PARTAGER

SHAFAQNA – The Guardian | par Sibylla Brodzinsky | traduit par SHAFAQNA : Le vacarme de la salsa d’un bar voisin ne perturbe pas Cheikh Munir Valencia alors qu’il s’incline en prière dans une maison familiale transformée en mosquée dans la pauvre ville colombienne de Buenaventura.

Ses prières terminées, Valencia jette sa tunique marron, s’assied à une table en plastique et décrit son rôle de leader spirituel d’une communauté islamique comme peu d’autres.

La petite communauté afro-colombiens musulmane dans la principale ville portuaire du Pacifique en Colombie a adopté au fil des ans les enseignements de “Nation of Islam”, aussi bien l’islam sunnite traditionnel que chiite.

D’abord attirés vers la foi par les promesses du pouvoir noir, les musulmans de Buenaventura affirment avoir trouvé dans l’islam un refuge contre la pauvreté et la violence qui tourmente la ville, l’une des plus meurtrières de Colombie.

L’Islam est arrivé ici à la fin des années 60 grâce à Esteban Mustafa Meléndez, un marin afro-américain d’origine panaméenne, qui a diffusé les enseignements du groupe américain – Nation of Islam – qui mélange éléments de l’Islam et nationalisme noir, parmi les travailleurs portuaires

“Il a parlé de l’estime de soi des Noirs, et cette philosophie a eu un grand impact. Ces enseignements ont atteint l’âme et le cœur de beaucoup de gens », explique Valencia, ajoutant que le message est venu pendant une période de profond changement social.

Les visites de Meléndez surviennent à une époque où de nombreux Colombiens ruraux migraient vers les villes, perdant dans le même temps les liens sociaux de leurs familles élargies, a déclaré Diego Castellanos, un sociologue qui a étudié différentes religions en Colombie, un pays majoritairement catholique.

“Nation of Islam offrait une identité alternative et c’était un moyen de se défendre contre la situation de discrimination raciale structurelle dans le port”, a-t-il déclaré. Quatre-vingt-dix pour cent de la population de Buenaventura est afro-colombienne.

Cette première vague de convertis avait tendance à être plus politique que spirituelle : ils récitaient leurs prières en anglais ou en espagnol, lisaient plus de pamphlets politiques que le Coran et avait une compréhension précaire des principes fondamentaux de l’Islam, a dit Valencia.

L’appel de “Nation of Islam” s’estompe progressivement dès lors que les voyages de Meléndez se font moins fréquents et le message de la suprématie noire commence à sonner creux pour une communauté qui, victime d’une discrimination structurelle sévère basée sur sa race, n’a jamais souffert des mêmes lois racistes et de ségrégation qui avait existé aux États-Unis.

A l’instar de Malcolm X, qui rompit avec “Nation of Islam” et embrassa le sunnisme avant sa mort en 1965. Un membre de la communauté de Buenaventura s’est rendu en Arabie saoudite pour étudier l’islam et est revenu convaincre le groupe d’embrasser une foi plus orthodoxe.

“Juste comme ça, nous étions sunnites”, dit Valencia, qui a été élevée dans la religion catholique et qui avait l’intention de devenir prêtre avant de se tourner vers l’islam. “Nous avons appris à lire l’arabe, nous avons lu le Coran, nous ne regardions plus les Etats-Unis et nous avons commencé à regarder vers l’Arabie Saoudite”, dit-il.

La communauté musulmane de Buenaventura s’est tournée vers d’autres groupes sunnites du pays pour obtenir du soutien, mais leurs deux mondes n’auraient pas pu être plus différents.

Les musulmans de Buenaventura, situés entre de vastes étendues de jungle et l’océan Pacifique dans le sud-ouest de la Colombie, étaient noirs, pauvres et relativement nouveaux aux croyances et aux traditions de l’Islam. La communauté sunnite colombienne établie était d’origine arabe, composée de commerçants prospères et basée principalement à Maicao, une ville commerciale animée située dans le désert du Nord-Est sur la frontière avec le Venezuela.

Un bateau chargé de provisions se dirige vers la mer à Buenaventura, le plus grand port du Pacifique en Colombie et abrite une petite communauté musulmane. Photographie : Bloomberg / Getty Images

À part quelques dons de nourriture de la communauté arabe, les relations étaient éloignées.

La révolution islamique de 1979 en Iran a insufflé une nouvelle vie à la communauté de Buenaventura. Les missions chiites ont contacté le groupe et offert des bourses et un soutien financier. Valencia a obtenu une bourse pour étudier à la mosquée At-Tauhid de Buenos Aires, puis a poursuivi ses études à l’université de Qom en Iran.

Alors que Valencia raconte son histoire, son téléphone portable s’allume, sa sonnerie sonne en arabe. Il répond : “Salam aleykom”, puis se lance dans une conversation dans un espagnol rapide de la côte Pacifique Colombienne.

Aujourd’hui, les portraits de Malcolm X et de l’ayatollah Khamenei ornent les murs d’une arrière-salle de la maison qui sert de centre communautaire et de mosquée pour les quelque 300 membres actuels de la communauté. Une fresque colorée recouvre un autre mur, représentant un arbre généalogique feuilleté intitulé «La généalogie islamique des prophètes». Chaque vendredi, entre 40 et 50 personnes se présentent pour faire la prière.

Valencia affirme que ses liens avec l’Iran ont été la cible d’enquêtes secrètes et moins secrètes menées par les services de renseignement colombiens et américains. “Je n’ai rien à cacher”, dit-il. “[Les Iraniens] nous soutiennent. Mais nous ne sommes pas des djihadistes. ”

Valencia gère également deux écoles privées à charte où 180 enfants des quartiers les plus pauvres de la ville non seulement apprennent leur ABC mais aussi leur alif ba tas. Installée au rez-de-chaussée d’un immeuble mal entretenu de trois étages, l’école Silvia Zaynab se trouve dans l’un des quartiers les plus violents de Buenaventura, où les gangs criminels se disputent le contrôle territorial et où les habitants sont souvent pris entre deux feux.

L’école offre un petit paradis de cette réalité. Les étudiants accueillent les visiteurs avec des chansons en arabe sur la grandeur d’Allah. En espagnol, ils chantent à propos des “cinq prophètes de la création” : Noé, Abraham, Moïse, Jésus et Muhammad. Un élève de deuxième année se précipite au tableau pour écrire fièrement un nombre aléatoire à trois chiffres en arabe.

Seuls cinq des enfants qui fréquentent les écoles sont membres de la communauté musulmane. “Nous n’essayons pas de convertir qui que ce soit”, explique Valencia. “Nous montrons juste aux enfants de respecter les autres religions et d’autres traditions.”

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here