France: Les organisations musulmanes se réunissent pour mieux lutter contre l’islamophobie

56
SHARE

SHAFAQNA – Les associations musulmanes de France se réunissent à Lyon dans le cadre des “Assises contre l’islamophobie” pour débattre des moyens de lutte contre la stigmatisation des musulmans dans les médias et au sein de la classe politique.

Les organisations musulmanes de France se sont réunies, samedi, à Lyon (Centre) pour débattre des moyens de lutte contre la stigmatisation des musulmans dans les médias et au sein de la classe politique, notamment, depuis les attentats terroristes qu’a connus la France et à l’approche de l’élection présidentielle de 2017.

Co-organisées par l‘ORIW (Organisation of Racism and Islamophobia Watch) et la PSM (Participation et Spiritualité Musulmane), les “Assises contre l’islamophobie” ont réuni près de 200 activistes, dont le Conseil pour la Justice, la Paix et l’Egalité (COJEP), le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), l’AFD International, la Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie (CRI) et es Etudiants Musulmans de France (EMF), dans un souci de mobilisation de la Société civile contre des discours médiatico-politiques anti-musulmans.

Organisées en deux parties, les Assises ont commencé par l’exposition des contenus médiatiques et des caricatures à caractère anti-musulman, suivie d’un débat sur les moyens de lutte efficaces contre l’islamophobie en France, avec l’intervention des figures telles qu’Ahmet Ogras, vice-président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et Yasser Louati, activiste et ancien porte-parole du CCIF.

La conférence, qui a rassemblé les différents visages de l’islam de France, maghrébin, turc ou encore subsaharien, a permis aux organisations de partager leurs expériences en matière de lutte contre l’islamophobie, mais aussi en termes de visibilité dans la société française, a déclaré à Anadolu, Atila Sahin, vice-président de la région lyonnaise de l’ORIW.

Une telle réunion des musulmans de France est “nécessaire” dans la mesure où les musulmans de France, estimés désormais à 6 millions, “n’arrivent pas à faire entendre leur voix en politique“, selon Sahin.

Les activistes, qui ont abordé, entre autres, la situation des femmes musulmanes, premières victimes des actes islamophobes, selon les chiffres officiels, ont surtout souligné l’importance que revêt pour les Français de confession musulmane de s’inscrire sur les listes électorales et d’aller voter au printemps prochain à la Présidentielle.

Ces assises, une première à Lyon, doivent “devenir une tradition sachant que l’islamophobie ne cesse d’augmenter en France“, a par ailleurs estimé le membre de l’ORIW.

LEAVE A REPLY