PARTAGER

SHAFAQNA – Al-Abbas b. Ali (en arabe : العباس بن علي), né en 26 H (647 C) – décédé en martyre 61 H (681 C), surnommé Abu al-Fadl (en arabe : ابوالفضل(ع) ) et connu sous le titre de Qamar Banî Hachim (en arabe : قمر بني هاشم, la lune de Banû Hachim).
Il fut l’enfant de l’Imam Ali (a) et d’Umm al-Banîn (a). A karbala, il fut le commandant et le Saqqâ (porteur d’eau. Celui qui donne souvent à boire aux autres) de l’armée de l’Imam al-Husayn (a) et parmi les chiites, il est intitulé “ Saqqâ de Karbala”.

Il a une très grande considération – par rapport aux autres fils des Imams – dans le milieu chiite, au point de lui allouer une des dix nuits de Muharram, consacrées à la commémoration du martyre de l’Imam al-Husayn (a).

Al-Abbas b. Ali est considéré comme exemple de la dignité, de la bravoure et de la générosité. Il était d’une beauté somptueuse et impressionnante que l’on surnomma Qamar banî Hâshim (قمر بني هاشم) la lune de banî Hâshim.

Il était le général-major et le porte-drapeau de l’Imam al-Husayn (a), le jour de Achoura, lors de la bataille de Karbala. Il transperça les lignes des ennemis à deux reprises, le septième et le dixième jour de Muharram pour procurer de l’eau au camp de l’Imam al-Husayn (a), où il réussira la première fois, mais, se fera tué la deuxième fois par ses ennemies après lui avoir coupé les deux bras et ciblé son œil par une flèche.

Sa généalogie, son surnoms et son titres

Al-Abbas, le fils de Ali b. Abî Talib (a) et de Fatima, fille de Hizâm b. Khâlid b. rabay’a b. Wahid. Sa mère Fatima fût marié à Ali b. Abi Taleb (a) après le décès de Fatima Ez-Zahra (a), on la surnomma Oum-al-banine (en arabe : أم البنين) car elle eût quatre enfants dans l’ainé était Abou Fadhl Abbas.[1]

Son surnoms
Le surnom le plus réputé d’al-Abbas b. Ali (a) est Abu al-Fadl (en arabe : أبو الفضل).
Les historiens pensent que l’on lui attribua ce surnom, car il jouissait de nombreuses qualités de bonté. On lui attribua le surnom d’Abu al-Qâsim dans la zîyârat d’Arba’în. Jâbir b. Abd Allah al-Ansârî dit : « Que la paix soit sur toi, ô Abu al-Qâsim, ô Abbas b. Ali » (السلام عليك يا أبا القاسم يا عباس بن علي).

Son titres
ses titres les plus connus sont :

  • Qamar banî Hachim (قمر بني هاشم, la lune de Banî Hachim)
  • Bab al-Hawâij (باب الحوائج, la porte de l’exaucement des vœux)
  • At-Tayyâr (الطيّار, qui vole beaucoup)
  • Ash-Shahîd (الشهيد, martyr)
  • As-Saqâ’ (السقّاء, porteur d’eau)
  • Al-‘Abd as-Sâlih (العبد الصالح, serviteur vertueux)
  • Sâhib al-Liwâ’ (صاحب اللواء, porte-drapeau)

Abbas b. Ali est né le quatrième jour du mois de Cha’bane en l’an 26 H à Médine, et il est mort au champ d’honneur lors de la bataille de Karbala le 10 Muharram 61 H [2] .

Abbas et Achoura

L’approvisionnement en eau

Sculpture de Gourde derrière le Mausolée d’Abbas
Le septième jour du Muharram l’Imam Hussein (a) et ses compagnons furent encerclés par l’armé d’Ibn Ziyad, et ils leur ont coupé tout accès à l’eau et petit à petit leur provision en eau s’achevée ce qui leur a causé une très grande fatigue et un total épuisement, notamment au niveau des femmes et des enfants.[3]. Alors l’Imam Hussein (a) détacha son frère Abbas et avec lui trente cavaliers et une vingtaine d’homme à pied pour amener de l’eau aux enfants et aux femmes, et il envoya avec eux vingt gourdes. Abbas et ses hommes en passant à l’attaque, ils ont pu rompre les lignes ennemies et arriver à l’eau, malgré l’assaut des compagnons d’Ibn Hajaj, au moment où certain combattaient l’ennemi les autres s’approvisionnaient en eau et remplissaient les gourdes, et ils ont pu ainsi apporter l’eau au camp de l’Imam Hussein (a).[4]

Il se passera la même chose le dixième jour de Muharram, jour de ‘Achoura, mais à cet instant il était tous seul, où il parviendra à briser les rangs de l’ennemi et arriva à l’eau, mais au retour il fut face à une armée qui l’attendait, il combattit comme un lion, à la fin il tomba en martyre et la gourde d’eau qu’il transportait avec lui fut transpercée par plusieurs flèches et son eau répandu par terre.

Représentant de l’Imam Hussein(a)
Il est cité dans les importants ouvrages qui rapportent l’évènement de Karbala qu’Omar b. Sa’ed (عمر بن سعد) c’était préparé pour combattre Hussein (a) le soir du jeudi le neuvième jour de Muharram, et cria : « oh, cavaliers de Dieu, montez sur vos montures, et préparez-vous pour le paradis », puis se dirigea avec son armée vers le camp de l’Imam Hussein (a), Abbas en voyant ceci dit à son frère Hussein (a) : « l’ennemi s’approche ». L’Imam se leva et demanda à Abbas d’aller voir ce qu’ils veulent et de connaitre leurs intentions, alors Abbas accompagné de vingt cavaliers se dirigea vers les rangs de l’ennemi et leurs demanda la raison de leur mouvement. Ils répondirent : «  l’ordre du Amir nous est parvenu de vous faire choisir entre la capitulation ou la guerre ».

Abbas dit : « patientez, jusqu’à ce que j’informe Abi Abdallah de votre requête », il retourna au prés de l’Imam Hussein (a), et le méta au courant de leurs intentions et lui transmit leur message. L’Imam Hussein (a) dit à son frère : « retourne chez eux, et si tu peux les persuader de nous laisser ce soir ; peut-être nous pourrons prier Dieu, l’invoquer et lui demander pardons ». Abbas, retourna sur le champ pour transmettre le message de son frère, Omar b. Sa’ed accepte et demanda à ses troupes de se retirer jusqu’au lendemain.[5]

La protection du camp

Malgré que l’ultimatum a été repoussé jusqu’au lendemain, cela n’a pas empêché Abbas de surveiller le camp pendent toute la nuit [6]. Zoheir b. Qayn rejoignit Abbas et lui dit : « Votre père le Commandeur des croyants (a) avait demandé à son frère ‘Akil – qui était un généalogiste – de lui choisir une femme comme épouse qui est d’une lignée de courageux arabes, pour qu’elle lui donne un enfant qui soit fort et courageux et prendra la défense de son frère Hussein (a) à Karbala. Ton père t’as réservé pour ce jour, alors ne sois pas passif dans la défense et le secoure de ton frère ».[7]

Le porte-drapeau

Lorsque l’Imam Hussein (a) fini ses adorations et ses prières du matin le jour de Achoura, il mobilisa ses compagnons, ils étaient trente-deux cavaliers et quarante à pied. Il méta Zoheir b. Qayn sur la droite, Habib b. Modhahir sur la gauche et donna la bannière à son frère Abbas b. Ali, et lui prit position au milieu de ses troupes avec sa famille [8]

A la rescousse de ses compagnons

Tabari dit en parlant des évènements de Karbala : « les premiers qui ont commencé le combat parmi les compagnons de l’Imam Hussein (a), Amr b. Khaled çaydawi, Jaber b. Haret Salmani, Sa’ed serviteur de Amr b. Khaled et Majmar b. Abdallah ‘Aïdi, ils avancèrent vers les lignes des ennemis et combattirent, mais ils se sont fait encerclé pas trop loin de leurs compagnons. C’est à ce moment que Abass intervenu et les secouru »[9]

Martyre d’Abbas

Les historiens divergent sur la façon dont Abbas b. Ali est tombé en martyre. Khawarizmi dit : « Lorsque Abbas s’engagea dans le champ de batail, il chargea sur les ennemis, il tua et blessa beaucoup d’entre eux avant de tomber martyre au champ d’honneur. A ce moment l’Imam Hussein (a) s’approcha de lui et dit : C’est maintenant que mon dos s’est cassé et qu’il ne me reste aucun soutient ».[10]

Tandis que Ibn Nama et Ibn Tawouss ont établi le martyre de Abbas comme tel : « Lorsque l’Imam Hussein (a) eu très soif il se mit sur sa monture et se dirigea vers l’Euphrate et devant lui son frère Abbas, mais ils furent séparés par les troupes d’Ibn Sa’d qui encercla Abbas de tous les côtés et le tuent. Ce qui chagrina énormément l’Imam Hussein (a) et le pleura fortement ».[11]

Ibn Chahr Achoub dit : « Abbas – Qamar bani Hachem – était le porte-drapeau de l’Imam Hussein (a) et c’était l’ainé de ses frères, il alla chercher de l’eau lorsqu’il fut attaqué par ses ennemis, il combattu jusqu’à épuisement, à certain moment Hakim b. Tofeil Taï le surprit par derrière et le frappa sur son bras droit, alors Abbas prit son épée avec sa main gauche <47> et continua à se défendre, mais on le frappa avec un pieu en fer sur sa tête qui mit fin à sa vie. »[12][13]

Abbas b. Ali était le dernier combattant adulte qui est tombé au champ d’Honneur juste avant l’Imam Hussein (a), les autres martyres qui sont tombés au champ d’Honneur après l’Imam n’étaient que des enfants qui ne pouvaient pas prendre les armes.[14]

Abbas est tombé martyre à l’âge de 34 ans.[15]


Références

  1. Mohsen Al Amine, A’yane Shi’a, P 429; Cheikh Abbas Qomi, Nafs Al Mahmoum, P 285
  2. Ibn Nama al Hili, Mouthir al Ahzane, P254; Mohsene al Amin, A’yane Shi’a, T 7, P 429.
  3. Ibn A’them, Al Foutouh, T 5, P 94 ; Al Haïri Mazandarani, Ma’ali Sibtayne, T 1, P 433.
  4. At-Tabari, Mohammed b.Jarir, Tarikh Al Oumam wa Al Moulouk ( Tarikh At-Tabari), T 5, P 412; Mohsene Al Amin, A’yane Shi’a,T 7; Ibn A’them, Al Foutouh, T 5, P 94; Abou Faradj Asfahani, Maqatil at-Talibiyine, P 78 .
  5. Al Irchad, P 335 ; Ibn Chahrachoub, Manaqib Al Abi Taleb, T 4, P 98 ; Tarikh At-Tabari, T 5, P 416; Mohsen Al Amine, A’yane Shi’a, T 7, P 430; Al Majlissi, Bihar Anwar, T 44, P 391; At-Tabrassi, A’lam Al Wara bi A’lam Al Houda, T 1, P 454-455.
  6. Bahr Al Ouloum, Maqtal Al Hussein, P 314 ; Ma’ali Sebtayne, T 1, P 443.
  7. Bahr al Ouloum, Maqtal al Hussein (a), P 314 ; Batal ‘Alqami, T 1, P 97.
  8. Cheikh Moufid, Al Irchad, P 338 ; Al Majlissi, Bihar Anwar, T 45, P 4; Tadhkirate Khawass, T 2, P 161; At-Tabrassi, A’lam Al Wara bi A’lam Al Houda, T 1, P 457.
  9. At-Tabari, Tarikh At-Tabari, T 5, P 416; Al Kamel fi Tarikh, T 3, P 293; Mohsen Al Amine, A’yane Shi’a, P 430
  10. Khawarizmi, Maqtaal Al Hussein, T 2, P 34 ;
  11. Sayed ibn Tawouss, Al-Louhouf, P 117-118 ; Al Hili, Mouthir al Ahzane, P 257.
  12. Ibn Chahrachoub, Manaqib Al Abi Taleb, T 4, P 108.
  13. Al Moqaram, Haditat Karbala, P 262.
  14. Abou Faradj Asfahani, Maqatil at-Talibiyine, P 89; Abou Mouhanaf, Maqtal Abou Mouhanaf, P 180.
  15. Ibn ‘Anba,’Omdat at-Taleb, P 280, At-Tabrassi, A’lam Al Wara bi A’lam Al Houda, T 1, P 395.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here