PARTAGER

SHAFAQNA – Abū l-Aswad al-Duʾalī était un poète bien connu et Tabi’i (1) qui est surtout connu comme un compagnon de l’Imam Ali (a) et le fondateur de nahw (syntaxe arabe). On en sait très peu sur sa vie, qui est mêlée de contradictions historiques. Après le début de la bataille de Jamal, alors qu’Aïcha se dirigeait vers Bassora, Abu l-Aswad et une autre personne furent envoyés par ‘Uthman b. Hunayf pour faire des négociations avec Aisha.

La compagnie d’Imam Ali (a) d’Abu l-Aswad, sa participation à la Bataille de Jamal et les poèmes qu’il composa dans la louange ou l’élégie de l’Imam Ali (a) et de l’Imam al-Husayn (a) conduisirent à qu’il aimait Ali (a).

Selon certaines sources historiques, il était l’inventeur de la science du nahw. Il a également été la première personne à ajouter des marques diacritiques au Coran.

Il y a un désaccord dans les sources au sujet de la date de la mort d’Abou L-Aswad, tout comme le reste de sa biographie. Selon la majorité des sources, il mourut en 69 / 688-89 lorsqu’une épidémie mortelle survint à Bassorah à la suite de laquelle de nombreuses personnes moururent.

Lire aussi : Abu l-Aswad al-Du’ali ; (1) Compagnon de l’imam Ali (a.s), le poète et le Scientifique

Importance dans les hadiths

Abu l-Aswad a transmis des hadiths de ‘Umar b. al-Khattab, Imam Ali (a) et Abu Dhar al-Ghifari. Ses hadiths ont été transmis principalement par son fils, Abu Harb, ainsi que par Yayha b. Ya’mur, du clan de Banu Kinana Mudar, et ‘Abd Allah b. Burayda. Sa fiabilité dans la transmission des hadiths a été confirmée par toutes les sources, en particulier les sources de rijal.

Importance en théologie

Abu l-Aswad a écrit une monographie sur la théologie islamique (Kalam). Al-Baghdadi a attribué un essai contre “Qadaris” – qui ironiquement fait référence à la Mu’tazila – à Abu l-Aswad. Cependant, les Mu’tazila eux-mêmes l’ont mentionné parmi les Mu’tazila comme un croyant dans la justice et le monothéisme.

Significance in Nahw

Abu l-Aswad est surtout connu comme le fondateur de la syntaxe arabe ou de la grammaire (nahw). Il est généralement appelé la personne qui a inventé le diacritique arabe.

Ibn al-Nadim, auteur du Fihrist a dit:

“Muhammad B. Ishaq dit que la plupart des érudits s’accordent à dire que la grammaire a été prise d’Abu’l-Aswad al-Du’ali, et qu’il l’a pris du Khalifah ‘Ali.”

Lire aussi : Source de pensée chiite (1) ; Le Glorieux Coran

C’est aussi l’opinion du célèbre spécialiste des langues Abu ‘Ubayda (mort en 210 AH) et du lexicographe al-Zubaydi (en 397 AH) à propos d’Abu’l-Aswad:

“Il fut le premier à établir [la science de] la langue arabe, à fixer ses méthodes et à établir ses règles.”

Le diacritique du Coran

Abu l-Aswad a été la première personne à ajouter des signes diacritiques au Coran. Selon Abu l-Faraj al-Isfahani, il a été ordonné par Ziyad de ponctuer les volumes du Coran. Il l’a fait, puis a écrit quelques documents sur le nahw.

Style de diacritique

Selon des sources, le style de diacritique d’Abu l-Aswad était le suivant: il choisit un homme intelligent et éloquent du clan ‘Abd al-Qays pour lui réciter le Coran. Il lui demanda alors de mettre un point sur la lettre s’il ouvrait (“fatahtu”, dont “fatha” dérive) sa bouche en le prononçant, pour mettre un point en dessous de la lettre s’il tombait en panne (“kasartu” d’où “kasra” est dérivé) de sa bouche ou de sa mâchoire inférieure, et de mettre un point devant la lettre s’il la prononçait en rapprochant ses lèvres (“damamtu” dont dérive “damma”).

Lire aussi : Source de pensée chiite (2) ; La sounnah

Ainsi, l’invention d’autres marques diacritiques lui a été parfois attribuée, et a ajouté à l’histoire.

Al-Qalqashandi estime que la majorité des érudits attribuent l’invention des trois principales marques diacritiques – fatha, kasra et damma – ainsi que la marque de la nunation (tanwin) à Abu l-Aswad.

Importance de la poésie et de la littérature arabes

Aujourd’hui, la majorité des chercheurs pensent que la poésie d’Abu l-Aswad était dépourvue de toute valeur artistique, bien que par le passé, il ait été considéré comme important à tous égards.

Ses aphorismes ont été cités par de nombreux chercheurs d’Ibn Salam, d’Ibn Sa’d, de Jahiz, d’Ibn Qutayba et d’Ibn ‘Abd Rabah à des sources au 19ème siècle, et beaucoup d’autres l’ont mentionné comme une figure bien connue parmi les poètes et le sage, ou l’esprit, ou l’avare, ou le boiteux.

Des savants chiites éminents ont cité de nombreuses histoires concernant chacune de ces caractérisations. Abu l-Tayyib al-Lughawi a exagéré la maîtrise de la langue arabe par Abu l-Aswad, affirmant qu’il était capable de parler n’importe quel dialecte arabe (de n’importe quelle tribu arabe).

Il y a quelques comptes de sa connaissance des poèmes arabes. ‘Abd Allah b. al-‘Abbas, lui-même l’un des plus instruits sur les poèmes arabes, demanda à Abu l-Aswad de lui présenter le meilleur poème. Dans un autre cas, il a commenté le meilleur poème arabe en présence d’Amir al-Mu’minin (a). Al-Yaghmuri a cité Ibn al-A’rabi disant qu’Abou el-Aswad était l’un des quatre Arabes les plus éloquents.

Lire aussi : Leçons tirées du Coran (partie 4): Comment les prophètes Ayyûb, Yûsuf, et Yûnis ont-ils prié Allah?

Ce qui ajoute à sa crédibilité, c’est le grand nombre de ses poèmes cités dans les ouvrages littéraires les plus fiables: trois fois à Sibawayh, deux fois à Ibn Durayd, Jahiz, Ibn Qutayba, Mubarrad, Bahtari et toutes les sources ultérieures ont fait appel à ses poèmes et aphorismes. Un de ses vers est devenu un proverbe arabe bien connu.

Il a composé des poèmes dans la louange ou l’élégie de l’Imam Ali (a) et de l’Imam al-Husayn (a) qui ont mené à la croyance largement répandue qu’il était un partisan passionné de l’Imam Ali (a). Selon certains témoignages, son soutien à Imam Ali (a) était une raison pour laquelle il avait été négligé.


(1) Tābi’ūn se réfère aux musulmans qui ont rencontré ou parlé à un ou plusieurs des Sahaba du Prophète Muhammad, mais n’ont pas rencontré le Prophète (s) lui-même. Le terme vient de certains versets du Coran et de certains hadiths du Prophète (s).


Source : en.wikipedia.org et en.wikishia.net


traduit par SHAFAQNA français

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here