PARTAGER
Le secretaire d'Etat à l'Energie, Rick Perry, dans le collimateur d'une enquête administrative pour ses dépenses des deniers publics. REUTERS/Leonhard Foeger

SHAFAQNA- RFI: Ce mardi 10 octobre, le comité de surveillance de la Chambre des représentants doit recevoir le relevé détaillé des frais de déplacements engagés par une vingtaine de patrons d’agences gouvernementales. Une demande intervenue après la démission du secrétaire d’Etat à la Santé, Tom Price, mis en cause pour avoir dépensé près d’un million de dollars lors de voyages en jet privé ou avion militaire.

Au moins cinq hauts responsables américains sont déjà sous le coup d’une enquête de l’administration pour frais de voyage excessifs.

Le président américain l’a assuré : la controverse qui a conduit à la démission de son secrétaire d’Etat à la Santé ne se reproduira pas. Mais plusieurs hauts responsables de son administration sont toujours sur la sellette : Rick Perry, le ministre de l’Energie, Ryan Zinke, celui de l’Intérieur, et Scott Pruitt, l’administrateur de l’Agence pour la protection de l’environnement sont notamment sous le coup d’une enquête administrative pour leurs dispendieux déplacements.

Le vice-président lui-même n’échappe pas à la polémique. Le trajet effectué dimanche par Mike Pence entre Las Vegas et Indianapolis pour assister à un match de football, auquel il n’est resté que quelques minutes avant de repartir pour Los Angeles, aurait coûté plus de 240 000 dollars.

Ces dépenses inconsidérées au sein d’un cabinet qui compte plusieurs milliardaires risquent de creuser le fossé entre Donald Trump et son électorat populaire. Le président a en effet maintes fois promis de contenir le gaspillage des fonds publics. La Maison Blanche a d’ailleurs pris soin de rappeler les règles de conduite à tenir pour les déplacements de son administration : il faut, quand cela est possible, privilégier les vols commerciaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here