France: indignation après l’agression de deux policiers la nuit du réveillon

68
PARTAGER

SHAFAQNA – rfi : Deux policiers ont été blessés le soir du 31 décembre à Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne, lors d’échauffourées qui ont éclaté en marge d’une soirée de la Saint-Sylvestre. Une agression qui a provoqué une vague d’indignation. L’un des premiers à régir, le président Emmanuel Macron, a promis sur Twitter que les coupables de ce « lynchage criminel seraient retrouvés et punis ».

Les faits se sont déroulés dans la soirée du 31 décembre. Les deux policiers, une femme et un homme, ont été appelés pour refouler un important groupe de jeunes qui tentaient de s’introduire dans une fête privée, organisée dans un hangar de la ville.

Arrivés sur place, ils ont d’abord essuyé des jets de projectiles et ensuite, lors d’un mouvement de foule, ils ont été isolés l’un de l’autre, puis violemment passés à tabac, à l’extérieur de leur véhicule.

Des images de cette agression, qui ont été largement diffusées sur les réseaux sociaux, montrent les coups de pieds et de poings portés par plusieurs assaillants au corps et au visage de la femme policière. Elle souffre aujourd’hui de nombreuses contusions et son coéquipier d’une fracture du nez. Les deux se sont vus prescrire respectivement sept et huit jours d’incapacité totale de travail.

L’enquête sur l’agression qui n’a pris fin qu’après l’arrivée des renforts de police a été confiée au commissariat local. Selon une source policière, deux personnes ont été interpellées, mais il est encore trop tôt pour dire si elles étaient impliquées dans l’agression.

Ces violences ont provoqué une vague de réactions d’indignation. Emmanuel Macron a réagi sur Twitter. Qualifiant cette agression de « lynchage lâche et criminel », il a assuré que les coupables seraient « retrouvés et punis ».

Frédéric Lagache, numéro deux du syndicat de policiers Alliance, demande le retour aux peines planchers minimales et incompressibles pour les auteurs d’agressions à l’encontre des policiers. Des peines abrogées en 2014.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here