta : « en l’an 200 H, al-Mamun abbasside fit venir l’Imam ar-Ridâ (a) de Médine à Marw. Al-Mamun voulut nomma l’Imam (a) au poste de l’adjoint de soi-même. Après un an, en l’an 201 H, Fatima al-Ma’sûma (a), la sœur de l’Imam (a), accompagné de sa famille, décida d’aller voir son frère.[6]

Il est dit qu Fatima al-Ma’sûma (a) prit la décision de partir à Marw, après qu’elle reçut la lettre de l’Imam ar-Ridâ (a).[7]
A la ville Sâvi, il y eut une guerre entre la caravane de Fatima al-Ma’sûma (a) et les ennemis des Ahl al-Bayt (a). Après cette guerre, elle tomba maladie et ordonna à son servant de l’emmener à Qom.[8]

Selon d’autre rapport, après que le peuple de Qom comprit la maladie de Fatima al-Ma’sûma (a), Âli Sa’d décida de la faire venir à Qom. D’abord, ce fut Musâ b. Khazraj b. Sa’d al-Ash’arî, l’un des compagnons de l’Imam ar-Ridâ (a), qui se retrouva en présence de Fatima al-Ma’sûma et l’emmena chez lui.[9]

D’après certaines sources d’aujord’hui, Fatima al-Ma’sûma (a) arriva à Qom, le 23 Rabî’ al-Awwal.[10] Elle demeura justement 17 jours à la maison de Musâ b. Khazraj et puis décéda. Pendant ces jours, elle s’occupa d’effectuer l’adoration et de faire la prière. Aujourd’hui, cette maison (a) est connu sous le nom de « Sittîyya » ou « Bayt an-Nûr » (la Maison de la lumière).[11]

 


Référence :

  1. Cheikh Sadouq, ‘Ayoun Akhbar al-Ridha ( béni soit-il), t.2, p.267, Edition Nashr-e Jahan, Téhéran, première publication 1999.
  2. RF: Majlissi, Bihar al-Anwar, t.106; p.168
  3. Le terme infaillible s’applique à une personne qui exempt de tout péché et de mauvaise œuvre et de souillure. Cette personne évite de commettre le péché et de se livrer aux œuvres, mauvaises et inconvenables, non pas parce qu’elle y est forcée, au contraire, mais d’une manière, tout à fait, volontaire.
  4. Amoli Horr Ma’ani al- Akhbar, p.132, Publications Jam-e Modaressin-e Qom; 1982, tire de l’Index portant sur le sens de l’infaillibilité et la possibilité de l’infaillibilité des gens, n° 249.
  5. RF :, Horr Amoli, Wasa”el al-Shi’ah, t.14, p.576 ; hadiths 1985o et 19851.
  6. ‘Allâma Amînî, al-Ghadîr, vol 1, p 170
  7. Dâkhil b. Sayyid, Man lâ Yahduruhu al-Khatîb, vol 4, p 461
  8. Nâsir ash-Sharî’i, Târîkhi Qom, p 163
  9. ‘Allâma al-Majlisî, Bihâr al-Anwâr, vol 48, p 290
  10. Ishtihârdî, Hadrati Ma’sûma Fatima Duvvum, p 111
  11. Cheikh Abbas al-Qummî, Munthâ al-Âmâl, vol 2, p 397

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here