PARTAGER
fr.shafaqna - Abu l-Aswad al-Du'ali ; (1) Compagnon de l'imam Ali (a.s), le poète et le Scientifique

SHAFAQNA – Abū l-Aswad al-Duʾalī était un poète bien connu et Tabi’i (1) qui est surtout connu comme un compagnon de l’Imam Ali (a) et le fondateur de nahw (syntaxe arabe). On en sait très peu sur sa vie, qui est mêlée de contradictions historiques. Après le début de la bataille de Jamal, alors qu’Aïcha se dirigeait vers Bassora, Abu l-Aswad et une autre personne furent envoyés par ‘Uthman b. Hunayf pour faire des négociations avec Aisha.

La compagnie d’Imam Ali (a) d’Abu l-Aswad, sa participation à la Bataille de Jamal et les poèmes qu’il composa dans la louange ou l’élégie de l’Imam Ali (a) et de l’Imam al-Husayn (a) conduisirent à qu’il aimait Ali (a).

Selon certaines sources historiques, il était l’inventeur de la science du nahw. Il a également été la première personne à ajouter des marques diacritiques au Coran.

Il y a un désaccord dans les sources au sujet de la date de la mort d’Abou L-Aswad, tout comme le reste de sa biographie. Selon la majorité des sources, il mourut en 69 / 688-89 lorsqu’une épidémie mortelle survint à Bassorah à la suite de laquelle de nombreuses personnes moururent.

La biographie

Ẓālim b. ‘Amr b. Sufyan connu sous le nom d’Abu l-Aswad, est né à l’époque de Jahiliyya. Cependant, il est cité comme disant qu’il est né l’année de la conquête de La Mecque.

Lire aussi : Source de pensée chiite (1) ; Le Glorieux Coran

Il appartenait au clan de Banu Kinana Mudar, connu à Bassorah sous le nom de «Ahl al-‘Aliya» (le régiment des Highlanders ou de l’armée de Medinan à Bassora). Sa tribu était connue sous le nom de “Du’al”. Les gens de Hijaz prononcent “Du’al” comme “Dayli”. Les gens de sa tribu vivaient à Hijaz près de la ville de La Mecque. Ils sont mentionnés dans certains événements des premières années de l’Islam à l’époque du Prophète (s).

La mère d’Abu l-Aswad appartenait au clan de Banu ‘Abd al-Dar. Selon une opinion qui n’est pas très fiable, son père était dans l’armée des polythéistes dans l’un des ghazwas du Prophète (s) où il a été tué. Il y a probablement une confusion dans ce point de vue.

Abu l-Aswad est mort à Bassorah. Selon la plupart des sources, il est mort en 69/688 lorsqu’une épidémie mortelle a éclaté à Bassorah et que de nombreuses personnes sont mortes. Il y a d’autres points de vue sur l’année de sa mort qui ne sont pas considérables.

Abu l-Aswad avait deux fils, ‘Ata’ et Abu Harb. ‘Ata’ n’avait pas de descendance, mais Abu Harb, qui était un poète et un érudit de nahw (syntaxe arabe) et fut nommé par al-Hajjaj b. Yusuf en tant que dirigeant d’une région, avait une progéniture.

La période du Prophète (s)

Selon certains points de vue, Abu l-Aswad était l’un des Sahaba, mais comme l’a souligné Ibn Athir, l’idée qu’il était l’un des Sahaba est enracinée dans une déformation dans le texte d’un hadith.

Lire aussi : Comment sont apparu les quatre écoles juridiques sunnites et comment la question de l’ijtihad a été bloquée ?

De plus, on dit qu’il vécut 85 ou même 100 ans, et étant donné le point de vue largement accepté sur l’année de sa mort, il n’aurait pas pu rencontrer le Prophète (s). Cependant, aucune de ces dates n’est assez fiable.

La période de l’imam Ali (a) califat

Abu l-Aswad a accompagné l’imam Ali (a) dans la bataille de Jamal. Quand Aisha se dirigea vers Basra, Abou Al-Aswad et quelqu’un d’autre furent commandés par ‘Uthman b. Hunayf pour négocier avec elle. Dans ces négociations, Abu l-Aswad était un peu dur sur Aisha.

Governmental Positions

Dans la bataille de Siffin, sous le commandement de l’Imam Ali (a), Ibn ‘Abbas ordonna à Abu l-Aswad de mobiliser les forces, puis il partit rejoindre l’Imam (a) et nomma Abu l-Aswad comme son successeur au Bassorah d’être l’imam des prières de la congrégation et servir de juge, et nommé Ziyad b. Abih en tant que superviseur des affaires bureaucratiques et des impôts. Pendant cette période, ils étaient hostiles les uns aux autres, ce qui conduisit Abu L-Aswad à composer des libelles contre Ziyad.

Lire aussi : Source de pensée chiite (2) ; La sounnah

D’un autre côté, ce qui n’est pas fiable, dans la bataille de Siffin, Imam Ali (a) a voulu choisir Abou l-Aswad pour l’arbitrage. Après la bataille, Ibn ‘Abbas est retourné à Bassorah, et quand Khawarij a commencé leurs séditions, il – en tant que dirigeant de Bassorah – a envoyé Abu l-Aswad pour les combattre.

Au bout d’un moment, Abu l-Aswad a accusé Ibn ‘Abbas de fraudes au Trésor, à la suite de quoi l’Imam Ali (a) a réprimandé Ibn’ Abbas. Après cela, Ibn ‘Abbas a quitté Basra et est allé à Hijaz. Les tentatives d’Abou l-Aswad et de sa tribu pour dissuader Ibn ‘Abbas de quitter Bassorah n’ont servi à rien. Avant de quitter la ville, Ibn ‘Abbas nomma Ziyad b. Abih comme son successeur. Abu l-Aswad était fâché qu’Ibn ‘Abbas ne l’ait pas nommé comme son successeur.

Ziyad b. Abih gouverna au Bassorah jusqu’à ce qu’une personne soit envoyée à Bassorah par Mu’awiya. Sa présence à Bassora a conduit à des conflits et Ziyad s’est échappé de Dar al-Imara (Maison de l’Emir).

Plus tard dans 39/659, il a été envoyé par Imam Ali (a) à Fars où il est resté jusqu’au martyre de l’Imam (a). Pendant ce temps, l’administration de la ville a probablement été entreprise par Abu l-Aswad al-Du’ali mais de façon non officielle, ou du moins, il était occupé avec ses tâches précédentes.

La période de l’imam al-Hasan (a)

Lorsque la nouvelle du martyre de l’Imam Ali (a) et de l’allégeance du peuple à l’Imam al-Hasan (a) fut répandue à Bassorah, Abu l-Aswad alla au-dessus du minbar et dit que l’un des Mariqun (2) avait martyrisé le calife.

Il a appelé tout le monde à prêter serment d’allégeance à Imam al-Hasan (a). Les chiites se sont engagés à lui prêter allégeance, mais un groupe de défenseurs d’Uthman a refusé de le faire et s’est enfui à Mu’awiya.

Pendant ce temps, Mu’awiya a envoyé quelqu’un à Abu l-Aswad pour le tromper en lui faisant croire que Hasan (a) avait fait un compromis avec Mu’awiya, lui demandant d’appeler les gens de Bassora à prêter serment d’allégeance à Mu’awiya. Dans une élégie pour le martyre de l’Imam Ali (a), Abu l-Aswad a qualifié Mu’awiya de responsable du martyre de l’Imam.Après cet événement, les rôles d’Abu l-Aswad ont disparu.

La période de Mu’awiya

En 44/664, Ibn ‘Amir, le souverain de Bassorah, envoya des délégués de Bassora à Mu’awiya. Abu l-Aswad était l’un des délégués. Lui et Ahnaf b. Qays alla à Mu’awiya et lui parla durement.

En 45/665, Mu’awiya nomma Ziyad b. Abih en tant que dirigeant de l’Irak. Alors qu’Abou el-Aswad n’était pas en bons termes avec lui depuis longtemps, il visitait toujours Ziyad et chaque fois qu’il était offensé par lui, il composait un poème et lui reprochait. De plus, il n’était probablement pas très respecté à cause de ses liens avec Imam Ali (a).

Il y a des histoires sur ses relations avec Ziyad et le fondement de la science de la syntaxe arabe. Selon certains témoignages, Abu l-Aswad était le précepteur des enfants de Ziyad. Il semble qu’à la lumière de la paix résultait de la tyrannie de Ziyad en Irak, Abu l-Aswad était engagé dans des affaires ou composait des poèmes romantiques.

La période de Yazid

Selon certains témoignages, après le martyre de l’imam al-Husayn (a), Abu l-Aswad a composé quelques poèmes dans l’élégie de l’Imam (a) et diffamé Abd Allah b. Ziyad.

Selon certains rapports qui ne sont pas très fiables, il a aidé Durrat al-Sadaf à reprendre la tête de l’imam al-Husayn (a) près d’Alep et à se disputer avec les agents de Khawli.

Lire aussi : Djihad ; le but et l’observance des règles humaines dans notre conduite avec l’ennemi

Selon certains rapports, au cours du règne d’Ibn Ziyad, Abou Al-Aswad lui demandait encore de l’aide et même un ou deux de ses agents dans le sud de l’Iran, et comme le suggéraient ses poèmes, il se rendit à Gundeshapur, Jay et Ispahan les demandes ont été ignorées.

La Période Zubayrid

La dernière preuve concernant la vie d’Abu l-Aswad concerne l’histoire de révolte de ‘Abd Allah b. Zubayr.

En 65/684, Ibn Zubayr nomma Harith b. ‘Abd Allah al-Makhzumi, connu sous le nom de Quba’, en tant que dirigeant de Bassorah. Dans un morceau de poème, Abu l-Aswad a libéré le nouveau dirigeant de Bassora.


(1) Tābi’ūn se réfère aux musulmans qui ont rencontré ou parlé à un ou plusieurs des Sahaba du Prophète Muhammad, mais n’ont pas rencontré le Prophète (s) lui-même. Le terme vient de certains versets du Coran et de certains hadiths du Prophète (s).
(2) signifie littéralement un certain nombre de personnes qui ont abandonné un groupe. Dans la terminologie chiite, il se réfère à Khawarij qui a combattu l’Imam ‘Ali (a) dans la bataille de Nahrawan.


traduit par SHAFAQNA français

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here